Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    La justice libanaise este en justice le représentant de Sonatrach    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    MULTIPLICATION DES CAS DE CORONAVIRUS A ORAN : Les médecins tirent la sonnette d'alarme    SETIF : Retour au confinement partiel de 13h00 à 05h00    M'sila: nécessité d'accélérer les travaux de la station déminéralisation de Hamam Dhalaa    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    Laghouat: équipement du laboratoire du nouveau CHU en appareil de dépistage du Covid19    475 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Startups: le financement participatif bientôt opérationnel    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Courrier des lecteurs    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Treize activites acquittés    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Naciria : l'APC bloque un chantier
Boumerdes : les autres articles
Publié dans El Watan le 05 - 04 - 2012

Le projet de construction d'un célibatorium (résidence pour la police) près de la polyclinique de Naciria n'a pas recueilli l'approbation des élus locaux.
Le choix du terrain devant abriter ce projet a été jugé très exigu par l'assemblée communale. Mais cela n'a pas empêché le maître de l'ouvrage, la DGSN (Direction générale de la Sûreté nationale), de lancer les travaux et de passer outre l'avis des élus locaux. Quelques mois plus tard, le président de l'APC signe un arrêté et procède, le 7 mars dernier, à la démolition de la clôture du projet, justifiant sa décision, que soutiennent les fils de chahids de la localité, par «le non-respect des procédures réglementaires en vigueur par le constructeur». «La DGSN n'a pas de permis de construire et malgré cela elle a engagé une entreprise qui a entamé les travaux sans l'obtention de l'ordre de service (ODS)», précise-t-il.
Ce bras de fer qui a défrayé la chronique locale remonte à l'an 2010. Le maire affirme que le projet «a été imposé et lancé en violation des instruments d'urbanisme en vigueur». «Le terrain s'étend sur 400 m2 et ne permet pas d'abriter un bâtiment en R+4. En plus, il est situé à quelques mètres seulement du siège de la polyclinique. Ce qui pourra gêner à l'avenir le stationnement des véhicules des malades», explique-t-il avant de souligner avoir proposé un autre terrain plus adéquat pour la réalisation d'un siège de sûreté de daïra et d'un célibatorium.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.