Une nouvelle génération des démocrates    «Le parti a atteint amplement ses objectifs»    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    La rupture?    Des blocages partout    «C'est criminel!»    Ramtane Lamamra : «Le séminaire a donné une vision claire de l'avenir»    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Les votes les plus curieux    Hazard de retour en Belgique?    Kjaer absent au moins 6 mois    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    L'Epic mis aux oubliettes    Le coup de maître de la Bmpj    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Hommage aux maîtres artisans disparus    Les mises en garde de Tebboune    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Benbouzid se prononce    7 décès et 185 nouveaux cas en 24 heures    Le Président palestinien aujourd'hui à Alger    Une qualification et des interrogations    L'alliance militaire entre le Maroc et Israël est "malsaine"    Une vision claire de l'avenir    «La bureaucratie est devenue un ennemi juré de la Nation»    Le CNDH appelle à la révision de la loi    L'ancien journaliste du Quotidien El-Moudjahid Rachid Semad n'est plus    Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Renouveau industriel, l'appétit grandissant de l'Algérie    Maroc : Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Plusieurs routes coupées dans certaines wilayas du pays    Du 24 au 31 mars 2022    Plaidoirie pour le tourisme saharien    Coupe arabe Fifa-2021 (Gr D/2e j): l'Algérie et l'Egypte passent en quarts    Coupe de la CAF (2e tour prélim./additionnel): JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    Tenue dimanche d'une réunion du Conseil des ministres    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Un autre procès attend Mira Moknache à Akbou    FLN-RND, la guerre de tranchées    Le Festival national de la poésie melhoun revient à Mostaganem    Cherfa exclut tout retour à ce système    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    Dans une conjoncture particulière: Mahmoud Abbas demain à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La campagne de vaccination compromise ?
Publié dans El Watan le 27 - 10 - 2021

Les appels réitérés du ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, et des professionnels de la santé engagés dans le plan de lutte contre le coronavirus, incitant les citoyens à se faire vacciner massivement pour réussir le pari visant à atteindre l'immunité collective, ne rencontrent toujours pas l'écho souhaité au regard des chiffres peu réjouissants enregistrés jusqu'ici. L'objectif optimiste du début, à savoir celui d'être au rendez-vous en termes de couverture vaccinale nationale avec un taux de vaccination de la population avoisinant les 70% pour affronter la 4e vague attendue par les spécialistes aux alentours du mois de décembre, s'éloigne sensiblement, comme l'atteste le peu d'affluence enregistré par les centres de vaccination au cours de ces dernières semaines.
La fluidité enregistrée depuis ces dernières semaines au niveau des centres de vaccination, la disponibilité des vaccins en quantité (13 millions de doses entreposées dans les chambres froides attendent preneurs, selon le ministre de la Santé) n'ont pas produit le déclic souhaité. La psychose suscitée par la 3e vague de l'été dernier, qui avait vu le compteur des contaminations et des décès s'emballer, avec à la clé une saturation des infrastructures hospitalières et des dysfonctionnements dans la prise en charge des patients en oxygène, semble être oubliée avec le retour à l'accalmie de ces dernières semaines. Fatalisme ? Inconscience et ignorance ? Echec de la stratégie vaccinale et de sensibilisation de la population ?
Comment peut-on expliquer cette attitude sinon de rejet, du moins d'attentisme d'une large frange de la population pour se faire vacciner, presque une année après le lancement de la campagne de vaccination ? La faiblesse du taux de vaccination des personnels de santé (18%), du personnel de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur, du milieu estudiantin (1% de vaccinés) a eu un effet démobilisateur sur la population.
De par leur statut d'élite éclairée de la société, leur réticence à se faire vacciner a lourdement contribué à nourrir les peurs et le climat de méfiance vis-à-vis du vaccin. Mais à la base de ces contre-performances enregistrées par la campagne nationale de vaccination qui peine à passer à un palier supérieur, il y a, incontestablement, la responsabilité des pouvoirs publics. La cacophonie des déclarations des responsables en charge du secteur de la santé, des membres du comité de suivi et de lutte contre la pandémie, qui ne parlent pas toujours d'une même voix, sur bien des sujets ayant fait débat depuis l'apparition de la pandémie chez nous, risque d'impacter négativement les chances de succès de la campagne. Ce fut le cas, entre autres, pour la question de l'opportunité de la vaccination ou non des enfants, de l'administration d'une troisième dose de vaccin qui revient au goût du jour après avoir été écartée par certains professionnels de la santé... Quand on entend le ministre de la Santé appeler, comme s'il s'agissait d'une opération de distribution de dons sociaux, «les personnes désireuses de se faire administrer une troisième dose de se rapprocher des centres de vaccination» sans que l'appel soit accompagné par un effort d'explication et de sensibilisation sur l'intérêt de la chose, on comprend pourquoi la campagne de vaccination bat de l'aile.
Comment parvenir à booster la campagne de vaccination tout en respectant le choix des pouvoirs publics d'en faire un acte volontaire et non obligatoire ? La piste du pass sanitaire dans les lieux publics et les administrations pourrait être envisagée, à l'instar de certaines expériences étrangères, pour forcer la main aux récalcitrants.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.