Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    COMMUNIQUE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES : Le rôle néocolonial du Parlement européen dénoncé    HABITAT : L'AADL lance une dernière opération de choix du site    Campagne de lancement de la culture de colza    Les eaux souterraines comme alternative    Zelfani limogé    Un groupe de laboratoires offre le PCR à 8 900 DA    ORAN : Opération de réhabilitation de la voie publique    Lueur d'espoir dans les hôpitaux    L'APN participe au Caire à une réunion du Bureau du Parlement arabe    Industrie photovoltaïque : les capacités de production nationales portées prochainement à 450 MWc    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Sidati: le parti pris aveugle de la France retarde et complique la tâche de la Minurso    Deux syndicats appellent à la réouverture des frontières    Non, je préfère me taire...    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Recettes naturelles pour foncer la couleur de vos cheveux    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    L'Opep+ examine les différentes options    Large mobilisation en France    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    Comment maintenir un bon flux sanguin ?    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Messaoudene. Porteur de projet d'agriculture bio : «Mon objectif est de promouvoir les produits agricoles locaux»
Publié dans El Watan le 26 - 10 - 2020

Originaire du village Ibadissene, dans la commune d'Ait Bouadou, Mohamed Messaoudene, dit Brahim, jeune père de famille, a réalisé un projet agro-écologie a travers lequel il a réussi, au bout de trois années, à se distinguer avec une récolte «bio» issue de la semence locale.
Il a également lancé une pépinière de plants d'arbres fruitiers cultivés selon des méthodes naturelles sans utilisation de produits chimiques.

Parlez-nous de vos débuts dans l'agro-écologie ?
Dans notre famille, nous sommes des agriculteurs de père en fils. C'est-à-dire, nous cultivons la terre de manière régulière dans notre village tout en veillant sur l'aspect agro-écologique. J'ai des terrains pour l'activité agricole, mais cette dernière se limitait seulement à travailler pour assurer juste l'autosuffisance de la famille, car je n'avais pas assez de moyens pour m'engager dans un projet allant dans le sens d'aboutir à la commercialisation de ma production. D'ailleurs, pour les besoins en eau seulement, j'acheminais ce produit depuis une source située à 500 m de mon champ. Je tiens à vous préciser aussi que nous avons toujours protégé nos terres. Nous n'avons jamais utilisé des produits chimiques comme les engrais et autres additifs artificiels.
-Pouvez-vous nous dire comment vous avez eu l'idée de lancer une pépinière agro-écologique ?
J'ai lancé mon projet dans le cadre d'un programme financé par l'Union européenne et réalisé par l'association AREA-ED en collaboration avec le PND (Parc national du Djurdjura) et l'APC d'Aït Bouadou. J'ai ainsi déposé ma candidature, et au bout d'un processus de sélection, j'ai été retenu pour bénéficier de ce projet que je n'ai pas tardé à mettre en place puisqu'avec le financement qui m'a été octroyé, j'ai réussi à acquérir du matériel pour élargir mon activité et diversifier ma production.
Aussi, je tiens à souligner que mon projet porte essentiellement sur des légumes bio issus de la semence locale et la plantation des arbres, notamment le figuier et le cerisier qui sont des fruits de la région voués à la disparition si on ne fait rien pour les maintenir. Donc, mon objectif s'inscrit justement dans cette optique qui vise à développer l'agriculture de montage et maintenir les produits agricoles locaux. Je projette aussi de planter d'autres arbres fruitiers comme les abricotiers, et ce, en fonction de mes moyens. Je veux dire que le projet en question a commencé en 2017 et en 2020, nous arrivons déjà à avoir une récolte très inappréciable, ce qui augure d'un avenir prometteur pour cette activité. Je dois rappeler que pour bien maîtriser les techniques inhérentes à l'agro-écologie, j'ai participé à plusieurs formations comme celle qui a porté sur les techniques de mobilisation des ressources en eau en montagne.
Propos recueillis par H. Azzouzi
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.