L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Massacres du 17 octobre 1961: Une Association française demande la reconnaissance du crime
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 09 - 2020

Une Association française (Association républicaine des anciens combattants, des combattants pour l'amitié, la solidarité, la mémoire, l'antifascisme et la paix ‘ARAC') a souligné dans sa publication intitulée : «17 octobre 1961-17 octobre 2020: Obtenir la reconnaissance du crime par l'Etat», que «ce fut un événement d'une gravité exceptionnelle de la répression d'Etat, la plus violente qu'ait jamais provoquée une manifestation de rue, en Europe occidentale, dans l'histoire contemporaine».
Elle estime que par cette reconnaissance officielle, la République française œuvrerait au rapprochement franco-algérien, «à un traité de paix et d'amitié plus que jamais nécessaire aujourd'hui».
Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d'Algériens manifestent pacifiquement, contre le couvre-feu imposé par le préfet de l'époque, Maurice Papon, quelques mois avant la fin de la guerre. Dans la nuit du 17 octobre et durant les jours qui suivirent, la répression des forces de police, dirigée par le préfet Papon, fut d'une extrême violence, rappelle l'Asociation ajoutant, «manifestants arrêtés, torturés, entassés dans les bus de la RATP, réquisitionnés et enfermés dans les commissariats et dans les stades parisiens étaient courants.
Des Algériens furent tués par balles, assassinés dans la cour de la préfecture de police de Paris, jetés dans la Seine», est-il également souligné par l'ARAC qui affirme, à cette occasion, «comme tous les ans, sera présente le 17 octobre prochain, au Pont St Michel pour faire triompher Vérité et Justice pour ces massacres», rappelle-t-elle. Elle a appelé, au «libre accès à l'ensemble des Archives relatives aux massacres du 17 octobre 1961 et la reconnaissance de ces crimes par l'Etat.
Il n'a pas été possible jusqu'ici de connaître combien de personnes sont mortes dans ces massacres. C'est pourquoi l' ‘ARAC' demande le libre accès à l'ensemble des Archives relatant des travaux des chercheurs et historiens français sur ces massacres.
Par cette disposition l'Etat français arriverait à rompre le silence et provoquerait, par la voix de son Parlement, la reconnaissance des crimes du 17 octobre 1961», est-il écrit dans le communiqué de l'Association publiée sur sa page Facebook.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.