Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Héliopolis a été le théâtre d'un génocide
Cinéma. Projection du film Héliopolis à Tizi Ouzou
Publié dans El Watan le 19 - 06 - 2021

«La réalité de ce qui s'est passé en 1945 à Guelma était plus dure que la fiction que j'ai proposée», a considéré le scénariste, réalisateur et producteur Djaâfar Gacem.
Le réalisateur Djaâfar Gacem poursuit l'opération de promotion de son premier long métrage de fiction Héliopolis, produit par le Centre algérien de développement du cinéma (CADC) , avec le soutien du ministère de la Culture et des Arts. Après Laghouat, Constantine, Oran et Alger, le film a été projeté, mercredi après-midi, à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, en présence du réalisateur et de son équipe artistique.
C'est un film dans l'histoire qui revient sur les raisons qui ont mené aux manifestations du 8 Mai 1945, ainsi que les boucheries perpétrées par l'armée française contre la population civile, à l'instar de celle d'Héliopolis, la bourgade martyre située dans la région de Guelma, où a eu lieu l'incinération de centaines de cadavres de musulmans algériens massacrés entre le 8 mai et le mois de juin 1945.
L'histoire d'une famille algérienne
Le film dépeint en outre, à travers le vécu d'une famille algérienne, les conditions sociopolitiques de la population musulmane durant cette période ayant amené le déclenchement de la glorieuse Révolution 1954-1962, et son engagement indéfectible pour la cause nationale. La trame d'Héliopolis sorti en 2020 captive artistiquement et émeut historiquement.
Connu et reconnu pour son savoir-faire dans ce domaine de création, Djaâfar Gacem, qui est également scénariste de talent, ne laisse rien au hasard dans toutes ses productions qui l'ont révélé aux téléspectateurs depuis les sitcoms très suivis, tels que Nass Mlah City (2001), Djemai Family (2008) et Soltane Achour Acher (2015).
A l'affiche dans plusieurs salles de projection, Héliopolis, son toutdernier–né dans la production, a eu un écho favorable depuis son lancement le 20 mai dernier, et ce, en dépit de la crise aiguë que vit le 7e art national ces dernières années, notamment le tarissement des ressources de financement destinées aux projets cinématographiques et le manque de moyens techniques, a-t-il fait savoir, lors de la conférence de presse précédant la projection de son film dans la grande salle de la Maison de la culture de Tizi Ouzou. Répondant aux questions des journalistes, Djaâfar Gacem a estimé que le titre Héliopolis n'est pas anodin.
«Il est symbolique», a-t-il soutenu. «La réalité de ce qui s'est passé en 1945 était plus dur que la fiction que j'ai proposée. Les massacres étaient plus nombreux et Héliopolis a été le théâtre d'incinérations de milliers de morts algériens d'où la symbolique de Héliopolis», a commenté le cinéaste, qui s'est montré très satisfait par l'accueil réservé par le public à son film à travers les wilayas où il a été présenté.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.