Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelles de Saïda
Publié dans El Watan le 31 - 10 - 2020


Gare au relâchement face au coronavirus !
Malgré les divers moyens de sensibilisation, les citoyens de Saïda, qui, dans un premier temps, ont appliqué à la règle les consignes de distanciation sociale, ont vite fait preuve de relâchement total. Comme si le coronavirus n'existait pas, et que la pandémie était derrière nous, la population, dans sa majorité, ne respecte plus, ou si peu, le protocole sanitaire, notamment le port de la bavette et la distanciation sociale. Pour Abdelkrim, retraité du secteur de l'éducation, rencontré au marché couvert, l'une des rares personnes portant une bavette, questionné à ce propos, dira : «J'ai essayé de respecter les consignes et j'ai eu des problèmes avec les amis, la famille et d'autres connaissances. Ils veulent coûte que coûte te serrer la main et t'embrasser, et quand tu refuses, ils le prennent mal et te regardent de travers». Les bavettes et mesures de distanciations ne sont exigées que dans certaines administrations, dans les cafés, restaurants, coiffeurs. Par contre, dans les marchés, les règles ne sont pas respectées. Nous avons interrogé Ahmed, gardien dans une administration, et à peine a-t-il entendu le mot corona, il s'est aussitôt lamenté, évoquant des contraintes financières. «Que voulez-vous que je vous dise ? Je touche 15 000 DA par mois et j'ai 5 gosses. Je ne peux pas me permettre d'acheter les bavettes pour moi et pour ma famille régulièrement. Honnêtement, j'utilise une seule bavette depuis trois semaines, je la lave de temps en temps».
Affrontement sanglant entre deux bandes
Les éléments de la quatrième sûreté urbaine de la wilaya de Saïda ont arrêté cinq individus habitués à commettre des actes de violence, dont l'âge varie entre 15 et 32 ans. Les mis en cause sont impliqués pour constitution de bandes de quartier, usant d'armes blanches pour terroriser la population. Il s'agit de deux bandes rivales du même quartier, à savoir de Salem 2 (Saïda), qui ont commis à une heure tardive un tapage nocturne et une rixe. Les riverains, exténués et craignant le pire, ont fait appel aux services de sécurité. La police est alors intervenue, les mis en cause arrêtés ont été orientés d'abord vers le médecin légiste qui a établi des rapports médicaux , puis présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Saida. Deux des 5 personnes impliquées ont été placées sous mandat de dépôt, les autres mis en cause ont été condamnés à un an de prison ferme.
Une homonymie pénalise un demandeur d'un logement social
Une personne, née exactement le même jour, la même année, le même mois et qui porte le même nom et prénom que vous risque de vous causer des problèmes. C'est ce qui est arrivé à Khaldi Mohamed, un père de famille né le 2 décembre 1980.
Après avoir déposé, à Saïda en 2010, un dossier afin de bénéficier d'un logement social, il a essuyé un rejet en 2015, 2018 et 2020. Un refus catégorique pour le motif suivant : «l'intéressé a d'ores et déjà bénéficié d'un prêt Ansej».
Il a présenté selon ses propos un recours en 2018 et 2020 avec un écrit de l'Ansej justifiant qu'il n'a jamais bénéficié de prêt, mais rien n'a été pris en compte et Khaldi Mohamed endure le calvaire et toutes ses réclamations sont demeurées vaines alors que l'autre Khaldi Mohamed, son homonyme, a, lui effectivement obtenu un prêt Ansej. S. A.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.