L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un «bazar» à ciel ouvert à El Harrouche (Skikda)
Dossier. Commerce informel dans des wilayas de l'est : Un fléau indéracinable même en pleine pandémie
Publié dans El Watan le 11 - 01 - 2021

Par la force des choses, le commerce informel fait désormais partie du paysage dans nos villes, tant il est difficile de l'éradiquer au vu de la situation économique actuelle l Faute d'une stratégie de l'Etat pour mieux les organiser, ces espaces sont devenus aussi des lieux à haut risque de contamination en cette crise sanitaire.
Comme une teigne urbaine, le commerce informel a fini par occuper les espaces publics de la ville d'El Harrouche, chef-lieu de commune au sud de Skikda, et comme si les trottoirs et les devantures des magasins ne leur suffisaient pas, des commerçants informels sont allés jusqu'à squatter les murs.
Il suffit de se rendre au lycée Zighoud Youcef, au centre-ville, pour remarquer que le mur d'enceinte de cet établissement s'est transformé en une grande et longue penderie de fortune où sont accrochées mille et une babioles.
Le phénomène, plus ou moins épars dans le passé, connaît depuis ces derniers mois un regain qui commence à inquiéter les habitants.
On ne peut plus emprunter les trottoirs reconvertis en lieux d'exposition de tous les produits et l'on se retrouve contraints de côtoyer les véhicules, ce qui n'est pas sans risque, surtout pour les enfants. «Trouvez-vous normal que les trottoirs longeant des établissements scolaires soient squattés ?» demande un habitant.
Et de poursuivre : «Au centre-ville, tous les trottoirs allant de l'établissement hospitalier jusqu'à l'école primaire en passant par le lycée Zighoud Youcef sont jonchés, dans leur totalité, de produits. C'est devenu un immense bazar où la fréquentation enregistre une importante densité», poursuit notre interlocuteur
Cette triste réalité devrait pousser tous les responsables concernés à s'intéresser à ce phénomène de proximité au lieu de se contenter d'organiser des campagnes de sensibilisation et de verbalisation au sujet de l'espacement dans la conjoncture sanitaire que nous vivons. Dans cet embrouillamini toléré, ce sont surtout les lycéens et les petits écoliers qui en payent le prix.
Le simple parcours qu'ils enjambent en vue de rejoindre leurs établissements est devenu un véritable obstacle qui les contraint à recourir des fois à une véritable gymnastique pour se frayer un chemin entre les babioles étalées sur les trottoirs, les centaines de consommateurs qui emplissent les lieux, les criées des vendeurs, dont certains usent de mégaphones et les voitures qui, elles aussi, tentent de circuler dans de grand souk qu'est devenue El Harrouche !
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.