Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères
Publié dans El Watan le 05 - 03 - 2021

Aucune présence policière aujourd'hui dans les rues à Béjaïa. «C'est intriguant !» nous susurre un manifestant qui a appris qu'à Bouira, par exemple, ce n'est pas le cas.
Le positionnement, la veille, des policiers au carrefour d'Amriw et les alentours de la maison de la culture avait fait croire pourtant au risque d'empêchement de la manif.
La marche hebdomadaire s'est déroulée sans le moindre couac, si ce n'est la persistance de certains slogans qui dérangent une partie des manifestants pour être perçus comme attentatoires à l'unité du mouvement ou à l'intégrité de l'Etat. «Les partis politiques à la poubelle !» a crié un groupe de jeunes, sans faire de vagues. Mais, le slogan, scandé lors de la marche de la communauté universitaire de mardi passé, indispose les centaines de manifestants qui réinvestissent la rue sans se détacher de leur chapelle politique, essentiellement du RCD, PST, FFS et PT, même si l'on ne met pas en avant les sigles. Des slogans que l'on suspecte porter des visées inavouées du courant islamiste ont provoqué hier encore, après l'épisode plus mouvementé de mardi dernier, la protestation de quelques marcheurs, ce qui a créé des altercations verbales brèves et vite éteintes. Mardi, pour rappel, les étudiants avaient riposté en criant «Ni Etat islamiste, ni Etat militaire, Algérie libre et démocratique». La polémique autour des tentatives d'accaparement du mouvement par le courant islamiste continue de mettre aux prises ceux qui crient haro sur Rachad et ceux qui croient qu'il faut savoir raison garder soutenant que le danger supposé de ce mouvement n'est qu'une vue d'esprit. Bref. Le mouvement se voit traversé par de gros soupçons de manipulation. En tout cas, les foules des marches de vendredi reprennent progressivement leurs marques. Hier, une partie des tambourinaires du mouvement est de retour pour redonner du rythme aux manifestations qui ont de la peine à s'extirper du cachet folklorique qui leur colle. Les familles aussi reviennent, timidement mais progressivement, dans la rue. Le projet de loi sur la déchéance de la nationalité examiné par le gouvernement a été décrié par les manifestants qui ont scandé ce nouveau slogan, adapté à l'actualité : «Ma tkhaoufounache bel djinsia, rabatna el miziriya» (vous ne nous faites pas peur avec la nationalité, nous avons grandi dans la misère). Tout ce monde montre sa conviction de devoir continuer à exercer la pression sur les tenants du pouvoir, même si l'on risque de s'enliser dans la routine des marches et de rester confiné dans la logique d'un mouvement à réaction.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.