Transport: appel à intensifier l'activité de la flotte maritime    Le Président Tebboune arrive à Istanbul dans le cadre de sa visite en Turquie    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    La presse en Angleterre confirme pour Mbappé    Batimatec 2022: GSH présente sa solution globale    Obligation économique ?    En séjour illégal à Oran: Près de 200 Subsahariens rapatriés vers leur pays    Tebboune: «Rencontre inclusive» des partis politiques annoncée    La rançon d'une vie    Ligue 1 - Mise à jour: Deux chocs pour y voir plus clair    Pour éviter le scénario de 2021: L'Algérie affrète six avions de lutte contre les incendies    Sujets du Bac et du BEM: Les assurances du ministère de l'Education    Emigration clandestine: Onze harraga périssent noyés au large de Tipaza    D'autres chats à fouetter    Premier vol commercial au départ de Sanaa en 6 ans    Les évêques de Terre sainte accusent Israël de «manque de respect»    «C'est la guerre de l'eau»    La Caisse de garantie un outil performant    Les oubliés de la Solidarité nationale    500 associations se mettent de la partie    Theo Hernandez enflamme l'Italie    2500 sapeurs-pompiers mobilisés    La Présidence sur les chapeaux de roue    Tabi et l'indépendance de la justice    Tebboune renforce le front interne    Un député tire la sonnette d'alarme    Saisie de 3, 5 kg de mercure blanc    95 médecins spécialistes en renfort    «Le camp occidental est en dislocation»    La Casbah rouverte au grand public    Il rejoint le casting de la suite de «Dune»    Le langage codé des femmes    Benabderrahmane procèdera à l'ouverture du séminaire international des amis de la Révolution algérienne    JM-Oran 2022 : "Merci à l'Algérie de nous donner l'opportunité de se retrouver"    Le Président Tebboune s'entretient en tête-à-tête avec le Président Erdogan    Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Zones d'activités à Jijel : Rares sont les projets qui sont entrés en production
Publié dans El Watan le 12 - 07 - 2021

Cinq années après l'octroi des premières décisions au niveau de quatre zones d'activités (ZA) réparties sur autant de communes de la wilaya de Jijel, très rares sont les projets qui sont déjà entrés en production. Pourtant, avec un taux de chômage officiel de 13,73% à fin 2020, et une part de seulement 7% du marché de l'emploi pour l'industrie, la wilaya de Jijel se doit de se secouer pour hisser cette participation à un niveau plus appréciable. En effet, la moitié des emplois relèvent des administrations, commerces et services, un peu plus de 23% pour le BTPH et 19% dans l'agriculture.
C'est dans cette optique qu'il avait été décidé, au début de la dernière décennie, la création de nouvelles zones d'activité pour enrichir le parc déjà existant en matière de zones et de parcs industriels (Ouled Salah à Emir Abdelkader, créée en 1986 sur une superficie de 84 ha et Bellara, à El Milia en 2011 sur 523 ha) et de zones d'activité et de commerce (ZAC) créée à El Haddada (Jijel) en 1986 sur 26 ha, El Milia en 1986 pour 6,6 ha et l'Emir Abdelkader en 2016 sur 4,7 ha.
Aux 37,3 ha existants sont venus se greffer 4 nouvelles zones d'activité s'étendant sur 106,09 ha mis à la disposition des porteurs de projets. Les nouvelles entités installées à Beni Ahmed (Jijel), Oudjana, Chouf Letnine (Ouled Yahia) et Settara peinent encore à offrir toutes les commodités aux investisseurs, notamment en matière d'alimentation en énergie électrique, d'eau ou de gaz. Et même quand les réseaux internes ont été réalisés, ce sont les raccordements qui sont attendus dans la majorité des cas. La plus vaste des nouvelles zones, celle de Chouf Letnine, proche du parc industriel de Bellara, avec une disponibilité de 38 lots, dispose d'une superficie 73 ha, soit près de 69% de l'ensemble des 4 ZA.
La plupart des décisions d'octroi ont été signées entre 2014 et 2017. «Les investisseurs sont en train de réaliser leurs projets, certains avancent, je cite pour l'exemple, le plus important, qui s'étend sur 10 ha, appartenant à la Sarl Isoverlan, spécialisée dans la production de la laine de verre et de roche ainsi que la fibre de verre, dont le génie civil est bien avancé ainsi que pour le haut fourneau qui devrait s'élever jusqu'à 35 m», nous dira le P/APC d'Ouled Yahia, Rachid Benlahiana. Il nous parlera aussi d'autres opérateurs, notamment une unité de production de câbles électriques ainsi qu'une autre de production d'œufs ainsi qu'une écloserie de poussins.
