Sahara occidental: une délégation américaine arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Magique Zakes Mda !
La chronique africaine de Benaouda Lebdaï
Publié dans El Watan le 25 - 05 - 2013

Lorsqu'on évoque la littérature sud-africaine, les auteurs les plus cités sont Nadine Gordimer, André Brink, J. M. Coetzee ou encore Dennis Brutus, Alex La Guma ou Peter Abrahams.
Cependant, une nouvelle génération d'écrivains s'affirme. Parmi eux, Zakes Mda apparaît de façon évidente comme l'un des plus doués. En effet, ce romancier sud-africain a su tracer son chemin en étant un artiste complet puisque, au-delà de la littérature, il est aussi peintre et compositeur de musique.
A ce jour, ses publications sont nombreuses puisqu'une vingtaine d'ouvrages, dont une dizaine de romans, ont été publiés et traduits dans une vingtaine de langues dont le catalan, le coréen, l'allemand, le turc, l'italien et le français. Zakes Mda est aussi un grand dramaturge, puisqu'il a écrit et monté de nombreuses pièces de théâtre au célèbre Market Theater de Johannesburg que j'ai visité et qui est un lieu magique de renouvellement culturel. Zakes Mda est devenu aujourd'hui membre honoraire de ce prestigieux établissement. Il a aussi publié des recueils de poésie et quelques essais sur la théorie et la pratique du théâtre pour le développement social et politique.
Toute cette effervescence culturelle est récompensée par de nombreux prix littéraires, en Afrique du Sud, aux Etats-Unis et en Italie. Il a reçu, en particulier, le «Amstel Playwrights», un prix décerné aux écrivains des pays du Commonwealth, le prix du «Sunday Times», le prix «Zora Neale». Aux Etats-Unis le prix tant convoité «Richard Wright» lui a été décerné. Un de ses récents romans, Cion, dont l'histoire se déroule dans le sud-est de l'Ohio, a été nommé pour le prix Naacp. Par ailleurs, son autobiographie, Sometimes there is a void : memoirs of an outsider, a été décrétée ouvrage de l'année 2012 par le New York Times !
Ce romancier post-apartheid vit entre l'Afrique du Sud et les Etats-Unis où il enseigne la «creative writing» (écriture créative) à l'université de l'Ohio. Un de ses romans, Rachel's Blues, se déroule justement dans l'Ohio profond, avec une histoire particulière qui raconte le combat d'un violeur qui se bat pour ses droits de paternité sur l'enfant de ce viol. Au plan social, Mda occupe le poste de directeur à la Southern African Multimedia Aids à Sophiatown. Les deux romans qui l'ont placé en tête des auteurs de la période post-apartheid sont : Le pleureur et Au pays de l'ocre rouge. Le premier plonge le lecteur dans le monde dramatique d'un pleureur professionnel nommé Toloki. Avec cette activité qui lui permet de gagner sa vie, il traverse tout le pays, des villages les plus reculés aux bidonvilles insalubres, les townships, où la violence policière est discriminatoire.
Toloki, personnage truculent, décrit cette période difficile du racisme d'Etat. Il rencontrera la belle et tragique prostituée, Noria, avec laquelle il pansera les traumas de l'apartheid. L'écriture de Zakes Mda relève du réalisme magique, brossant le portrait d'êtres en quête de calme et de tranquillité dans des townships mis à feu et à sang par des affrontements incessants entre bandes rivales. Toloki et Noria ressemblent à de nombreux Sud-Africains persécutés par la répression policière et le romancier décrit comment l'apartheid engendre des cicatrices qui se referment difficilement. Les communautés blanches et noires s'opposent, des luttes intestines déciment les effectifs des mouvements de libération, une donnée que Zakes Mda révèle dans ce roman sans concession.
L'autre roman, Au pays de l'ocre rouge, est une œuvre superbe, tant au niveau de l'écriture que de la thématique. C'est le troisième ouvrage de cet auteur qui l'a construit sur deux histoires enchevêtrées. La première raconte le mythe de Nongqawuse, une prophétesse Xhosa qui, en 1856, avait prédit que si les paysans tuaient leur bétail, les colons anglais partiraient. Deux clans se formèrent, les croyants et les non-croyants de cette prophétie à cause de laquelle 20 000 paysans moururent de faim.
En parallèle, une histoire se déroule durant la période postapartheid qui sépare de nouveau cette même population Xhosa en deux clans : les partisans et les opposants à la construction d'un casino. Ainsi, le romancier effectue un va-et-vient entre la période coloniale et celle postcoloniale, le passé et le présent, et il joue sur la relation entre histoire et mythe. Dans la période post-apartheid, c'est la question du travail qui est posée, modernité contre tradition, travail contre immobilisme. Zakes Mda réussit ainsi à écrire un roman fort où émergent les histoires du personnage principal, Camagu, pris dans un dilemme entre les deux femmes qu'il aime et qui appartiennent aux deux camps opposés. Le romancier pose une question essentielle : faut-il s'en tenir à la tradition et aux mythes anciens si ces derniers n'apportent que malheur ? Toute décision doit être personnelle, selon le personnage Camagu.
Zakes Mda vient de m'informer que son prochain roman, The Sculptors of Mapungubwe, sera publié en Afrique du Sud et en Inde (Calcutta), en juillet 2013 par Vivlia Publishers. Son œuvre apporte à la littérature sud-africaine noire une nouvelle dimension où l'Histoire et les mythes s'entremêlent, où une écriture subtile et imagée donne une dimension supplémentaire à l'excellente réputation d'une littérature sud-africaine si dense et si bouleversante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.