Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdelfattah Al Sissi : le coup de Jarnac d'un général pieux
Portrait
Publié dans El Watan le 07 - 07 - 2013

Ni son nom ni sa bouille ne lui promettaient un destin aussi fulgurant.
Et pourtant, avec le soulèvement du 30 juin qui l'a porté aux nues, le général Abdelfattah Al Sissi a complètement changé de dimension. Lui qui manque cruellement de charisme, qui n'a pas l'aura de Abdenasser, ni la poigne d'Anouar Es Sadate, ni la carrure de Moubarak, ni le background du maréchal Tantaoui, le voici devenu un véritable héros populaire au pays du Nil. D'ailleurs, son portrait, en uniforme d'apparat, brandi par une forêt de bras, a de loin surclassé ceux d'El Baradei et de Hamdine Sabbahi lors des manifs gigantesques du mouvement Tamarod, c'est dire…
Hasard du calendrier : le général Al Sissi est né peu après le déclenchement de la guerre de Libération nationale, lui qui a vu le jour le 19 novembre 1954. C'est en Egypte même qu'il reçoit l'essentiel de sa formation militaire, d'abord à l'Académie militaire du Caire en 1977 (celle-là même qui a formé Gamal Abdenasser et Anouar Es Sadate), ensuite à l'Ecole d'état-major et de commandement du Caire (1987). Il poursuit sa formation en Angleterre (1992) avant de parfaire son pedigree en leadership et stratégie au prestigieux US Army War College de Pennsylvanie. Le général Al Sissi gravit très vite les échelons de la hiérarchie militaire. Il est chef de bataillon d'infanterie mécanisée, puis attaché militaire en Arabie Saoudite avant d'être nommé chef de la Direction des renseignements militaires (DRM). Il devient, à ce titre, un membre influent du Conseil supérieur des forces armées (CSFA) qui va déposer Moubarak. Le 12 août 2012, cet officier supérieur habituellement discret est brusquement mis sous les projecteurs en se voyant promu, par le président Morsi, ministre de la Défense et de la Production militaire et nouveau chef du CSFA en remplacement du maréchal Tantaoui, considéré comme un «vestige» du régime de Moubarak. D'aucuns voyaient dans cette nomination une manœuvre de la part du président Morsi en vue de s'assurer un chef d'état-major loyal et docile.
Et pour cause : Al Sissi a la réputation d'un homme conservateur et profondément croyant, à tel point qu'on lui prêtait des sympathies «FM». «Il est très pieux, il a une vision du monde qui est celle d'un musulman très conservateur, sa femme est voilée et son oncle, Abbas Al Sissi, était une figure de la confrérie (des Frères musulmans, ndlr)». Tel est le portrait que brosse de lui le chercheur d'origine égyptienne Tewfiq Aclimandos, interrogé par Jeune Afrique. A mesure qu'il s'installait dans sa fonction de nouveau patron de l'institution la plus puissante du pays, Al Sissi n'hésitait pas à taper du poing sur la table en faisant valoir ses galons. Lors de la crise de novembre-décembre 2012, il était apparu plusieurs fois pour rappeler tout le monde à l'ordre. Jusque-là, il se cantonnait dans le rôle d'arbitre. Avec la montée de la contestation anti-Morsi sous la poussée du mouvement Tamarod, il prend carrément fait et cause pour les insurgés. Il ne veut pas que l'armée soit en retard sur la Révolution.
Le 1er juillet 2013, il fait une allocution télévisée où il donne un ultimatum de 48 heures au président barbu pour satisfaire les exigences de la place Tahrir : «Si les revendications du peuple ne sont pas satisfaites durant ces 48 heures, martèle-t-il, les forces armées annonceront une feuille de route et des mesures pour superviser sa mise en œuvre.» La suite, on la connaît…
Interviewé jeudi dernier par la chaîne égyptienne CBC, l'éditorialiste Mohamed Hassanein Heikal n'a pas manqué de lui rendre hommage en louant ses qualités rhétoriques : «C'est lui-même qui a rédigé le communiqué annonçant l'ultimatum. Il a de hautes qualités littéraires, de quoi nous concurrencer», s'est félicité l'ancien conseiller de Nasser. Mais c'est surtout à l'aune de ses compétences en gestion des crises qu'il sera jugé. Après avoir réussi à bouter les «Ikhwan» hors du palais de «l'Itihadiyah», le plus dur reste à faire pour le patron de l'armée : éviter au pays un bain de sang.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.