Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    La justice se saisit du dossier    Mustapha Bendjama de nouveau devant la justice d'Annaba    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    Saïed maintient les mesures d'exception    Les prix poursuivent leur hausse    877 employeurs concernés à M'sila    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Des dépotoirs à ciel ouvert    Tebboune tient son engagement    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Emploi : l'ANEM dénonce les dépassements des sous-traitants à Ouargla
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 03 - 07 - 2011

C'est un aveu qui en dit long sur les injustices que vivent au quotidien les jeunes demandeurs d'emploi de la wilaya d'Ouargla, située à 800 Km au sud d'Alger. Le directeur de l'Agence Nationale de l'Emploi (ANEM) Tahar Challal a reconnu dimanche, lors de son passage sur les ondes de la radio Chaîne III, que les entreprises de sous-traitance violent les lois de travail et exploitent les jeunes de cette région très riche du sud du pays.
"Le ministère du Travail a instruit l'inspection de Travail d'enquêter sur les dépassements de ces entreprises dans la région de Ouargla", a révélé encore Tahar Challal qui n'écarte pas l'éventualité d'un retrait des agréments à ces entreprises qui violent "la loi 04-19" laquelle impose à toutes les entreprises de recruter leur personnel par le biais de l'ANEM, l'agence publique chargée du placement des travailleurs sur le marché de l'emploi.
"Ces sous-traitants nous causent beaucoup de problème dans le placement des travailleurs à Ouargla et notamment dans le bassin de Hassi Messaoud. Nous avons interpellé récemment le ministère du Commerce au sujet de ces entreprises de recrutement qui ne respectent pas la réglementation", a expliqué le responsable de l'ANEM.
Tahar Challal avoue à ce sujet que des sous-traitants n'hésitent pas à recruter directement des jeunes de Ouargla sans solliciter l'ANEM. En plus, ces sous-traitants offrent aux chômeurs de cette région "des salaires inférieurs aux rémunérations proposées par les entreprises au sein desquelles ils vont, par la suite, travailler", dénonce le directeur de l'ANEM.
En terme plus clair, cela s'appelle la fausse déclaration en matière de placement des travailleurs. Il s'agit d'un délit qui est puni conformément aux dispositions du code pénal. Il est à souligner qu'en Algérie, la loi sur le contrôle de l'emploi (04-19) indique que tout recrutement effectué ou besoin en main d'œuvre non transmis à l'agence chargée du service public de placement sera puni d'une amende de 10.000 DA à 30.000 DA par poste vacant.
Malheureusement, à Ouargal, ces dispositions réglementaires ne sont jamais appliquées et les sous-traitants bénéficient d'une impunité révoltante, ont déploré à maintes reprises des chômeurs qui sont sortis dans les rues pour exprimer leur colère et leur indignation. Dans ce contexte, cette vague de colère a nourri de nombreuses émeutes qui ont éclaté dans la région de Ouargla ces dernières semaines.
Face à cette protesta populaire, Tahar Challal a promis une nouvelle "organisation du marché du travail" à Ouargla et une informatisation des offres d'emploi pour une gestion plus "transparente". Par ailleurs, "cinq nouvelles agences de l'ANEM seront réceptionnées prochainement dans cette wilaya", a assuré le directeur de l'ANEM qui s'est engagé, enfin, à garantir une prise en charge effective des préoccupations et demandes des chômeurs de la région de Ouargla.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.