L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    L'apport de l'agriculture à la croissance    Bâtiment et Construction : Nécessité de transformer les idées innovantes en produits industriels    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Coupes africaines (16es aller) : Bons résultats des clubs algériens    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    Concours de recrutement à Sonatrach: Plus de 6.000 inscrits à Ouargla    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Une victoire et beaucoup de regrets    Boudebouz a hâte de rejouer    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Bedda en rassembleur    Je suis présidentielle 2019 !    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Filière ovine: La préservation des souches nobles et rares au cœur du débat    Blida: Pluies, neige et inondations    15 morts sur les routes en 48 heures    Chantage aux sentiments    Les travaux de réhabilitation en phase d'achèvement: La salle Marhaba livrée cet été    ONU : Adoption de 36 résolutions dont une relative au conflit du Sahara occidental    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En quête de meilleures conditions de vie
Commune d'Aït R'Zine
Publié dans El Watan le 17 - 04 - 2006

Aït R'zine est une commune au relief accidenté constituée de collines, serpentée par un réseau routier d'une trentaine de kilomètres qui invitent à un décor villageois dans cette contrée à 80 km au sud-ouest de Béjaïa.
Dans les 14 villages et 5 hameaux qui abritent 16 000 habitants autour du chef-lieu communal, Guendouz, la vie n'est pas enviable. En hiver, les enfants fréquentent une dizaine d'écoles primaires où des poêles à mazout, vétustes et laissant échapper de la fumée, tiennent lieu de moyens de chauffage. Leur fonctionnement n'est pas moins une lourde charge financière pour une APC pauvre qui, pour leur approvisionnement en mazout, dégage une enveloppe non négligeable de plus de 1 million de dinars le trimestre. A l'unique école que compte ce chef-lieu communal, le problème de surcharge des classes se pose avec acuité. 677 élèves pour une capacité d'accueil théorique de 250 places. Contrairement aux communes limitrophes, Aït R'zine n'a pas bénéficié de programme de logements consistant. Seuls quelques logements sociaux ont été réalisés. En revanche, 18 logements sociaux participatifs sont en instance de réalisation au lieudit Boumegga et 20 logements sociaux locatifs seront réceptionnés en 2007 à Bouabdellah. Cependant, l'offre reste en deçà de la demande. Dans le cadre de la politique de résorption de l'habitat précaire, l'APC a, pour rappel, rasé en 2000 pas moins de 16 taudis. Des familles ont été recasées dans des logements évolutifs, d'autres sont retournées dans leur lieu d'origine. Il faut dire qu'à Guendouz, la majorité de la population compte beaucoup sur ses propres moyens pour construire. Ce qui pourrait par contre accentuer la crise de logement ici, c'est l'exode des populations des villages et même des communes avoisinantes. Autant de personnes qui sont en quête de meilleures conditions de vie qu'ils espèrent trouver au chef-lieu communal. Pourtant, à Guendouz, l'eau ne coule pas tous les jours. Dans le meilleur des cas, elle est distribuée un jour sur trois. Les habitants des villages de Bouchekfa, Tighilt, Tizi Tegrart comptent, quant à eux, beaucoup sur le projet d'installation d'une troisième chaîne de renforcement qui est en cours de réalisation pour espérer leur alimentation en eau potable. Bien que le réseau d'assainissement relie tous les villages, le problème de son extension reste posé pour les nouvelles constructions que l'APC est contrainte de raccorder. Accédant au statut de commune à la faveur du découpage administratif de 1984, Aït R'zine ne possède qu'un seul centre de santé réceptionné en juin 1983. Le centre n'arrive pas à répondre aux besoins croissants de la population. Loin de la norme, il couvre une population de 16 000 habitants. Deux médecins, deux dentistes et quatre infirmiers composent le personnel médical qui y travaille. L'ambulance, un véhicule éminemment important dans ce genre de structure, y est inexistante. « Nous restons impuissants devant des cas d'extrême urgence en l'absence d'une ambulance et d'un chirurgien. Il nous faut une assistance médicale spécialisée et absolument un service d'urgence assurant les activités 24h/24h », dira un médecin dudit centre. Pour l'anecdote, faute de moyens, le personnel médical n'avait rien pu faire face à un patient dont la main a été sectionnée. Une demande de création d'un service des urgences a été formulée par l'APC à la direction du secteur sanitaire d'Akbou, « sans suite », selon le premier vice-président de l'assemblée.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.