Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une tradition menacée de disparition
Distillation d'eau florales
Publié dans El Watan le 12 - 05 - 2013

C'est un magnifique rituel ancestral, spécifique à la ville du Vieux Rocher, qui risque de s'éteindre en l'absence de relève et de facilités en matière de prix de revient.
A Constantine, l'avènement du printemps a de tout temps été fêté avec grande éloquence, surtout que la ville a toujours été célèbre par ses traditions ancestrales en matière d'art culinaire et de floralies. Très connue par ses jardins de bigaradier et de rosier, implantés surtout dans la plaine de Hamma Bouziane, la ville comptait parmi ses multiples arts, celui de la distillation des fleurs d'oranger et de roses. Une vieille tradition menacée de disparition de nos jours, pour des raisons multiples. «Avec la disparition des personnes âgées, la transmission de ces traditions a cessé, et la relève parmi la jeune génération n'est plus assurée pour préserver un art qui fait partie de la culture de la ville», nous révèle Zoubir Bouberbara, horticulteur paysagiste versé dans la distillation de tous genres de plantes aromatiques depuis 1991.
«Avec la disponibilité des produits industriels, rares sont les femmes de la jeune génération qui s'intéressent à cette tradition ; on préfère plutôt acheter quelques bouteilles que de se consacrer pleinement à cette tradition, bien qu'il y ait parmi les personnes âgées qui sont prêtes à transmettre leur savoir-faire», regrette une dame rencontrée devant une exposition de floralies au centre-ville. Certains parmi ceux que nous avons interrogés évoquent la cherté des ustensiles nécessaires pour cette opération. Il s'agit du fameux alambic, composé d'une «tandjra» (chaudron de cuivre à fond bombé et col étroit) et du «kettar» en tôle galvanisée. «Cet alambic ne coûte pas moins de 20 000 DA de nos jours, encore faut-il trouver le dinandier qui vous le fabrique», nous explique un vieil homme. Certains se contentent d'alambics moins grands pour 6 500 DA et qui peuvent faire l'affaire.
Par ailleurs, il a été constaté ces dernières années une régression inquiétante de la récolte, notamment celle des fleurs d'oranger. «Il n'y a pas un effort réel de la part de bon nombre de jardiniers pour ce travail, comme il n'y a pas eu un renouvellement des plantations qui commencent à vieillir, alors qu'il faut attendre sept ans pour qu'un oranger devienne productif», poursuit Zoubir Bouberbara. Ce dernier affiche quand même un optimisme quant à la sauvegarde de la tradition de la distillation à Constantine. «C'est une tradition qui ne subsiste encore qu'à Constantine ; il nous arrive de recevoir des gens de plusieurs wilayas du pays et même de l'étranger qui viennent à la recherche de ces produits tant appréciés», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.