Comment dit-on «t'zaguett» en espagnol ?    La démission de Sahli de l'APN toujours d'actualité    La marche des libertés violemment réprimée    5e édition du Salon international de la sous-traitance    Appel pour un fonds pour le développement de l'Afrique    L'armée reprend le contrôle sur l'ensemble de la province de Soueida    Le groupe Renault dans l'expectative    Le Sportage à l'honneur    Le dossier sur les bureaux de la CNRL    Les «Rouge et Noir» en conquérants    La déroute des Canaris «L'efficacité nous a fait défaut»    Le nombre d'accidents en baisse    Des essais d'armes chimiques français au Sahara algérien ?    Le progrès informatique au service des arts et lettres    La générale de la pièce Istirahat El mouharidjine début décembre    22 novembre 1999 : assassinat de Abdelkader Hachani, un homme de dialogue    Tizi Ouzou : 55% des foyers ont accès à l'internet    600 associations se partagent 20 milliards    Football - Ligue 1: Match à six points à Sidi Bel-Abbès, la JSK en appel à Bordj    Guitouni: Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars d'ici 2022    Relizane: Plus de 32.000 pétards saisis    Centres de vacances, le boulodrome, des locaux commerciaux...: Des directives pour récupérer les biens communaux squattés à Aïn El Turck    Les Falaises: Deux blessés graves après une chute de plus de 40 mètres    Belgique: Le front «El-Moustakbel» en Vip politique    Israël en plein doute sur son invincibilité militaire    37.000 migrants nigériens rapatriés en 4 ans: L'Algérie dénonce les pressions internationales    Hamma Bouziane: Des logements pour les enfants des deux victimes des inondations    Mahrez dans l'équipe type de la 5e journée    Les locaux contribuent au succès de Lomé    Des tourments de l'Histoire ravivés par le Brexit    Le "Onze" gagnant de Belmadi    La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte efficace    Violation des arrêts de la CJUE : La communauté internationale et l'UE interpellées    Le ministère du Commerce saisit la justice    Le terroriste abattu à Mila, identifié    Le wali Ben Touati en visite à Medroussa    L'association nationale des éleveurs d'ovins est née    La DGSN tarde à exaucer le vœu des citoyens    Education : Mme Benghabrit satisfaite de l'intérêt porté aux questions pédagogiques    Ouyahia bientôt face aux députés    11 cadres de Djezzy décrochent leurs M.B.A international à l'université Paris1 Sorbonne    Djezzy lance une promotion HAAARBA et offre 75 Go pour seulement 1500 DA    Le P-dg fait des révèlations    L'épure comme démarche artistique    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Un art majeur comme mode d'expression    Deux Algériens lauréats    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Vie des anges de Ali Hadjaz
Publication
Publié dans El Watan le 07 - 09 - 2005

Ancien adjoint d'éducation, animateur et réalisateur à Berbère TV, lauréat du concours Jeune reporter 2000, en 1999 organisé par TV5, Ali Hadjaz se lance aujourd'hui dans la littérature. En effet, il vient de publier à compte d'auteur son premier roman intitulé La Vie des anges(1).
Il est tiré à 2000 exemplaires, une opération qui a coûté à l'auteur 16 millions de centimes. Le livre relate l'histoire d'un adolescent Samy qui croit ou plutôt à qui on a fait croire, à commencer par sa grand-mère, qu'il est protégé par les anges. Vivant dans un village reculé perché sur la montagne en Kabylie, il est vrillé par l'idée de quitter le pays. Une idée que partagent tous les gens du village. Il abandonne son examen du bac et part en Belgique, puis en France où son père Smaïl gère un café qui a fini par être fermé pour factures impayées. Commencent les rêves qui se mêlent d'illusions jusqu'à corroder l'âme pour ensuite finir par se remettre en cause. Il a à peine 19 ans. Il s'inscrit dans un lycée pour poursuivre ses études, mais finit par déchanter, car ressortissant de l'école algérienne qui forme des zombies, il se rend compte qu'il a beaucoup de retard à combler. Fougueux et téméraire, il sombre dans l'alcool, les veillées, les boîtes de nuit, un eldorado qui l'engloutit dans les abysses de l'abîme. Et puis, les malentendus avec le père qui lui reproche de rentrer tard et d'égrener son temps avec les filles, au lieu de l'aider au café. Il y a aussi Radjia, une femme de l'Est du pays, mariée à un homme du pays, traditions obligent. Un homme qu'elle n'aime pas. Avec Samy, elle découvre la vie et font un enfant. Dans ce tourbillon de voluptés, il se sent déçu, sans pour autant renoncer à ses mirages. « Il se rendit d'ailleurs compte que rien ne lui appartenait : l'argent et le gîte sont ceux de son père, et cette femme qui aurait pu le rendre heureux était celle d'un autre. Il ne faisait qu'en profiter momentanément. Néanmoins, la flamme et la soif d'aimer demeuraient intactes dans son cœur. Il ne vivait que pour aimer, que pour l'amour. Il voulait venir à bout d'affreux souvenirs de déceptions. » (p. 74). Et plus loin : « Un père qui m'a renié parce que je suis rentré un peu tard. Radjia, ma seule amie, est la femme d'un autre. Des lacunes insurmontables dans mes études... » (p. 159). Il finit par décrocher un poste d'animateur dans une radio, mais le consulat d'Algérie à Lille le convoque pour retourner au pays afin de faire son service militaire. Ainsi, sonne le glas de ces balades et sorties avec les Babette, Lauren et Radjia entre autres. Il revient au village et croise son premier amour, Dahbia avec un bébé. Mais tout ce parcours, l'adolescent l'a fait dans un rêve quand il faisait la sieste. « C'était la première fois que la sieste dura jusqu'à la tombée de la nuit dans la grotte d'Azur Laghir. Il se leva vite en s'apercevant qu'il allait se faire sermonner encore par ses parents, car les moutons étaient restés jeûner dans l'étable » (p. 202). Néanmoins, il décide de réaliser ses rêves vus dans ce rêve nourri de réalité. Une réalité qui se sustente de rêves. Samy « est convaincu qu'il est un ange parmi les anges. Quand on se sait ange, on peut voler. De la bordure du rocher, soutenue par ses anges gardiens, sans prendre d'élan, il bondit dans le vide, s'envola avec les anges... vers ses rêves d'ange » (p. 202).
- Ali Hadjaz : La Vie des anges. 203 pages. Publié à compte d'auteur. Tizi Ouzou 2005. Prix 250 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.