La déclaration de politique générale du gouvernement n'est pas programmée : Une autre violation de la Constitution !    Les Rouge et Noir éliminés à Khartoum    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Le FLN part en favori    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    La revanche des riches    Défaitisme    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maître dinandier à la Casbah : Une corporation qui périclite
Alger : les autres articles
Publié dans El Watan le 17 - 03 - 2011

Dans le dédale de la cité de Sidi Abderrahmane Ettaâlibi, à peine deux ou trois artisans dinandiers tentent, tant bien que mal, de faire de la résistance pour maintenir vivant un tant soit peu ce pan de notre patrimoine artisanal.
Exerçant son métier de dinandier depuis une trentaine d'années, l'artisan Boudjemaâ Gasti, qui a ses quartiers dans la Haute-Casbah, continue de s'adonner avec passion à son exercice artisanal aux côtés du septuagénaire, ammi Mohamed El Hachemi, propriétaire d'une échoppe dans la rue Katarougil (qata' erdjel), sise au n°2. «L'activité de dinandier demande patience, effort et doigté», nous dit
Boudjemaâ, soulignant, non sans dépit, que «la corporation de dinanderie a tendance à s'effacer du paysage casbadji, contrairement à d'autres villes de pays voisins où elle est toujours omniprésente et constitue même une des belles vitrines destinées pour le tourisme en quête de curiosité.»
Autrefois disposés en enfilade dans une des ruelles de La Casbah, côtoyant les autres métiers, les maîtres dinandiers ont déserté l'espace sans qu'il y ait une relève sûre à même de pérenniser ce savoir-faire ancestral qui n'a plus pignon sur rue. Les uns sont découragés par le commerce de pacotille qui fait recette, préférant mettre la clé sous le paillasson, au moment où d'autres ont troqué le métier de dinandier contre un négoce plus rémunérateur. «Mais ce qui entrave davantage notre activité artisanale, c'est le fait que nous autres artisans, nous ne sommes pas considérés à notre juste valeur», résume M. El Hachemi sur un ton résigné. Et de mettre à l'index la direction des impôts qui, selon lui, les contraint à un assujettissement fiscal somme toute pénalisant.
Dans le dédale de la cité de Sidi Abderrahmane Ettaâlibi, à peine deux ou trois artisans dinandiers tentent, tant bien que mal, de faire de la résistance pour maintenir vivant un tant soit peu ce pan de notre patrimoine artisanal. Ils font contre mauvaise fortune bon cœur et chaque jour que Dieu fait suffit sa peine, sommes-nous tentés de lire sur leur visage. Un labeur qui, désormais, ne rapporte pas, sinon une activité qui leur assure une vie décente.
Les objets qu'ils réalisent sont destinés à une clientèle assidue ou proposés à des visiteurs de passage. Mais ce n'est pas évident, laisse entendre ammi El Hachemi qui se plaint, par ailleurs, du «manque de matière première, comme la feuille de cuivre épaisse qui convient pour la fabrication de certains objets à usage domestique». Boudjemaâ Gasti ne ménage pourtant aucun effort pour aller récupérer dans des marchés de brocante ce matériau dans d'autres villes du pays. Il réunit par-ci par-là des lots de pièces de cuivre rouge-brun ou jaune, dissemblables et gâtés par le temps pour en faire des objets servant aux usages de la vie courante, des accessoires de décoration non sans créer également des pièces à l'usage de certains manufacturiers ou des particuliers.
S'attelant à donner forme à son objet, notre artisan évolue dans son petit atelier au rythme du son métronomique du maillet et du ciseau. Il décape la pièce, la transforme dans le tour, la martèle, avant de la ciseler en lui conférant, sous l'œil expert de ammi El Hachemi, des motifs que résume un mélange de dessins traditionnels inspirés de motifs d'arabesques et de formes géométriques. Une activité ardue, surtout lorsqu'il s'agit de procéder à l'opération de l'étamage par voie chimique (traitement à l'étain ou tqazdîr) des plateaux circulaire (snî ou sînya), ou des ustensiles à usage culinaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.