Procès d'anciens responsables et hommes d'affaires: le verdict sera rendu mardi    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Le PAD appelle à intensifier la mobilisation    Béjaïa, ville morte ce dimanche    Trois urgences pour un mandat transitionnel    Mihoubi renouvelle ses promesses électorales    Cinq civils tués dans l'extrême-nord du Cameroun    La situation politique et sécuritaire demeure préoccupante    L'Afrique au menu d'une rencontre à Bruxelles    Examen du projet de la loi de finances sous haute tension    Doncic égale un record de Jordan et Dallas étrille New Orleans    Cap sur le MC Oran    Vieira inquiet pour la blessure d'Atal    Grève générale dans plusieurs communes    Gel de la grève dans les écoles primaires    Mesbah Mohand-Ameziane pose sa guitare…    ACTUCULT    Gregory Dargent : "Mon travail se veut poétique et non folklorique"    Abdelawahab Boumaza présente ses œuvres au public    Kamel Belhocine allume ses "bougies artistiques" à Alger    La fonction miroitante de la poésie    L'élection présidentielle scellera la rupture avec l'ancien système, affirme la presse oranaise    Dernier jour de la campagne électorale : ‘'aller voter pour une Algérie nouvelle et stable''    CRB - Sayoud : «Notre public est fier de nous»    JSK: Rien de grave pour Addadi    Belmadi : «Algérie-France ? Le dossier est entre les mains des deux présidents !»    Naciria : Deux personnes tuées par le monoxyde de carbone    On vous le dit    Abdelrahmi Bessaha. Economiste, expert international : «La corruption est une force formidable de blocage du progrès économique et social»    Sahara occidental : La Fondation Kennedy félicite Aminatou Haidar pour son prix Nobel alternatif    Gaïd Salah: La «bande et ses relais» ont échoué    Tlemcen: Le nouveau port régional de pêche bientôt opérationnel    Deux morts et six blessés dans un carambolage    Des équipements pour les handicapés des centres spécialisés    A l'exception de quelques wilayas du centre: La grève générale très peu suivie    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Muay Thaï - One Championship: L'Algérien Mahmoudi domine la légende Lerdsila aux points    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Automibile : Les enjeux économiques de la nouvelle polémique sur les SUV    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Syndicat des pharmaciens en colère
Création d'officines publiques dans les hôpitaux
Publié dans El Watan le 26 - 04 - 2012

L'accessibilité aux médicaments n'est pas liée au nombre ni à la répartition des pharmacies, mais directement à leur disponibilité proprement dite.
L'instruction ministérielle portant création d'officines publiques au sein des établissements hospitaliers (CHU), qui seront gérées par la PCH, a suscité de vives réactions chez les professionnels, en l'occurrence le Syndicat national des pharmaciens d'officines (Snapo) et le conseil de l'Ordre national des pharmaciens.
Ils estiment que l'accessibilité aux médicaments n'est pas liée au nombre ni à la répartition des pharmacies, mais directement à la disponibilité proprement dite du médicament et à la gestion des pénuries et des stocks à tous les niveaux de la chaîne.
«Le tissu pharmaceutique en Algérie est l'un des plus denses au monde avec plus de 8200 officines, un peu moins de 1000 pharmacies Endimed et environ 50 pharmacies CNAS, et ce, sans compter les pharmacies mutualistes», relève M. Belambri, le président du Snapo, qui rappelle que cette instruction portant création de pharmacies dans les hôpitaux a provoqué une énorme inquiétude chez les pharmaciens d'officine qui «ont été très nombreux à prendre attache avec leurs bureaux de wilaya et le bureau national pour réagir. La colère est grande au sein de la profession car se dessine derrière cette note une menace de bafouer encore le numerus clausus, de créer une concurrence déloyale avec une incidence négative directe sur l'économie de l'officine déjà très précaire, fragilisée par une marge bénéficiaire trop faible et des pénuries qui perdurent et perturbent le fonctionnement des pharmacies».
Le Snapo saisira, a ajouté M. Belambri, en urgence le ministre de la Santé pour l'annulation de cette note.
Il a souligné que les pharmaciens d'officine se sont montrés disposés à prendre en charge tous les problèmes posés, y compris ceux relatifs à la garde ou la commercialisation des médicaments anticancéreux et les produits de la réserve hospitalière nécessaires en post-opératoire ou en soins ambulatoires, ainsi que les sérums et vaccins. «Ces produits pharmaceutiques peuvent parfaitement être pris en charge dans le cadre du tiers payant et du système Chifa qui sont maintenant élargis à toutes les catégories sociales. Le Snapo et les pharmaciens d'officine ne baisseront pas les bras face à cette situation et useront de toutes leurs forces pour défendre leur profession», a-t-il ajouté. De son côté, le président du conseil de l'Ordre des pharmaciens, M. Benbahmed, a précisé que les hôpitaux disposent déjà de pharmacies hospitalières et que des officines sont implantées tout autour des hôpitaux.
«En plus, Les malades sont pris en charge dans le cadre du tiers payant avec la carte Chifa. Créer une pharmacie à l'intérieur de l'hôpital ne va pas régler le problème d'accessibilité aux médicaments», a-t-il souligné.
Et de déclarer que cela peut par contre poser un problème de déontologie lié à la responsabilité pharmaceutique. «Comment la PCH va-t-elle procéder pour ce qui est du vignettage puisqu'elle livre des produits sans vignette ?» s'interroge t-il. Il estime qu'il serait plus judicieux de développer la pharmacie hospitalière et d'en faire un vrai service, avec une responsabilité claire.
Et de rappeler que la PCH est un établissement à caractère économique et industriel : «Cette instruction va la détourner de sa vocation et cela ajoutera de la confusion aux malades, à la pharmacie hospitalière et à la traçabilité pharmaceutique. La PCH a déjà du mal à faire face à l'ensemble de la nomenclature hospitalière», a-t-il relevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.