Le déficit national de pluviométrie compris entre 20 et 30% sur les 3 dernières années    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Accidents: 11 morts et 738 blessés depuis le début du Ramadhan    Super Ligue : Florentino Perez s'explique    Les Kabyles dès aujourd'hui au Cameroun    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Garcia encense (encore) Slimani    La BADR vulgarise ses produits    Les ménages à rude épreuve    Des brigades de l'APC et du commerce sur le qui-vive    La valorisation économique au menu    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    Boukadoum en visite de travail en Libye    Des dossiers lourds en voie de finalisation    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    6 ans de prison pour deux anciens DG    3 décès et 156 nouveaux cas    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    Les exigences de la CNCC    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Profession: Auto-serveur    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Débrayage des auxiliaires en anesthésie-réanimation de la santé publique : Le syndicat menace de passer à une grève illimitée
Publié dans El Watan le 28 - 02 - 2021

A lors qu'il achevait, jeudi dernier, ses trois jours de grève, le Syndicat national des auxiliaires médicaux en anesthésie et réanimation de santé publique recevait, du tribunal administratif de Blida, l'ordre de mettre fin à son débrayage, entamé mardi dernier dans le but de faire aboutir une série de revendications socioprofessionnelles, dont «l'ouverture d'un Institut national académique de l'auxiliaire médical en anesthésie-réanimation de santé publique avec une formation en externe (bac+5), la revalorisation du diplôme et la promotion sans conditions pour plusieurs catégories, la révision de la clause 175 de la loi sanitaire de 2018, leur interdisant d'établir une prescription médicale, alors que l'article 20 du statut particulier 11-235 les autorise à le faire, une couverture juridique (des anesthésistes), durant l'accomplissement de leur mission ainsi que la création d'un conseil de l'Ordre afin de mieux encadrer l'exercice de la profession».
Contacté, Amine Bendali, responsable du syndicat, affirme que «toute la procédure liée à la grève a été respectée et précise que la décision de la justice ne lui a été notifiée que le jeudi, une fois le mouvement de grève terminé à la suite de la plainte du ministère de la Santé, déposée contre le syndicat». Pour Amine Bendali, «il n'est pas question d'abdiquer. Notre mouvement a été suivi au niveau national avec un taux de 80%, et un strict respect du service minimum.
Dans le cas où nos revendications légitimes ne sont pas prises en charge par la tutelle, nous déposerons un autre préavis dans les jours à venir, pour une grève illimitée et des sit-in devant le ministère de la Santé». Les revendications des auxiliaires médicaux et anesthésistes et en réanimation perdurent depuis une année, suscitant la protestation de leur syndicat, qui, à l'issue de la réunion de son conseil national, a décidé de passer à l'action, en appelant à une grève d'une journée, suivie de nombreux rassemblements de cette corporation qui compte quelque 4500 membres, au sein des établissements hospitaliers.
Le syndicat avait dénoncé ce qu'il qualifiait de «promesses non tenues» par le ministère de la Santé, qui selon lui, «ne fait que gagner du temps». Par ce mouvement, et pour faire entendre sa voix, il a paralysé les activités de nombreuses structures sanitaires et menacé de revenir à la charge, pour une grève de plusieurs jours, en cas de non-satisfaction de ses revendications. Il est passé une seconde fois à l'action, les 23, 24 et 25 du mois en cours et risque de durcir son mouvement de protestation dans les jours à venir.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.