Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Jeunes ayant échoué dans leur projet.. Zemali : «Il n'y aura pas de poursuites»    Pour booster les exportations vers les USA.. Mise en place des mécanismes appropriés    Meurtre de l'étudiant Assil à Ben Aknoun.. La police arrête un suspect    Alors que le nombre de bus et de dessertes sera augmenté à Tizi Ouzou.. Le plan de circulation attend toujours    Pour une meilleure prise en charge médicale.. La loi relative au moudjahid et au chahid sera révisée    Coupe d'Algérie (1/4 de finale).. La double confrontation CSC-MCO décalée au mois de mars    Coupe de la confédération (2e journée).. La bonne affaire du NAHD    Ligue des champions.. Les Spurs, «héros» sous-estimés ?    Bedoui installe le nouveau DGSN.. Kara Bouhadba mise sur le partenariat    La gendarmerie rattachée à la Présidence ou l'Intérieur ?!    Partenariat université-Economie.. Cinq conventions signées à Oran    Présidence de la République.. Lamamra nommé conseiller diplomatique    Japon.. Les Aïnous seront reconnus comme peuple indigène    Monoxyde de carbone.. Décès de 4 personnes à Tébessa    En raison des guerres.. Plus de 100.000 bébés meurent annuellement    Variétés algéroises.. Faiza Dziria chante à Paris    Madame l'Afrique d'Eugène Ebodé.. Bon père mais volage    Lutte antiterroriste.. Deux caches d'armes détruites    APC D'ORAN : Fin du litige avec les ramasseurs privés de déchets    SIDI BEL ABBES : Classes uniques et cours hétérogènes à Aïn Chafia    TIARET : Près de 800 psychotropes saisis à Frenda    La communication, faut-il le dire !    MARCHE TOURISTIQUE LOCAL : Point de promotion pour la destination ‘'Mostaganem'' !    CONSTRUCTION AUTOMOBILE : ‘'Nissan'' lancera bientôt son usine en Oranie    La Seaal se digitalise    Le DAPS, tel qu'il est appliqué, va créer un désordre important    Visa : Les compagnies aériennes en souffrent aussi    Skikda : Suspension de la grève des chauffeurs de bus    El Tarf : Un automobiliste renverse un piéton et prend la fuite    Constitution 1, 2, 3, et encore…    Le réseau d'influence des vingt dernières années a généré une autorité locale parallèle    Viandes : Les prix de nouveau sanglants    Sergio Ramos dément avoir pris volontairement un carton jaune    En bref…    Le départ de Mourinho a coûté plus de 22 millions d'euros à Manchester United    Choc Chelsea – Manchester en coupe d'Angleterre    Fespaco 2019 : Mémoire, identité et économie    Gaïd Salah fait la promotion du bilan de Bouteflika    Terrorisme : Riyad dans le collimateur de Bruxelles    Une usine de production de véhicules bientôt en Algérie    Le leader se teste à Relizane    Le stand algérien attire les foules    Football - Ligue 1: Le CRB quitte la zone rouge, l'USMA creuse l'écart    L'ambassadeur d'Algérie à Washington: Le dossier sahraoui pas un obstacle aux relations algéro-marocaines    Destinées concentriques en chaîne    Le rôle de l'oralité dans la sauvegarde du patrimoine amazigh    Fills Monkey le 24 février    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Khelifi : adieu grand monsieur
Sports : les autres articles
Publié dans El Watan le 27 - 05 - 2012

Avec la disparition d'Ahmed Khelifi, le 25 mai 2012 à l'âge de 83 ans, le football algérien, en général, et l'arbitrage, en particulier, ont perdu un homme d'envergure qui a voué sa vie au premier et au second.
Il est parti sans faire de bruit. Fatigué et malade, il s'est petit à petit retiré du monde qui faisait sa vie. Les dernières personnes qui l'ont approché au crépuscule de sa vie disent qu'il continuait à s'informer sur la situation de l'arbitrage auquel il a consacré sa vie.
