FC Barcelone : Lionel Messi a une offre de Manchester City    Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La date de référence du calendrier amazigh précède de près de 10 siècles celle du calendrier grégorien»
Saïd Chemakh. Professeur de linguistique amazighe à l'université de Tizi Ouzou
Publié dans El Watan le 12 - 01 - 2013

-Pouvez-vous nous parler brièvement de l'histoire de Yennayer ?
Jusqu'à 1980, Yennayer était célébré mais considéré comme une fête paysanne. Le rituel qui l'accompagnait était similaire à celui de toutes les festivités figurant dans le calendrier agraire traditionnel.
C'est-à-dire, la veille, il a un changement de dîner (repas spécial). Il était considéré comme une des portes de l'année (tiwwura n useggas), où les paysans émettent des souhaits pour que l'hiver ne soit pas rude et qu'ils aient une bonne récolte.
Après le printemps 1980, ce sont les étudiants de l'université de Tizi Ouzou qui ont donné une autre symbolique à Yennayer en le haussant au titre d'une festivité authentiquement amazighe. L'autre symbolique de cette date est la référence à Chachenaq qui a fondé la 22e dynastie pharaonique en 950 avant Jésus-Christ. De ce fait, les militants de l'académie berbère, dans les années 1970, qui avaient proposé cette date, voulaient que le décompte soit supérieur à ceux des calendriers grégorien et hégirien. C'est-à-dire, en 2013, nous en serons en 2963, soit une référence à un événement historique précédant de près de 10 siècles la référence de l'ère chrétienne.
-Le nouvel an amazigh est-il célébré seulement dans les régions berbérophones ?
Actuellement, cette fête du nouvel an berbère est célébrée même par les institutions. Tant mieux, d'ailleurs. Cela démontre que l'Etat ne veut pas se situer en dehors de la société.Durant les années 1980 et 1990, ce sont des associations culturelles qui s'étaient investies pour réhabiliter cette date.Au fur et à mesure que le temps passe, on découvre que non seulement tous les groupes berbérophones d'Afrique du Nord qui ont cette fête en partage, mais il y a aussi les Berbères arabophones des Hauts-Plateaux algériens et d'ailleurs qui l'ont gardée toujours comme un héritage culturel après leur arabisation au Moyen Âge.
-Que préconisez-vous, en tant que chercheur, pour l'institutionnalisation de Yennayer et son inscription dans le calendrier des fêtes officielles en Algérie ?
Yennayer doit absolument être institutionnalisé comme fête officielle. Encore une fois, un Etat qui est en dehors de la société ne sera jamais viable.On peut voir l'exemple des Berbérophones libyens qui ont, après avoir fait tomber la dictature d'El Gueddafi, pris leur destin en main, en faisant des pas de géant : tamazight langue officielle et son enseignement comme première langue pour les écoliers dès l'âge de six ans. Yennayer est consacré aussi fête officielle. Certes, il y a encore des relents du baâthisme chez les collaborateurs de l'ancien régime recyclés dans la nouvelle structure étatique, mais ils n'oseraient pas venir défier les Berbères à Ath Ifrène, Zouara, Adrar Nefoussa… Ces mêmes Imazighen étaient, par leur puissance de feu, les premiers à prendre Tripoli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.