Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Que faire pour réguler le marché ?    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    Les 22 manifestants maintenus en détention    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





50 kilomètres en deux ans
Publié dans El Watan le 28 - 02 - 2021

Marcher jusqu'où ? C'est la question que se posent d'abord les autorités, obligées d'apporter une réponse à la gestion d'un mouvement qui ne veut pas s'arrêter. Avec à terme, des crises de nerfs chez les forces de l'ordre, des démissions et licenciements chez les responsables de la sécurité et peut-être des incidents pouvant entraîner la mort, ce qui compliquera évidemment le tout.
Les mêmes causes engendrant les mêmes effets, il est pourtant logique que puisque rien n'a changé, les Algérien(ne)s continuent de marcher dans une boucle qui ne s'arrêtera que par épuisement ou mort naturelle des participants. Ce qui n'est pas entièrement vrai, des choses ont changé, le niveau de la corruption semble avoir baissé d'intensité, les dernières élections au référendum ont été plus ou moins honnêtes, le Président arrive à marcher et n'a pas de frère conseiller.
Ce n'est donc plus le même cas, même si pour l'indépendance de la justice, la censure, la bureaucratie ou les réformes économiques, rien n'a bougé dans le bloc de béton. Sauf qu'on oublie que les Algérien(ne)s marchent pour garder l'espace ouvert, comme dans le froid où le mouvement empêche le gel, craignant que cette belle parenthèse puisse se refermer et faire tomber le pays dans l'avant, avec un pouvoir despotique et corrompu face à une population amorphe qui justifie son inaction par «c'est mieux que pire», et un FLN qui revient par la petite porte pour s'asseoir à la nouvelle APN, main levée la bouche pleine.
Car il y a dans le régime cette volonté discrète de se régénérer en changeant simplement de façade et de chaussures, le recyclage du personnel politique, les maladresses verbales des ministres et les réflexes de l'ancien régime en étant les signes. Le hirak va donc continuer mais rien d'alarmant à ça, les marcheurs ne font qu'1 kilomètre par vendredi en moyenne, ce qui fait 50 kilomètres parcourus depuis le 22 février 2019. Soit ce que fait un avion d'Air Algérie en trois minutes. Si on ne compte par ses retards.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.