Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syndicalisme autonome
Le CNLS propose un pacte alternatif
Publié dans El Watan le 27 - 09 - 2005

Le Comité national des libertés syndicales (CNLS) a présenté, hier lors d'une conférence de presse animée au siège du SNPSP, son pacte économique et social alternatif. Un projet qui est une vue des syndicats autonomes quant à ce que doit être un véritable pacte économique et social. « Ce pacte a été conçu à la lumière de l'opacité qui entoure le projet social proposé par les pouvoirs publics.
On ne pouvait pas commenter un pacte social dont on ne connaissait ni les dispositions ni les tenants et les aboutissants. Nous étions alors obligés d'alimenter les débats en proposant aux pouvoirs publics un pacte alternatif », dira M. Besbes, premier responsable du CNLS. Pour les syndicats regroupés au sein du comité, un pacte social doit être une conséquence d'un dialogue soutenu entre le gouvernement, les représentants du patronat et les représentants des travailleurs sans exclusion (différentes sensibilités syndicales). Le pacte social proposé par le comité est divisé en deux volets : un pacte d'urgence et l'autre de consolidation. Concernant le premier élément, les parties signataires de ce pacte doivent se souscrire à certaines directives qu'ils doivent, impérativement, appliquer, notamment l'amélioration des conditions socioprofessionnelle des travailleurs, la préservation des postes d'emploi, l'amélioration de la capacité d'insertion professionnelle, le développement de l'esprit de l'entreprise et la création d'emploi, le renforcement de la politique d'égalité des chances à l'emploi entre les femmes et les hommes, la lutte contre l'évasion fiscale et la corruption et enfin la préservation et l'amélioration du secteur public. Dans le pacte, explique M. Besbes, il est fait référence à l'engagement des pouvoirs publics et du patronat à surseoir à toute compression des travailleurs durant la durée du pacte, à augmenter les salaires ou bien la mise en place d'une politique des salaires en harmonie avec le pouvoir d'achat des travailleurs. « Nous proposons que ce projet soit débattu lors de la prochaine tripartite en présence de tous les syndicats des différentes sensibilités », a affirmé M. Besbes, qui affirme que le projet implique également les travailleurs qui s'engagent à accompagner les réformes soumises au partenaire social sans aucune exclusion et les discuter dans un cadre adéquat. Ils doivent aussi soutenir les initiatives publiques et privées en matière d'emploi et de formation en vue de réaliser les objectifs du pacte, observer une trêve dont la durée sera fixée conjointement pour la concrétisation de ce pacte. Par ailleurs, le premier responsable du comité a indiqué que dans le pacte il existe des préalables que le gouvernement doit satisfaire : à savoir la concrétisation du droit à la négociation, de veiller au respect et à la promotion des libertés syndicales, de reconnaître et d'enregistrer les syndicats conformément à la législation (allusion faite au Conseil des lycées d'Alger - CLA - et au Conseil nationale autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique - CNAPEST), de cesser toutes les pressions contre les syndicats et les organisations syndicales et enfin de concrétiser la non-ingérence dans les affaires strictement internes aux syndicats. Les représentants du CNLS ont considéré ce pacte comme étant une étape finale. « Le pacte déclare une trêve pour mieux appréhender l'avenir et permettre un climat favorable à une relance économique nécessaire pour l'avenir du pays et des travailleurs d'une manière générale », ont-ils soutenu. Aujourd'hui, affirme M. Besbes. En dépit de l'embellie financière et de la politique d'hostilité subie par les travailleurs depuis dix ans, ces derniers ne constatent aucun changement sur le plan socioprofessionnel. Notons que le CNLS s'est dit solidaire avec les magistrats suspendus de leurs postes d'une manière abusive.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.