Dans son ouvrage L'arbitrage à travers les caractères du football, publié en 1990, à la question «pour qui et pourquoi cet ouvrage ?», il répondait : «Ce n'est pas l'arbitrage qui forge le destin de l'arbitre, c'est le referee lucide qui trace la ligne de conduite de sa carrière en envisageant le but à atteindre, si longues et difficiles que peuvent être les étapes.» Les arbitres, toutes générations confondues, buvaient ses paroles et conseils qu'il prodiguait sans relâche.
L'autre monument du football algérien, Smaïl Khabatou, à qui avait échu l'insigne honneur de préfacer le livre de Ahmed Khelifi a écrit : «En dehors du fait qu'il (le livre) présente les dix-sept lois du jeu agrémentées d'exemples, il développe également deux thèmes importants : l'arbitrage c'est le football, le football c'est l'arbitrage.» Lorsqu'il évoque sa naissance dans La Casbah, il écrit : «C'est au cœur de ce majestueux panorama de ma vieille et chaleureuse Casbah qui étend ses magnifiques terrasses blanches superposées les unes sur les autres pour mieux dominer la plus magnifique baie du monde que j'ai vu le jour par un hiver rigoureux à l'aube du 8 janvier 1929, dans une Chorfa (grande pièce) sombre que n'a jamais percée un rayon de soleil »
Il commence à «fréquenter» le football dès l'âge de 12 ans en signant une licence minime. La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) a mis entre parenthèses sa carrière de joueur. C'est en 1947 qu'il s'oriente vers l'arbitrage.
En 1951, il est le plus jeune arbitre interrégional. En 1956, il cesse toute activité sportive, à l'instar de l'ensemble des clubs et sportifs algériens. A l'indépendance, il décroche le grade d'arbitre international (1963).
En 1975, il décroche la distinction spéciale de la FIFA. Au cours de la même année, il met un terme à sa carrière d'arbitre international à l'occasion de la finale de la Coupe d'Algérie 1975, qui a mis aux prises le MC Oran avec le MO Constantine au stade du 5 Juillet.
Que de chemin a parcouru cet enfant de La Casbah ! Les anciens qui sont encore en vie se souviennent de ce mémorable jour de l'an 1963, lorsque ont été réunis les arbitres algériens à l'occasion du premier séminaire organisé par la FIFA à Alger en présence du président de la FIFA, l'Anglais Sir Stanley Rous.
A l'époque, la première génération d'arbitres était constituée d'hommes de devoir qui allaient jeter les bases de l'arbitrage algérien et avaient pour noms, Benghanif, Chekaïmi, Mohamdi, Derradji, Belkessa, Benzelat, Boubari, Benyeles, Chlha, Khelifi et bien d'autres.
Comme beaucoup de ses collègues, Ahmed Khelifi était fonctionnaire aux postes et télécommunications où il a fini sa carrière professionnelle avec le grade d'inspecteur principal. Son palmarès demeure inégalable jusqu'à ce jour, avec 56 matches internationaux, à l'époque il n'y avait pas autant de matches, il a dirigé deux finales de la Coupe d'Afrique, une finale aux Jeux africains, cinq (5) finales de Coupe d'Algérie, deux finales de la défunte Coupe du Maghreb, une finale de Coupe de la Palestine ..
C'est cet homme que ses proches et amis ont accompagné à sa dernière demeure au cimetière d'El Alia où il repose depuis vendredi. Le football et l'arbitrage algérien se souviendront qu'il a été à la base de l'éclosion de magnifiques générations d'arbitres qui ont honoré l'arbitrage et qui avaient pour noms, entre autres, feu Hamid Bendjahane, Mohamed Hansal, Belaïd Lacarne, Mustapha Mameri,, Abderrahmane Bergui, Rachid Medjiba ….
Avec la disparition de Khelifi Ahmed, l'arbitrage algérien tourne une page glorieuse de son histoire. Il gardera, pour toujours, une place prépondérante dans la légende du corps arbitral. Avec son départ, pour toujours, l'arbitrage algérien a perdu un vrai monument.
Adieu grand monsieur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.