35 personnes accusées dans des affaires de corruption    Opérateurs algériens et libyens se concertent sur l'impulsion de la coopération bilatérale    Rencontre mardi sur    Pétrole/gaz de schiste : opportunités et risques    Proposition de paix    «La décision de mon exclusion du bureau exécutif est antiréglementaire»    Le DEN satisfait des résultats    Deuxième place pour Reguigui    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Les services douaniers ont enregistré 70 contraventions depuis le début de l'année en cours    Nécessité d'un schéma national de transport pour réduire les accidents de la route    «L'Hommage au jazz» de Noredine Chegrane    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Le Mouloudia vidé de ses cadres !    Rien n'est confirmé Algeria 2020    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Ankara veut créer une zone de libre-échange avec l'Algérie    Les vols à destination de la Chine suspendus    11 harraga interceptés au large d'Oran    "Mal négociés", selon Wahiba Bahloul    Visite inopinée de CHerif Omari a la laiterie de birkhadem    Objectif atteint pour les Verts    Marc Lavoine prochainement en concer    avec «force» l'attaque terroriste contre le camp militaire de Sokolo au Mali    M. Davaasuren, Secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères de Mongolie, effectuera une visite de travail en Algérie    Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Complexe de sidérurgie "Tosyali" d'Oran: le challenge des exportations hors hydrocarbures    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    Les consommateurs dénoncent    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    Un "terminus" brutal pour la JSK    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ELEVAGE CAMELIN
Le cheptel national menacé
Publié dans El Watan le 26 - 08 - 2004

Avec quelque 140 000 camélidés, l'Algérie est respectivement classée au 18e rang mondial et au 8e rang du monde arabe. L'élevage camelin, l'un des piliers des économies steppique et saharienne, éprouve de nombreuses contraintes qui représentent une menace pour la diversité génétique locale.
L'effectif camelin national a en effet connu une nette régression durant la dernière décennie. Estimée à 140 000 têtes uniquement, 20 000 de moins qu'il y a dix ans, cette espèce rustique subit les pires sévices dus aux accidents de la route et à l'envasement dans les bourbiers pétroliers, ceci quand elle échappe à la soif, aux abattages incontrôlés et aux exportations clandestines. Symbole de l'endurance, notre dromadaire national a perdu sa fonction traditionnelle suite à la mécanisation des transports et à la sédentarisation des populations sahariennes. Les spécialistes parlent surtout d'un laisser-aller politique dû à l'orientation et à l'adaptation de l'élevage vers les nouvelles activités de production de viande. Ainsi, ni la chair cameline réputée pour être saine, parfumée et light mais également tous les sous-produits du chameau ne bénéficient d'aucune valorisation. Leur consommation se réduit aux zones d'élevage. Trois principales zones d'élevage camelin sont localisées en Algérie : le Sud-Est, l'extrême Sud et le Sud-Ouest avec respectivement 52,30 et 18% de l'effectif total. La zone potentielle se trouve au Sud-Est et au Sahara central avec quelque 32 000 têtes réparties entre El Oued et Biskra et à un degré moindre les wilayas de M'sila, Tébessa, Batna et Khenchela, en plus de 27 000 têtes au centre du Sahara qui englobe Ouargla, Ghardaïa, Laghouat et Djelfa. Vient ensuite l'extrême Sud qui, avec 34 000 têtes, englobe Tamanrasset, Illizi et le sud d'Adrar. Au Sud-Ouest, près de 21 000 têtes sont recensées à Béchar, Tindouf, le nord d'Adrar, Naâma et El Bayadh. L'effectif camelin national appartient à deux grands groupes génétiques : le chaâmbi et le targui (méhari). Ils comptent huit sous-types inventoriés : le reguibi, sahraoui, chameau de l'Aftouh, Ajjer, Aït Kebbach, Ouled Sidi Cheikh et chameau de la steppe. L'espèce algérienne se caractérise par diverses variantes de taille et de pelage. Il s'agit généralement de races fortement croisées avec le dromadaire arabe. Mais au-delà de la donne génétique, le principal point commun demeure une forte régression de l'effectif et un déclin remarqué de certains sous-types, tels que le chameau de la steppe rencontré à la limite de la steppe et du Sahara ainsi que l'Oued Sidi Cheikh répandus jadis dans le Sud oranais et remplacés par le type sahraoui. Le chaâmbi et le targui sont de loin les types les plus robustes et les plus prisés. Excellent méhari, animal de selle par excellence, le second est souvent recherché au Sahara comme reproducteur. Les contraintes alimentaires et de gestion des parcours sont posées avec acuité par les représentants des éleveurs. En zone pastorale, les sécheresses, successives, le surpâturage localisé et le maillage inadéquat des points d'eau ont entraîné une diminution tant qualitative que quantitative des ressources fourragères disponibles. L'augmentation des puits de parcours ces dernières années n'a pas réglé le problème de l'abreuvement des troupeaux. La mort sur les routes, à cause de l'excès de vitesse ou par enlisement dans les bourbiers pétroliers abandonnés en l'état par Sonatrach, est devenue un phénomène habituel. Chaque jour apporte sont lot de victimes humaines et camelines sur les parcours. De même, la faiblesse de l'organisation des éleveurs et le transfert illicite vers les pays limitrophes contribuent à rendre difficile toute relance de l'élevage. La déficience de la surveillance sanitaire et l'imperfection du circuit d'approvisionnement en produits pharmaceutiques et zootechniques dans des zones pastorales lointaines et inaccessibles sans une motorisation adaptée des services vétérinaires au niveau des directions des services agricoles. Les contraintes institutionnelles et financières restent de loin les plus difficiles. L'inexistence d'une politique de développement spécifique à l'élevage camelin, l'inefficacité de l'encadrement et du financement du secteur. L'avantage est l'expérience de l'université algérienne qui tend à renforcer les études sur le terrain. Les centres de sélection génétique et ceux mobiles de multiplication du camelin lancés dans la zone du Hoggar depuis 1998 sont un atout de taille pour la préservation et l'amélioration de l'espèce assortie d'une tendance à la maîtrise plus ou moins parfaite des pathologies dévastatrices à travers les campagnes annuelles de vaccination. Le dromadaire, animal de providence du Sahara, supporte facilement que la température de son cœur passe de 41C° le jour à 34° la nuit. Il offre plus de 450 kg de viande pour l'adulte, alors qu'à sa naissance, après treize mois de gestation, un chamelon pèse à peine 30 kg.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.