Vers l'élection d'un autre président    17 recommandations adoptées    Plaidoyer pour une agriculture «raisonnée»    L'Américain Pompeo tente de dénouer l'affaire Khashoggi avec Riyad    TARIFS DES VEHICULES NEUFS MADE IN ALGERIA    Evolutions en profondeur    La LFP établit le calendrier de la phase aller    Les Verts mal inspirés !    Madar Holding va acquérir 67% des actions de la SSPA    Arrestation de 4 dealers dans 3 opérations différentes    Plus de 16 000 doses pour Jijel    Le chocolat peut provoquer des migraines    Alger sous le charme du classique    Nobel de la paix : mérite et contexte !    Relizane - Travaux publics : le casse-tête des délais de réalisation    Aïn El-Turck: Les demandeurs de logement reviennent à la charge    Ni rébellion ni déstabilisation    Attentat du Palais du Gouvernement: Le dossier de nouveau devant la justice    Guelma: Un 17 octobre 1961...    Saïd Bouhadja. Président de l'APN : «Ma démission a été exigée en dehors du Parlement»    Les Etats-Unis développent de nouveaux sites militaires en Europe    Brèves…    Une poudrière sociale appelée Maroc    Les relations économiques sino-russes passent à la vitesse supérieure    Portant ratification d'accords entre l'Algérie et quatre pays : Le président Bouteflika signe plusieurs décrets    Les investissements privés en cale sèche    L'ASMO s'apprête à revenir au stade Bouakeul, la crise financière s'amplifie    Le CR Belouizdad sanctionné d'un match à huis clos    Ligue 1 (mise à jour) : L'USMA rejoint la JSK en tête, le MCA s'offre le CSC (2-1)    Mobilis au Salon international des énergies renouvelables ERA 2018    lancement d'une nouvelle offre digitale    Exploitations agricoles: Fin 2018 dernier délai pour la conversion du droit de jouissance en droit de concession    Point focal de la mobilisation et de la vigilance    Inscriptions en Master 1 : La grogne des étudiants recalés    24 heures    Iferhounène : Les villageois protestent    «Plus de 1.500 magistrats ont été désignés pour superviser les prochaines élections»    Combiné avec munitions réelles Gaïd : Salah supervise l'exécution d'un exercice démonstratif    Risque de flux migratoires «plus inquiétants» à cause de la situation au Sahel    57ème anniversaire des manifestations du 17 Octobre 1961    Nouveau rebondissement    Festival international de théâtre de Béjaïa    Cheurfa N'Bahloul : Saïd Guerdi, ancien membre de l'ALN, n'est plus    Bataille de Tinsaouine (Yakourène) en 1959 : Le jour où deux sœurs sauvèrent un moudjahid    Les Rouge et Noir annoncent la couleur    Les verts s'inclinent à cotonou    La coalition de Merkel en plein doute    Une bande démantelée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour la reconquête des espaces culturels
Dialogue artistes-pouvoirs publics
Publié dans El Watan le 16 - 02 - 2011

A l'initiative d'un député, les artistes protestataires ont accepté de s'asseoir autour de la table avec les responsables. Les deux parties se sont entendues pour renouveler la rencontre
chaque six mois.
Les sit-in d'un groupe d'artistes organisés tous les mardis sur la place jouxtant le théâtre régional de Batna (TRB) depuis plus d'un mois, ont-ils fini par persuader les autorités de la nécessité du dialogue, ou bien s'agit-il d'une simple astuce dans un souci d'apaisement ? A l'initiative de Mohamed Bouras, député d'obédience RND, les artistes de Batna étaient conviés samedi passé à la maison de la culture Mohamed-Laïd Al Khalifa afin de discuter de la situation de la culture au niveau de la wilaya. Le chef de daïra, le président de l'APC, le directeur de la culture et le directeur du TRB, étaient également présents à cette réunion pour écouter les doléances des artistes marginalisés. On remarquera, cependant, l'absence du directeur de l'école des beaux-arts, mis en cause par les protestataires.
Des artistes peintres, des musiciens, des comédiens et des danseurs ont répondu à l'appel avec toutefois quelques appréhensions quant au sérieux de cette initiative. «Nous ne perdrons rien à y aller», nous dira le décorateur Saïd Aberkane. Khaled Bouali, dramaturge, poète et écrivain, n'a pas pris des gants pour dire sa pensée: «Une culture gérée par la médiocrité ne peut générer que de la médiocrité.» Et d'ajouter: «Nous voulons savoir à quoi ont été dépensés les budgets alloués à la culture durant ces dix dernières années. Nous ne comprenons pas les raisons du maintien des directeurs à la tête du théâtre, de la maison de la culture et de l'école des beaux-arts pendant 10 ans et plus, voire 20 ans.»
Pour sa part, Rachid Moufouk, un sculpteur qui mérite plus que des hommages occasionnels, se contentera de rapporter une anecdote qui doit inspirer nos responsables en matière de prise en charge des artistes. «Je travaillais comme soudeur en charpente métallique dans une société américaine, raconte-t-il, la voix chargée d'émotions. Un jour, j'ai pris l'initiative d'exposer mes œuvres sur le chantier, et ne voilà-t-il pas que le directeur de l'entreprise décide de me dispenser du travail; il m'invite à ne m'occuper que de sculpture, tout en continuant à me rémunérer». Un chanteur de RAP intervient lui aussi à la manière rythmée et cadencée des rappeurs. Il parle des jeunes de 18-20 ans qui mériteraient d'être pris en charge, disant: «Donnez-leur un lieu pour des répétitions et offrez-leur des espaces pour des concerts. Ce sont les artistes de la modernité et c'est eux que les jeunes apprécient et préfèrent écouter.» Chawki Bouzid, réalisateur de théâtre, s'étonne pour sa part: «Comment se fait-il que des jeunes arrivent à communiquer avec d'autres jeunes d'Amérique et d'Asie et se font écouter alors qu'ils sont ignorés par des responsables vivant dans le même espace?»
Tous les présents, faut-il le signaler, étaient unanimes pour dire que l'organisation du festival international de Timgad doit revenir à ses fondateurs de Batna. Les responsables qui ont par la suite pris la parole, ont, tour à tour, avancé des promesses du genre: «Dorénavant les portes sont ouvertes et nous serons à l'écoute.» Pour la petite histoire, Youcef et Nouh, deux lycéens également présents à cette rencontre, ont pu récupérer les papiers sur lesquels le député Mohamed Bouras avait inscrit les doléances. Nos deux prétendants au Bac, s'interrogeant sur la sincérité de cette personne qui, à la fin, avait oublié ses notes, ne manqueront pas de faire la remarque suivante: «Cette réunion nous rappelle une leçon d'histoire sur la France coloniale qui avait initié des projets de construction de bâtiments pour loger les indigènes afin d'absorber leur colère, et qu'ils avaient baptisé plan de Constantine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.