Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Un limogeage et des interrogations    Importation de véhicules : Le Président Tebboune ordonne la révision immédiate du cahier des charges    L'Algérie sur la bonne voie en Afrique    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    Lancement de la vaccination à domicile    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Le sélectionneur de l'Egypte Queiroz évoque l'Algérie    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Le FLN increvable    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La JSS se débarrasse des grigris des Ghanéens    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    «Nous avons atteint nos objectifs»    L'ascension fulgurante du Front el Moustakbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Projet de 304 logements LSP à Ali Mendjeli (Constantine) : Blocages dans l'octroi du certificat de conformité
Publié dans El Watan le 19 - 11 - 2020

Les souscripteurs au programme de 304 logements de l'ancienne formule LSP demandent une commission ministérielle pour enquêter sur le promoteur chargé des travaux. Selon leurs dires, ce promoteur a bafoué la réglementation dans tous les sens.
Lancé en 2007 à l'UV18 dans la ville d'Ali Mendjeli, le projet a traîné durant plus de 10 ans avant d'être livré aux bénéficiaires. Mais dans quelles conditions ? Plusieurs mouvements de protestation ont été organisés par les souscripteurs, qui se sont organisés par la suite dans l'association Ennour.
Ces protestataires avaient dénoncé ce qu'ils qualifient de grave transgression de la part du promoteur, leur causant beaucoup de préjudices. Parmi les dépassements soulevés, notons le grand retard enregistré dans l'avancement, le non-respect des engagements contractuels concernant les délais et la qualité des travaux, et l'augmentation des prix de l'appartement.
Après un long bras de fer, ils ont enfin occupé leurs logements. «Mais ce qui est plus choquant, estiment-ils, est le fait que les employés de l'entreprise ont quitté les lieux le 1er novembre 2019, sans achever les travaux restants. Le promoteur n'a pas aménagé le rez-de-chaussée en locaux commerciaux avec des rideaux métalliques comme indiquaient les plans, n'a pas terminé les toits des étages dédiés aux services, n'a pas fermé les locaux situés dans la façade principale des immeubles et n'a pas achevé l'aménagement extérieur de la deuxième façade», estiment-ils.
Les plaignants soutiennent qu'ils habitent aujourd'hui dans un chantier ouvert, exposés à tous les risques et aux agressions des délinquants. Face à cette situation, la commune d'Aïn Smara, dont le lieu dépend administrativement, a refusé de délivrer le certificat de conformité du projet.
Les membres de l'association expliquent qu'ils ont adressé plusieurs correspondances au promoteur pour lever les réserves de la commission de contrôle. «Après son refus de répondre, nous nous sommes orientés vers les autorités locales, pour dénoncer notre calvaire et réclamer l'achèvement du projet, mais nos requêtes n'ont pas eu d'écho», ajoutent-ils. «Pis encore, le promoteur nous a imposé une redevance de 200 000 DA en 2008.
Si nous refusons de débourser cette somme, nous serons systématiquement exclus de la liste des bénéficiaires. Après, nous avons appris que cet argent n'avait pas été comptabilisé dans le prix de l'appartement et il n'avait aucun fondement juridique», nous a déclaré Aboubaker un des concernés. Afin d'avoir l'autre version des faits, nous avons tenté à plusieurs reprises de contacter la direction de la promotion immobilière concernée, mais sans résultat.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.