L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les produits du terroir de plus en plus rares
Jijel : les autres articles
Publié dans El Watan le 14 - 09 - 2013

Pour les gens d'une certaine génération, l'automne est synonyme de la période de maturité de certains fruits du terroir. Figues et figues de barbarie en sont les produits les plus connus et les plus appréciés.
«On ne les vendait pas, ils étaient disponibles et à profusion et celui qui veut les goutter ou les manger, il n'avait qu'à les cueillir», affirme ammi Ahmed, un quinquagénaire qui se dit désappointé de voir le kilo de figue proposé à 200 DA. Il nous rappelle que les figuiers étaient des arbres qu'on trouvait partout. «Leur fruit était pour tous !», nous dit-il. De nos jours, il n'est plus étonnant de voir un habitant venu d'une région rurale s'offrir des figues ou de la figue de barbarie en ville. «Il n'y a plus rien, les gens donnent l'air d'avoir tout abandonné dans leurs villages», déplore un résident d'une localité rurale, à l'est de Jijel.
Une virée dans la campagne renseigne, on ne peut mieux, que la cherté de ces produits est la conséquence logique de leur quasi disparition des bourgades rurales. La pièce de la figue de barbarie s'est vendue d'ailleurs à…10 DA, pendant que le kilo de figue n'est pas descendu au dessous de 120 DA. Peu disponibles en quantité suffisante, ces produits sont comparés, non sans ironie, aux fruits exotiques qu'on importe d'Afrique ou d'Amérique Latine. L'humoriste Abdelkader Secteur a d'ailleurs consacré dans l'une de ses pièces à succès une bien risible histoire de la figue de barbarie qui pousse d'elle-même dans les rochers, mais qui a son prix ! Pour beaucoup de campagnards, l'exode massif des populations n'a guère encouragé le renouvellement du patrimoine existant pour pouvoir rendre disponible ces fruits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.