Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Les (mauvaises) manières du «discours»    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Vers une seconde conférence internationale    Réception de 3.400 doses    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    9 personnes ont péri noyées    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Retour sur les principaux changements    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tizi Ouzou : flambée des prix dans les marchés
Tiziouzou : les autres articles
Publié dans El Watan le 04 - 04 - 2012

Les prix des fruits et légumes atteignent un niveau de cherté qui plonge de nombreuses familles dans le désarroi.
Les prix des fruits et légumes ont connu une augmentation considérable ces derniers jours à Tizi Ouzou. Les ménages ne savent plus à quel saint se vouer pour maintenir l'équilibre alimentaire pour leurs enfants. Les aliments de base sont parfois hors de portée des familles à revenus moyens. La pomme de terre, à titre d'indication, s'affiche jusqu'à 100 dinars/kg sur les étals des marchés du chef-lieu de wilaya et dans les agglomérations limitrophes.
Le prix des fèves atteint les 65 dinars le kilo, alors que celui de la laitue est de 50 DA/ kg. Les pois verts sont vendus à 65 DA/ kg. Le piment est cédé à 130 dinars le kilo, la tomate à 100 dinars... Selon des informations recueillies auprès des vendeurs de fruits et légumes, qui tiennent des commerces à Tizi Ouzou, cette augmentation est due à la hausse des prix au niveau des marchés de gros. «Nous n'avons absolument pas le choix. Le citoyen a raison de se plaindre de l'élévation des prix. Mais nous, les marchands, sommes conditionnés par les coûts fixés dans les marchés de gros. Sinon, nous ne pouvons plus continuer à travailler», nous a dit un vendeur de fruits et légumes au marché de la ville de Tizi Ouzou.
De leur côté, les citoyens se plaignent de cette flambée des prix. Le désarroi est visible sur leurs visages. «On ne sait plus quoi faire ! Il y a quelques jours, nous achetions la pomme de terre par des sachets de 5 kilos pour 100 dinars. C'est avec le même prix que nous en achetons aujourd'hui seulement un kilo. C'est vraiment trop pour nous les journaliers, dont le salaire mensuel ne dépasse pas les 20 000 dinars, de dépenser 100 DA uniquement pour acheter un kilo de pomme de terre», nous a affirmé Mourad, père de famille, que nous avons rencontré au marché du chef-lieu de wilaya et que nous avons interrogé. Notre interlocuteur a ajouté, dépité : «Ce n'est pas du tout convenable aussi de payer les pois-chiches 250 DA/kg ! Alors que dire par ailleurs des montants des fruits ? Le prix de l'orange par exemple varie entre 180 et 200 dinars le kilo ; celui de la banane est de 200 DA/kg, comme vous le constatez». «Sincèrement, nous sommes dans la tourmente. Il est vraiment très difficile de joindre les deux bouts», regrette encore notre interlocuteur.
A noter d'autre part que pour le moment le coût du plat de frites demeure toutefois le même dans les restaurants de Tizi Ouzou. Mais, quelques restaurateurs pensent à le revoir à la hausse.
«Le montant du plat des frites reste invariable. Nous gardons le même prix. Mais si le problème persiste, nous serons contraints de l'augmenter. La pomme de terre atteint les 100 dinars le kilo. Cette augmentation doit être répercutée sur le coût du repas. Nous n'avons pas le choix», a dit un propriétaire d'un restaurant à Tizi Ouzou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.