Trafic de drogues: démantèlement d'un réseau criminel composé de ressortissants étrangers    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Projet de loi de l'artiste: proposition pour la création de marchés de l'art    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Real : Valverde a dit non au PSG    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Contradictions ?    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    219 Commissions rogatoires émises    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le cartel de la pomme de terre provoque la pénurie
SOUK AHRAS
Publié dans El Watan le 13 - 10 - 2021

La pénurie de la pomme de terre a produit un effet boomerang pour ceux qui espéraient provoquer la colère du citoyen et forcer, par voie de conséquence, les instances de contrôle et les services de sécurité aux options casanières.
Le client conscient, plus que jamais, du jeu des spéculateurs fait peu cas d'une pénurie qui s'est installée depuis quelques jours et demandant l'intensification des contrôles inopinés. «C'est toujours la même rengaine en pareille saison. Les grossistes commencent graduellement une augmentation des prix, quelle que soit l'abondance du produit pour pouvoir atteindre des surprofits au détriment des bourses des citoyens et de la crédibilité de l'Etat », a déclaré Abdelouahed, un fonctionnaire moyen. Les prix affichés (70 DA à 80 DA) préparent, en fait, le pire pour l'hiver. Une saison durant laquelle ce produit prend des ailes pour atteindre au bas mot les 120 DA. C'est dans cet esprit préventif que les services de sécurité et ceux du commerce viennent de resserrer l'étau sur ce circuit malsain.
Le plus intrigant à Souk Ahras est dans le comportement de certains détaillants, d'habitude peu influençables. «Nous croyons que le prix de la pomme de terre doit être variable d'une saison à une autre et ceux affichés par les grossistes ou par nous-mêmes ne peuvent en aucun cas nuire au pouvoir d'achat», a lancé l'un d'eux, qui se dit lésé par rapport au prix plafonné de la pomme de terre. D'autres commerçants estiment, par ailleurs, que les outils régulateurs de l'Etat doivent faire en sorte que toutes les parties concernées soient soumises au contrôle à commencer pour le producteur. B. Selim, un économiste place ce phénomène dans un cadre condamnable à cause de ses conséquences néfastes sur le climat socioéconomique. «Toute pénurie est porteuse de déstabilisation et de discrédit par rapport au circuit naturel du commerce que nous savons soumis à l'offre et à la demande, car l'un assure la pérennité de l'autre.
Or, quand un corps étranger malveillant s'implique, ce sont les assises de ce circuit naturel qui sont ébranlées et c'est le citoyen qui en pâtit. Au-delà du citoyen les objectifs recherchés peuvent être motivés par des causes autres que celles liées à la réalisation des surprofits. La provocation d'un climat de panique et de colère mène souvent à une situation de précarité sociale et cette hypothèse n'est pas à écarter pour le cas des pénuries gérées à distance», a-t-il expliqué.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.