Des activités avec des groupes électrogènes
Ce dernier projet a déjà eu à subir un glissement de terrain, ce qui a nécessité par la suite le changement d'assiette. Mais là encore, on attend les raccordements en matière de commodités. Le P/APC ajoutera que pour l'électricité, les études ont été achevées et que les raccordements devraient être réalisés dans un proche avenir, de même que pour le gaz. Pour l'eau, le raccordement se fera à partir de la conduite de diamètre 200 mm, alimentant Ouled Yahia à partir du barrage de Boussiaba. On rappellera à l'occasion qu'en avril 2016, Larbi Merzoug, le wali de l'époque s'était déplacé à Chouf Letnine pour constater de visu l'avancement des travaux. A Beni Ahmed, où l'on attend la finalisation du poste de transformation et les raccordements, des investisseurs ont dû démarrer leurs activités en se rabattant sur les groupes électrogènes et les citernes d'eau. A Oudjana, un autre opérateur spécialisé aussi dans le conditionnement, aidé par sa proximité de la route, a pu démarrer après avoir bénéficié d'un raccordement au réseau électrique. On relèvera aussi dans cette même zone, la présence d'une unité de transformation du papier ainsi qu'un abattoir industriel pour volaille.
Pour certains, dépendant de l'énergie électrique ou du gaz, la situation est encore pendante, alors que dans d'autres cas, qui n'ont pas fait l'objet d'annulation de l'attribution d'assiette, ce sont plutôt les travaux qui traînent pour diverses raisons. Pour sa part, Rabah Aguis, P/APC de Settara qui détient la ZA avec la plus faible superficie, nous indiquera que sur les 14 lots octroyés, seuls 6 ont démarré leurs projets. «Les travaux d'aménagement ont été effectués et que rien ne peut constituer un handicap. Quatre projets avancent comme il se doit et pour les raccordements, il n'y aucun problème avec Sonelgaz», ajoutera-t-il. Il ne manquera pas d'expliquer que la pandémie de la Covid-19 a eu un impact négatif sur l'avancement de ces projets, et d'ajouter que ceux qui marchent bien sont détenus par ceux qui s'appuient sur leurs propres fonds. Selon les données présentées dans le bilan annuel de la wilaya pour 2020, sur un total de 109 lots disponibles au niveau de ces quatre zones d'activité, 67 ont été octroyés, 25 sont non exploités, alors 17 sont toujours disponibles. La superficie ainsi encore disponible est de 12,04 ha dont 9,52 ha au niveau de Chouf Letnine.
Des projets en cours
Outre les zones précitées, la wilaya dispose d'une superficie dédiée à l'investissement dans la zone extra-portuaire de Djendjen (Taher) avec 33,9 ha, 33 ha au niveau du port sec de Chaddia (Kaous) et 3,5 ha à l'entrée est de la ville de Jijel. Par ailleurs, les autorités comptent réaliser 7 nouvelles petites zones d'activité et de commerce (ZAC) pour lesquelles une enveloppe de 700 millions de dinars devrait être dégagée. S'étendant sur une superficie globale de 27,6 ha, et dotées d'un total de 145 lots, celles-ci sont localisées au niveau de trois communes : Taher (Demina, Aïn Akrih et Azaroud), Chekfa (El Karia, Aachoucha et Amarouche) et Tebala dans la commune de Beni Yadjis. Ajoutées à ces dernières, une proposition a été faite pour réaliser sur 29,35 ha, une zone industrielle à Settara (45 lots), une ZAC à Beni Yadjis dotée de 40 lots et s'étendant sur 18,23 ha, et enfin une petite zone de 6,17 ha à Ouled Asker qui devrait bénéficier à 31 porteurs de projets. L'aménagement de ces dernières zones devrait nécessiter un investissement public de 1,06 milliard DA dont 52% du montant pour la seule future zone industrielle de Settara. Selon les données du bilan 2020, le secteur de la petite et moyenne entreprise (PME) compte 9 entités publiques, alors que dans le privé, elles sont 6 812 unités pour un nombre d'employés de 27 063.
Pour ces dernières, l'essentiel des postes de travail se trouve dans les activités de commerce (1 517 avec 3 600 emplois), les transports (782 pour 3 211emplois) ainsi que l'agriculture et la pêche (280 pour 1 727emplois). Pour ce qui est des projets d'investissement agréés jusqu'à la fin de l'année écoulée, ils étaient au nombre de 181 répartis entre 9 communes, celles de Jijel (61 dossiers), El Milia (52), Taher (37) et El Aouana (11) se taillant la part du lion. Prévus pour générer un total de 20 120 emplois, dont 8 040 à El Milia, 4 835 à Taher, 4 125 pour Jijel et 2 168 pour El Aouana, l'ensemble des 181 projets, dont 122 sont déjà couverts par un acte, seront installés sur une superficie globale de 481 ha et 43 ares.
L'industrie se taille la plus grosse part avec 89 intentions d'investissement suivie par le tourisme (32), les services (30), la santé (13), l'agriculture (10) et enfin la promotion immobilière avec 7 projets. Sur un autre plan, il y a lieu de mentionner les autorisations d'exploitation minière octroyées par la wilaya pour 9 opérateurs et 19 autres par l'agence nationale des activités minières (ANAM). Ces dernières concernent l'exploitation de gravier (11), de substances minérales (7), de sablières (3), argile (2), grès (1), kaolin (2), feldspath (1) et le marbre (1). Parmi ces sites d'exploitation minière autorisée, 7 n'ont pu démarrer leur activité pour des «raisons de sécurité» comme indiqué dans le bilan 2020 de la wilaya, et concernent des gîtes ou gisements de gravier (3), des substances minérales (2), le marbre (1) et un d'argile. 
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.