Les angles de l'ingérence    Saïd Bouhadja n'est plus    Non-respect de l'échéancier de paiement: Sonelgaz met en garde les abonnés    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Oran: Neuf harraga et trois passeurs arrêtés    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    Le gouvernement entretient le suspense    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Déjà en phase de modernisation    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Liberté pour Yacine Mebarki    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mezhoura Salhi, docteur en histoire et maître de conférences à l'université de Tizi Ouzou : «La répression du 17 octobre 1961 a provoqué une tragédie humaine»
Publié dans El Watan le 28 - 10 - 2020

Les événements sanglants, qui se sont déroulés le 17 octobre 1961 à Paris où une manifestation organisée par des Algériens a été violemment réprimée par les forces de police dirigées par Maurice Papon, ont marqué l'histoire tant cette tragédie a constitué un tournant décisif pour la guerre de Libération nationale.
Ainsi, Mezhoura Salhi, docteur en histoire et maître de conférences à la faculté des sciences humaines et sociales de l'université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, nous a expliqué que «ces événements tragiques sont à jamais ancrés dans la mémoire des peuples et des nations.
Le génocide, le massacre et l'oppression que la France a commis tout au long de la conquête, seront gravés dans l'histoire du peuple algérien et le massacre du 17 Octobre 1961 restera une tragédie humaine pour les immigrés algériens à Paris», nous a-t-elle souligné tout en mettant l'accent sur cette répression féroce des policiers déchaînés qui ont violemment chargé, matraqué, tabassé, tué et jeté dans la Seine de nombreux manifestants.
Selon elle, Jim House et Neil Mac Master, deux historiens anglais montrent clairement dans leur ouvrage intitulé Paris 1961. Les Algériens, la mémoire et la terreur d'Etat, publié en 2006, que la police parisienne, sous les ordres de Maurice Papon, a massacré les Algériens manifestant pacifiquement contre les mesures discriminatoires les touchant durant plusieurs semaines.
La même universitaire ajoute que les deux historiens ont rapporté que la plupart des Algériens ont été tués dans les semaines précédant le 17 octobre, surtout à partir du 1er septembre. «Selon les archives judiciaires, relèvent toujours les mêmes chercheurs, 246 Algériens sont décédés de mort violente en 1961, dont 105 en octobre», nous explique Dr Salhi qui ajoute que le communiqué officiel du porte- parole du ministère de l'Information du GPRA à Tunis, sur les mêmes événements diffusés par la Radiodiffusion nationale du Maroc, en français, le 20 octobre 1961, à 13h, avait parlé de violents incidents qui ont émaillé une manifestation de rue qui avait drainé plus de 30 000 Algériens, souvent accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants, venus de tout les quartiers de Paris et de la banlieue pour manifester, cinq heures durant, malgré le déploiement impressionnant de tout l'appareil policier parisien.
Dr Salhi nous fait savoir que le même communiqué avait estimé que le gouvernement français a répondu par des représailles collectives qui ont enregistré plus de 12 000 arrestations lors de cette action dirigée et contrôlée par le FLN. Le nombre de personnes tuées était de 50, selon le même communiqué qui évoquait des centaines de blessés, de déportés et des disparitions, a rappelé Dr Mezhoura Salhi.
Cette dernière nous a parlé aussi de l'indifférence de la presse française à l'égard de ces événements. «Au lendemain de la manifestation, le bilan officiel de la préfecture de police de Paris est de deux morts algériens, et de tirs échangés entre la police et les manifestants.
Le Journal le Monde du 19 octobre 1961, fait état de 11 000 arrestations, 3 morts et plus de soixante blessés», nous précise également le Dr Salhi qui soutient, en outre, que «les événements du 17 octobre 1961 ont mis en échec l'entreprise répressive de Maurice Papon qui voulait pousser l'immigration algérienne dans ses derniers retranchements après avoir soumis tous les espaces fréquentés par les Algériens à des mesures et autorisations particulières, de même que tout déplacement ou rassemblement de personnes, surtout, la nuit.
Le fin mot de cette politique, mise en place par Papon, était de venir à bout, par tous les moyens, des actions clandestines de l'immigration algérienne qui commençaient à prendre de l'ampleur et à faire régner un climat d'insécurité sur le territoire français», nous a-t-elle fait remarquer tout en laissant entendre que «la répression du 17 octobre 1961 à Paris a provoqué une tragédie humaine».
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.