La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





la nouba d'une vie
«Sid Ahmed Serri, le chant du rossignol»
Publié dans El Watan le 07 - 12 - 2013

Sous la plume de notre confrère, Hamid Tahri,le parcours exceptionnel d'un maître.
La machine à remonter le temps existe bel et bien.. Hamid Tahri a su la trouver en Sid Ahmed Serri. Il l'a écouté pendant une année et à consigné fidèlement et justement les confidences tant attendues du maître de la musique andalouse d'Alger. Le livre se lit comme on écoute une nouba. La progression rythmique est là, douce et régulière. Serri s'est ouvert, chose d'autant plus précieuse que rare. Il s'est confié à l'auteur qui a su trouver les bons mots pour dérouler le film de cette légende vivante. De sa traversée du siècle, le maître raconte son parcours dès l'âge de cinq ans, quand il accompagnait Mahmad Bennoubia à la mosquée Djamaâ Djedid pour l'appel à la prière qu'il apprit à faire au fil des ans.
L'auteur a laissé Serri dire sa vie sans l'interrompre, comme s'il chantait une longue qacida inédite, dont il serait en même temps l'auteur et la muse. Laissons-nous emmener dans cet autre monde, celui du Vieil Alger des années '30. Les célébrations religieuses rythment la vie de la communauté et, parmi elles, les cérémonies d'El Mawlid Ennabaoui occupent une place de choix. Serri raconte : «Un programme scrupuleusement respecté était appliqué sur une période de 15 jours, une pratique séculaire. Ainsi, le jour du Mawlid, c'était l'ouverture officielle aux mosquées de Sidi Abderrahmane, Sidi Mansour et Sidi Walidada où différentes qacidate étaient déclamées. L'après-midi même, à Djamaâ El Kbir, une quacida spéciale était chantée.
Ensuite, les qacidate étaient déclamées dans d'autres mosquées de la région d'Alger, entre autres Djamaâ Djedid, Djamaâ Safir et Sidi Ramadhan. La clôture du Mawlid s'effectuait à la mosquée de Sidi M'hamed». Plus loin, l'auteur consacre un long passage aux débuts du maître dans le monde de la musique. Le café El Hilal, puis l'association El Hayat, et enfin, en 1946, l'entrée dans l'association El Djazaïria, fondée en 1930 avec, pour président, Si Mohamed Ben Teffahi, disciple de l'illustre Mohamed Sfindja et maître à son tour, et les frères Mohamed et Abderrazak Fakhardji, ce dernier devenant le maître de Sid Ahmed Serri. En ces temps, la vie n'est facile pour personne, à plus forte raison pour des musiciens.
Serri raconte les difficultés rencontrées et l'union qui finira par être scellée entre El Djazaïria qui avait des élèves mais pas de local, et El Mossilia qui disposait d'un siège mais ne pratiquait plus en raison de complications avec l'administration coloniale. La naissance d'El Djazaïria-El Mossilia, le 15 octobre 1951, marque un tournant dans la vie de Serri. Le maître y passera ses plus belles années, enseignera inlassablement et formera plusieurs générations de musiciens et chanteurs jusqu'à son départ en 1988. L'année suivante, accompagné de fidèles amis et d'élèves, il fonde El Djazaïria Eth Thaalibya, autre aventure qui sera interrompue quelques années plus tard. On aurait souhaité que la partie consacrée à la période passée à El Djazaïria El Mossilia soit plus détaillée parce que très longue dans la vie de l'artiste et surtout riche en événements.
Tout au long de son livre, Hamid Tahri nous aide à connaître un peu plus cet homme, discret par nature, qui raconte humblement la période de la guerre de libération nationale et son activité d'agent de liaison au service du pays.
Quand Sid Ahmed Serri évoque les aînés qui l'ont marqué, il le fait avec un immense respect et beaucoup de pudeur. Hamid Tahri consacre plusieurs passages au combat mené par Serri après l'indépendance : attirer l'attention des pouvoirs publics sur la situation du patrimoine musical et la nécessité d'une politique adaptée à sa conservation et sa transmission.
En 1964, le 1er colloque sur la musique est marqué par le décès du maître de Tlemcen, Hadj Larbi Ben Sari. L'évidence est là, la tradition orale doit être sauvée. Il faut enregistrer coûte que coûte. Bien plus tard, et après de nombreuses tentatives infructueuses auprès des autorités, l'aide viendra de ses amis, Zerrouki Abed, qui possédait un studio d'enregistrement, Rachid Mahi, ex-directeur général de l'Institut national pédagogique, et Kamel Malti, intellectuel féru de musique andalouse.
H. Tahri cite le témoignage de Noureddine Saoudi : «… Fidèle à lui-même, comme au premier jour, il (Serri) demeure aujourd'hui pour la Sanaâ le témoin indiscutable de toute la dimension musicale du XXe siècle et la référence incontournable pour tout discours de structuration à venir et le gardien de nos égarements». Alger aura eu de nombreux maîtres qui se sont succédé pour perpétuer une tradition ancestrale : Hadj Ben Brahim, Abderrahmane Mnemèche, Mohamed Ben Ali Sfindja, Maâlma Yamna, Mohamed Benteffahi, les frères Mohamed et Abderrazek Fekhardji, enfin Si Ahmed Serri.
Ce dernier peut être fier d'avoir su utiliser les technologies modernes pour enregistrer tout le répertoire d'une musique séculaire que la seule transmission orale ne peut préserver. Tout au long de son récit, Hamid Tahri a su capter l'émotion, la nostalgie, la colère parfois, mais aussi le sentiment du devoir accompli. Il a su rendre l'amour sincère du maître pour son art et ses élèves. Un bel ouvrage pour la postérité avec de nombreuses photographies qui immortalisent une époque. La marque d'un homme, Sid Ahmed Serri, sur une période qui reste une référence culturelle incontournable. Pour notre part, avoir été son élève reste un honneur et un privilège. Fazilet Diff

Hamid Tahri : «Sid Ahmed Serri, Le Chant du Rossignol». Editions Quipos, Alger, 2013.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.