Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Extension du confinement partiel à toutes les wilaya et rallongement des horaires pour neuf autres wilayas à compter de dimanche    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    ORAN : Deux secteurs seulement pourvoyeurs d'emplois    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    MOSTAGANEM : L'Association Salsabil intensifie ses actions envers les établissements de santé    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conseil français du culte musulman : une institution en mal de représentation
France-actu : les autres articles
Publié dans El Watan le 25 - 06 - 2013

La désignation du nouveau bureau du CFCM a rencontré des blocages à Paris, dimanche. La mise en place des instances est repoussée d'une semaine.
Le renouvellement des instances du Conseil français du culte musulman, le 8 juin dernier, a abouti, dimanche, à une nouvelle impasse décriée depuis déjà quelques mois. La liste du Rassemblement des musulmans de France (RMF), du président sortant, le Marocain Mohamed Moussaoui, dirigée par Anouar Kbibech, a remporté le scrutin avec 25 sièges, loin devant la liste de la Grande Mosquée de Paris (GMP), présidée par le recteur, Dalil Boubakeur, avec 8 sièges. Les Turcs du CCMTF, de Ahmet Ogras, ont obtenu 7 sièges. L'autre grande force, l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), dont le nouveau président est, depuis le début du mois, Amar Lasfar, a refusé, comme en 2011, de participer, se tenant à l'écart du bras de fer pour l'élection du nouveau président, le week-end dernier.
On avait d'abord annoncé que Dalil Boubakeur serait le premier président pendant une durée de six ans, période pour laquelle le CFCM a été élu. Il serait donc en poste pour deux ans, selon une présidence tournante acquise, suite à une réforme des statuts, un nouveau président, Anouar Kbibech, lui succéderait pour la période 2015-2017, puis Ahmet Ogras, de 2017 à 2019. D'autre part, les petites structures se partageraient les strapontins dans les fédérations ou commissions. Première secousse samedi matin. Dalil Boubakeur a retiré sa candidature et l'a annoncé dans un entretien au Figaro : «Je ne suis pas un type insupportable qui s'accrocherait pour une gloriole personnelle. Je suis là au service de tous les musulmans.»
Il a proposé à sa place le Franco-Algérien, Chems-Eddine Hafiz, avocat, pas très apprécié par les Marocains du CFCM (majoritaires à la dernière élection). Ils lui reprochent d'être l'avocat du Front Polisario, véritable ligne rouge pour les Marocains. Son nom a donc été révoqué. Les négociations ont repris samedi, pour aboutir à une nouvelle candidature de Boubakeur et à son aboutissement. Cela faisait un peu désordre après les propos qu'il avait tenus au journaliste du Figaro : «Il y a un vrai désenchantement électoral. L'islam ne peut pas être un parti politique avec des majorités ou des minorités. Le consensus entre frères doit régner et non le triomphe des uns et l'humiliation des autres. Nous sommes humiliés et c'est intolérable. Surtout dans un cadre religieux. Non pas par la qualité des hommes ou des positions, mais par des critères électoraux numériques qui ont été pensés par l'administration lors de la création du CFCM. L'administration a imaginé que plus la surface d'une mosquée est grande, plus elle a une valeur religieuse. Nous avons toujours dit que ce système de mètres carrés serait source de conflits entre les nationalités d'origine. Le culte, c'est la pratique, et non un résultat géométrique ! »
Malgré tout, après une nuit, de samedi à dimanche, passée en palabres, le consensus semblait trouvé et Dalil Boubakeur serait intronisé dans la journée. Interrogé par nos soins, dimanche matin, sur ce scénario, Abdallah Zekri, de la Grande Mosquée de Paris, chargé des finances, président de l'Observatoire contre l'islamophobie, nous confirmait qu'un partage équilibré des postes au bureau ainsi que des chargés de mission avait été entériné. «Il fallait sauver les meubles. L'intérêt des musulmans avant tout», nous disait-il. A mots à peine couverts, il laissait entendre que des «signes» du ministère français de l'Intérieur, chargé du culte, avaient poussé au règlement des dissensions. Dimanche matin, les membres du CFCM se sont donc réunis une nouvelle fois, apparemment pour procéder à l'installation de l'instance.
Une «guéguerre» maroco-algérienne ?
C'était sans compter sur un nouveau coup de théâtre, dimanche à la mi-journée. Au téléphone, Abderrahmane Dahmane apprenait à El Watan que la délégation de la GMP a quitté la réunion. Quelques minutes plus tard, un communiqué, signé par M. Zekri, précisait les choses : «A la réunion d'aujourd'hui, les Marocains et les Turcs ont demandé plus de postes que prévu dans l'accord d'hier, au sein de la direction collégiale. Nous avons quitté la réunion du conseil d'administration, parce qu'on s'est aperçus qu'il y a eu une alliance stratégique entre Marocains et Turcs contre la Grande Mosquée de Paris, remettant en cause un accord que nous avons conclu, hier, pour sortir de l'impasse vers laquelle le CFCM se dirigeait.»
Ce nouvel échec établissait l'état compliqué, pour ne pas dire l'impasse, de la représentation des musulmans de France qui, bien souvent, restent des ressortissants de leur pays d'origine, avant de faire partie d'une véritable communauté musulmane. Pour Abdallah Zekri, il serait temps que les «musulmans posent leurs valises» et envisagent leur religion dans un contexte de citoyenneté française. On est loin du compte ! Finalement, hier, une délégation de la GMP, ainsi que des représentants du RMF devaient se retrouver au ministère de l'Intérieur français, afin d'établir d'abord un protocole d'accord écrit, contresigné par l'administration, pour fixer un rendez-vous dimanche prochain 30 juin, certainement place Beauveau, afin de mettre en place les instances qui auraient dû l'être une semaine plus tôt.
«Il faut que chacun mette de l'eau dans son ‘‘l'ben'' », assure en une formule plaisante Abdallah Zekri. «Les chantiers qui attendent la communauté musulmane sont importants, il est dommage de perdre du temps». Sachant que d'autre part, on est à deux semaines du début du Ramadhan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.