La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    Placé sur liste noire par les Etats-Unis, le Chinois Xiaomi répond    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    La Lamborghini des bourdes !    La Juventus et l'Inter, deux visions du mercato    La Lazio se relance en corrigeant la Roma dans le derby    L'AG ordinaire de la FAC le 23 janvier à Alger    Relance des travaux    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Le lait en sachet, une denrée rare    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    Les avocats plaident l'innocence    Le schiste américain remonte la pente    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    300 millions de centimes dérobés    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    La rue fait monter la pression au Soudan    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Situation politique et questions régionales au menu    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    LOURDE CHARGE    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    O. Médéa: L'Olympique force le respect    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Lentement ou sans précipitation ?    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le RCD fustige le gouvernement    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La contestation prend de l'ampleur dans les universités
Annulation du décret présidentiel n° 10-315
Publié dans El Watan le 15 - 02 - 2011

La colère des étudiants s'accentue. Elle gagne d'autres universités à l'est du pays. Grève par-ci, rassemblement par-là. Le mouvement de contestation prend de l'ampleur. La raison est la même : maintien du système classique et annulation du décret n°10-315 du 13 décembre 2010 fixant la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires.
Après des actions disparates, les étudiants de différentes universités algériennes ont décidé d'unir leurs forces en mettant en place une structure de concertation pour de futures actions communes. Cette structure, appelée coordination, regroupe d'ores et déjà 16 universités et toutes les écoles nationales qui ont eu à mener des actions de protestation la semaine dernière.
Les initiateurs de cette coordination disent être en contact avec les étudiants d'autres universités pour élargir le front à l'ensemble des étudiants concernés par ce nouveau système rejeté.
Comme première action commune en vue : un rassemblement demain devant le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Certains protestataires veulent aller plus loin et rendre ce rassemblement quotidien jusqu'à l'annulation du décret contesté.
Les étudiants (en graduation et post-graduation) refusent ainsi de baisser les bras et affichent leur détermination à aller jusqu'au bout de leurs revendications qu'ils rappelle dans une lettre adressée au ministère de tutelle.
Dans cette lettre de doléances, les étudiants détaillent les raisons de leur contestation : «Comment peut-on expliquer le fait qu'un étudiant titulaire d'un bac+5 ayant réussi un concours national pour l'accès en post-graduation et une année théorique après une série d'examens – et ayant soutenu un mémoire dont la finalisation nécessite au minimum une année et plusieurs mois d'attente pour l'obtention d'une autorisation de soutenance et dont le travail fera l'objet de communication nationale et internationale, voire de publication – soit aligné au même titre qu'un étudiant titulaire d'un mastère qui obtient sa licence suite à la présentation d'un poster ou d'un rapport théorique de stage», dénoncent les étudiants protestataires, qui précisent en outre que la délivrance du diplôme de mastère aura lieu après la soutenance d'un mémoire dont la préparation prend trois à quatre mois de stage pratique.
Pour eux, incontestablement, le cursus des étudiants du système classique est incomparable en termes de qualité à celui des étudiants suivant le système LMD dont l'application est diversement appréciée. «Ce décret défavorise les titulaires du diplôme de magistère qui ne pourront postuler aux postes de l'enseignement supérieur qu'après une inscription en doctorat, soit bac+8. Ces derniers verront leurs chances compromises par la candidature des titulaires du diplôme de mastère inscrit en doctorat de 3e cycle, soit bac+6», font-ils remarquer dans la lettre adressée au ministère de l'Enseignement supérieur.
Les étudiants du système classique énumèrent les préjudices causés par ce décret aux titulaires du diplôme d'ingénieur d'Etat (bac+5).
«Comment expliquer à un étudiant ayant obtenu son baccalauréat avec mention et qui intègre une école d'ingénieur pour obtenir son diplôme qu'il se retrouve dans la catégorie 13, alors qu'un autre, ayant obtenu son bac sans mention, se retrouve en catégorie 14 ?», relèvent les protestataires.
Outre le retour à l'ancien système, les étudiants demandent l'abrogation de l'équivalence du diplôme de magistère, la reconduction du droit d'accès aux grades de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour les titulaires d'un magistère, l'éclaircissement de l'orientation des étudiants en tronc commun (système classique), le maintien des concours d'accès en post-graduation au profit des étudiants ingénieurs d'Etat ou leur intégration en première année doctorale (3e cycle LMD). Les étudiants assurent qu'ils resteront mobilisés jusqu'à la pleine satisfaction de leurs revendications.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.