Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution
CHILI
Publié dans El Watan le 16 - 05 - 2021

Les Chiliens ont commencé hier à voter pour désigner les rédacteurs de leur nouvelle Constitution. Ils sont 14 millions appelés aux urnes pour choisir parmi 1373 candidats, 155 élus.
Etalé sur deux jours pour limiter les possibilités de contagion à la Covid-19, le scrutin comprendra aussi des élections locales de maire, de conseiller municipal et, pour la première fois, de gouverneur régional. Le Chili est l'un des rares pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui n'a pas d'autorités régionales élues.
Remplacer la Constitution rédigée en 1980 sous le régime militaire d'Augusto Pinochet (1973-1990) constitue une des revendications issues du soulèvement social déclenché en octobre 2019 pour réclamer la justice sociale.
Après la victoire du «non» au référendum de 1988 sur le maintien au pouvoir d'Augusto Pinochet, la Constitution subit des réformes.
Les mesures les plus antidémocratiques ont été retirées après la fin de la dictature. Mais le modèle néolibéral imposé sous Pinochet est aujourd'hui encore protégé par la Constitution.
Ainsi, en 1989, est consacrée la fin de la dictature militaire, en inscrivant dans la Constitution le principe de pluralisme politique, les sièges de sénateurs à vie sont abolis, et le mandat présidentiel est réduit de six à quatre ans.
A la recherche d'une ère nouvelle
Le changement de la Loi fondamentale actuelle, qui limite l'action de l'Etat et consacre l'activité privée dans tous les secteurs, notamment l'éducation, la santé et les retraites, constitue une des conditions sine qua non quant à amorcer des réformes dans un pays où les inégalités sociales continuent à sévir. La nouvelle Constitution doit être rédigée dans un délai de neuf mois, prolongeable une seule fois de trois mois supplémentaires.
Elle sera approuvée ou rejetée en 2022 par un référendum à vote obligatoire. Ce processus électoral est le premier au monde à élire une Assemblée constituante sur une base paritaire, avec un nombre égal d'hommes et de femmes. Il est marqué également par le fait qu'il réserve 17 sièges aux 10 peuples autochtones du Chili, (Mapuches, Rapa Nui, Aymaras, Quechua, Lickanantay, Diaguita, Colla, Kawashkar, Chango et Yaga).
L'opposition de gauche, dispersée sur 69 des 70 listes en lice, entend proposer un nouveau modèle pour le pays, avec différents droits sociaux garantis, comme l'éducation, la santé ou le logement.
De leur côté, les candidats de la droite au pouvoir regroupés sur une seule liste alliée à l'extrême droite défendent le système actuel, qui, selon eux, a favorisé la croissance économique du pays. Les premières estimations sont attendues ce soir.
La hausse des tickets de métro à Santiago a déclenché un mouvement de contestation le 18 octobre 2019. Malgré la suspension de cette décision et les mesures sociales proposées par le président conservateur, Sebastian Pinera, (augmentation de 50% du minimum vieillesse, cotisations des employeurs au régime de retraites, gel des tarifs de l'électricité entre autres), la contestation face aux conditions socioéconomiques et aux inégalités s'est étendue à d'autres régions et revendique une nouvelle Constitution.
Le mouvement de protestation ne s'identifie à aucun parti politique ou syndicat. En octobre 2020, plus de 78% des Chiliens se sont prononcés par référendum en faveur du remplacement de la Constitution.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.