Législatives: le taux de participation s'établit à 23%    Mascara: 110.000 qx de céréales stockés à la coopérative des céréales et des légumes secs    L'Algérie ne ménagera aucun effort pour assurer le succès de la réconciliation en Libye    Fraude au BAC: 28 individus condamnés à des peines de prison ferme    BAC à Khenchela: le sujet de la filière mathématiques remis par erreur à des candidats de la filière maths-technique    Foot: l'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Découverte d'un animal mort dans une cargaison de blé français livrée à Oran : Des opérateurs français réagissent    Chabet El Amer : Les villageois protestent devant le siège de l'ADE    Boumerdès : L'impatience des estivants    Coronavirus: 370 nouveaux cas, 247 guérisons et 10 décès    JSK-Coton Sport: le club espère 2.000 supporters, 10.000 refusés    Croatie : Modric encensé par son sélectionneur    Adjudication de titres miniers : 238 offres techniques relatives à 38 sites retenues    Euro 2020 : Mourinho pas tendre avec Bruno Fernandes    Frank Heinrich: "l'autodétermination au Sahara occidental, du seul ressort du peuple sahraoui"    Le NAHD sommé de réagir, le CRB pour atteindre le podium    L'Algérie conserve ses quatre représentants    City veut-il troquer Kane contre Mahrez ?    Nouveau gouvernement : que sont les rumeurs devenues ?    4 activistes de Rachad arrêtés à Constantine    Procédure accélérée pour Bedoui    Boukadoum prend part à la réunion du Comité sur la Palestine des pays non-alignés    Le Polisario salue les marches de solidarité en Espagne    Lancement d'un «guichet à distance» pour le dépôt des dossiers administratifs    Le corps d'un noyé repêché par la Protection civile    Les Mat 49 des vieux guerriers ne se taisent jamais vraiment !    Sortie d'un double album de Takfarinas    À Moscou, on gagne une voiture si on se fait vacciner !    "LE FINANCEMENT MONETAIRE EST RISQUE"    Quel rôle et quelle place pour les indépendants ?    LA DIASPORA MANIFESTE DEVANT LE PARLEMENT CANADIEN À OTTAWA    Qui a bloqué le projet de l'Epic communal ?    À Alger, l'eau au compte-goutte    Vers la création d'une banque de l'import-export    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    .sortir ...sortir ...sortir ...    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    Quand on manque d'un projet de société    L'Algérie carburera au sans plomb    Désaccord entre majorité et opposition sur la question sécuritaire    Attaque à la voiture piégée, 6 soldats français et 4 civils blessés    Les prévisions d'Oxford business groupe    Les nouvelles conditions    Quel bilan pour le gouvernement ?    Larbaâ nath irathen en deuil    Des démarches pour le classement des ksour Sfissifa et Tiout    L'Europe en chansons et sans visa!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Feuilleton Yemma II sur la chaîne TV Djazairia One : Les bons, les brutes et les truands
Publié dans El Watan le 24 - 04 - 2021

Parmi les feuilletons du Ramadhan 2021, les plus en vue (et vus) figure celui de Yemma –diffusé par Djazairia One -dont c'est la deuxième saison réalisée par le réalisateur tunisien Madih Bélaïd qu'on ne présente plus et qui confirme la dimension maghrébine du petit écran et pourquoi pas celui du grand.
Madih Belaïd, scénariste, réalisateur et documentariste (de renommée internationale), révélé en Tunisie par des feuilletons comme Noudjoum Ellil I et II, Naouret Lahwa I et II, El Akaber , et salué en Algérie par Khawa I et II, revient avec la suite de Yemma I. Un feuilleton (Yemma II) – produit par Ameur Bahloul (Gosto Event and Production)- captivant et bien ficelé, réunissant des comédiens chevronnés et ceux jeunes au talent prometteur.
Dans le désordre : Samir El Hakim, Mohamed Reghis, Khaled Benaïssa, Marwa Bouchoucha, Malika Belbey, Sid Ahmed Agoumi, Lamri Kaouane, Mounia Befeghoul, Amine Mimouni, Mabrouk Ferroudji, Chawki Amari (Fatima, En attendant les hirondelles, 143, rue du désert), le journaliste et chroniqueur d'El Watan, jouant le père souffrant de Rostom et pour la première fois au petit l'écran, la comédienne syrienne Khaoula Salem. Le scénario de Yemma II est cosigné par Madih Belaïd et Sofiane Dahmane.
Jamais sans ma mère
Yemma II, en fait, commence par la fin. Dans une atmosphère crépusculaire. Khaled (Mohamed Reghis) est un «légume» bavant, selon toute vraisemblance, dans un asile psychiatrique. Hamza (Mohamed Frimehdi) le commissaire, le contrôleur général de la police nationale est suspendu et rétrogradé. Le fils de Yemma (Malika Belbey, la mère adoptive), le frère de Khaled est mort.
Et ses funérailles sont déchirantes et d'une grande crédibilité scénique et filmique. Et puis, flash-back, sur le mois dernier. Qu'est-ce qui s'est passé ? Tous ces événements, leur succession, leur conjonction.. ? Ca fomente, ça cabale, ça trahit, ça ambitionne, ça manipule, ça tire des plans sur la comète... Khaled, au business florissant, voit sa vie basculer.
Il est déshérité par son père, Omar, le parrain, le puissant baron de la drogue, incarné par le grand Sid Ahmed Agoumi régentant son monde intra-muros et extra-muros. Sans toit, ni voiture, n'ayant pas un vaillant sou... Grandeur et décadence. Khaled ne trouvera refuge que dans le cœur de sa mère et de l'affection de sa fratrie. Et il voudrait renaître de ses cendres.
Car il a toujours été un ambitieux, un gagneur mais dignement avec intégrité, un «ould halal». Une débauche d'intrigues et d'ingrédients composant la recette réussie de ce feuilleton. Les thèmes récurrents sont les vraies valeurs de la vie opposées à l'instinct machiavélique, le rang social des petites gens à la diligente et obscure richesse de ces nouveaux nantis et autres pontes et leur pouvoir grandissant, les nantis de l'informel et l'illicite au pain noir de ceux trimant honnêtement, le milieu carcéral à la quête de respectabilité comme celle de l'ingénu Fadel (Samir El Hakim) voulant reconquérir son honneur. Une tuerie en série dans une jungle urbaine où tous les coups... de gueule et cœur sont permis.
A voir et revoir sur Youtube.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.