Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Olivier Fanon
« Je suis peiné que le nom de mon père soit associé à un scandale »
Publié dans El Watan le 06 - 06 - 2005

Olivier, le fils « biologique » de Frantz Fanon, comme il tient à le préciser, est un quinquagénaire plein d'entrain, débonnaire et cordial. La ressemblance avec le portrait du père est troublante, mais la chaleur du contact dissipe le trouble dès les premières paroles échangées.
Olivier est venu spécialement de Paris pour participer au colloque sur la pensée de Fanon, organisé par la direction de la culture au centre universitaire d'El Tarf les 30 et 31 mai dernier. « Bien entendu, j'en ai profité pour me recueillir sur la tombe de mon père à Aïn El Karma », dit Olivier qui nous a livré ses sentiments en les agrémentant de succulentes anecdotes. « Ce deuxième colloque au centre universitaire d'El Tarf, à quelques encablures du carré des martyrs où est inhumé Frantz Fanon, est plus que louable. Ce serait formidable si cela s'inscrit dans la continuité. Il y a cependant des imperfections qu'il faudra corriger. Je ne parle pas des aspects organisationnels et logistiques », commente notre interlocuteur qui déplore que « les débats, qui n'ont pas toujours été au niveau souhaité, ont montré que Frantz Fanon et sa pensée restent limités à certains des cercles d'initiés et n'ont pas encore gagné la sphère universitaire dans son ensemble, contrairement à ce qui se passe ailleurs, notamment en Europe, aux USA et au Canada ». Sur un autre plan, celui de la situation du pays, Olivier fait le constat que contrairement à Frantz Fanon qui a associé ses idées, ses écrits, son discours à ses actes - il cite la démission de Fanon pour rejoindre le FLN - « sa praxis » est loin d'être suivie en exemple par ceux qui prétendent s'inspirer quotidiennement de ses idées ou celles portées par la révolution algérienne. Le fossé qui se creuse entre le peuple et les dirigeants a pour origine, soutient Olivier, l'écart entre le discours euphorisant des responsables et l'extrême précarité dans laquelle sont plongées de larges couches de la population. « J'ai eu doublement mal lorsque j'ai ouvert les journaux qui rapportaient la série d'affaires de corruption à Blida, tout particulièrement celle de l'hôpital psychiatrique qui porte le nom de Frantz Fanon où se sont minutieusement élaborées les thèses de mon père », nous a-t-il déclaré pour commenter l'actualité récente dans notre pays.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.