Réactions aux discours de Gaïd Salah: Même le FLN ne croit pas à une présidentielle le 4 juillet    Ils ont été aspergés de lacrymogène: Les étudiants ont marché vers le palais du Gouvernement    France: Le trafic aérien vers l'Algérie en baisse    Le verbe et la bonne foi    Les sinistrés d'Aïn El Turck en appellent au wali: Plus de 200 familles recasées attendent un relogement depuis 20 ans    Le chantier des logements ruraux d'Oued Tlelat passé au peigne fin: Des instructions pour lever toutes les contraintes sur les bénéficiaires    Des vendeurs de grillades à chaque coin de rue: Un commerce nocturne éphémère... mais florissant    Dans ma tête un rond-point !    FLN et TAJ appuient    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mandela, référence humaine
La chronique africaine de Benaouda Lebdaï
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2013

Après 95 ans de vie engagée, sublime, dure, passionnée, Nelson Mandela nous a quittés laissant son symbole à jamais vivant.
Premier Président noir élu, après 352 ans d'horreur, Madiba est présent dans toutes les mémoires et dans tous les cœurs, aujourd'hui et demain et pour l'éternité, tant ses actions ont marqué le cours de l'histoire de l'Afrique du Sud mais aussi du monde entier.
Né à Qunu dans le Transkei, Nelson Mandela fut un enfant heureux. Puis, il a parcouru un long chemin de liberté, traversant le XXe siècle et ce début de millénaire avec une conviction politique simple et à toute épreuve : la liberté pour tout être humain d'être et d'exister dans la dignité. Son extraordinaire itinéraire peut se lire dans son autobiographie, Un long chemin vers la liberté, et dans son superbe ouvrage, Conversation avec moi-même.
Ce dernier souligne son extrême intelligence et son incommensurable volonté. Il s'y raconte avec une sincérité et une transparence sans faille. Berger à l'âge de cinq ans, il a appris très tôt qu'il fallait compter sur soi-même dans la vie. Il a toujours été animé par une grande soif d'apprendre, d'où ses longues études pour devenir avocat, ce qui n'était pas évident dans ces années-là pour un Sud-Africain noir. De la culture Xhosa acquise dans son village, il a retenu l'importance de la vie en communauté, la générosité envers autrui et l'échange. Son engagement politique va au-delà de sa révolte fondamentale en tant que colonisé subissant un racisme d'Etat. Il a lutté toute sa vie contre l'apartheid. Cet engagement pour son peuple l'a mené à passer 27 ans de sa vie à Robben Island, dans une cellule minuscule, et il a passé ces années à casser des cailloux comme les bagnards.
Nelson Mandela a étudié grâce aux missions chrétiennes britanniques. Brillant, c'est à Johannesburg qu'il fit ses études de droit et où il se mêla aux syndicalistes communistes des mines. Il rejoint alors l'ANC en tant que militant, approchant des leaders comme Walter Sizulu qui se souvient toujours du jeune homme athlétique et fort élégant qu'il était, avec cette aura naturelle qui l'a toujours caractérisé. Après un premier mariage avec Evelyn Mase qu'il a quittée car elle lui demandait de choisir entre elle et la politique, il a choisi la libération de son peuple qu'il mènera avec la belle Winnie Madikizela qui faisait des études d'infirmière à Johannesburg. Ils se marièrent en juin 1958, et Winnie savait qu'en épousant Nelson Mandela, elle épousait la cause du peuple sud-africain et la lutte contre l'apartheid.
Il vivait à Soweto dans une petite maison que j'ai eu l'occasion de visiter, et c'est là qu'il fut arrêté en 1959. Il fut jugé pour haute trahison durant le célèbre procès de Rivonia où il affirma qu'il ne luttait pas contre les Blancs mais contre le système inique de l'apartheid. Sa lutte dans la clandestinité fut très dure pour le jeune couple qui venait d'avoir une petite fille. Winnie Mandela se rappelait : «J'attendais toujours les petits coups sur la vitre vers l'aube, quand il réussissait à venir voir la petite famille.» Son activité underground était intense, il avait voyagé en Afrique au nom de l'ANC pour récolter des fonds et de l'aide. Il est venu en Algérie où il a reçu une formation militaire de l'armée algérienne. Arrêté à nouveau, condamné à perpétuité pour terrorisme, le chef Nelson Mandela fut transféré à Robben Island en 1963 où il subit les travaux forcés.
L'homme est exceptionnel d'humanité, dans ses rapports avec les autres prisonniers politiques, dans son combat pour que l'on reconnaisse son statut de prisonnier politique et celui des autres prisonniers de l'ANC, dans ses rapports avec le peuple noir, métisses et indiens sud-africains, dans ses rapports avec les libéraux blancs comme Nadine Gordimer ou Breyten Breytenbach qui luttaient contre l'apartheid. Aujourd'hui, il faut rendre aussi hommage à Winnie Madikizela Mandela qui a maintenu durant les 27 ans d'emprisonnement de son mari le nom de Mandela dans l'actualité. Ainsi, Mandela fut toujours présent, dans le cadre de la campagne «Free Nelson Mandela» dans les townships où Winnie Mandela a maintenu la flamme de la solidarité autour de son mari et de la cause qu'il défendait. C'est ainsi qu'avec le président blanc De Klerk, qui lui rend hommage aujourd'hui, Nelson Mandela a débuté les négociations secrètes pour sortir l'Afrique du Sud de son arriération humaine.
La libération de Nelson Mandela en février 1990, fut sans doute l'un des plus grands moments de l'histoire du XXe siècle, car il a réussi le tour de force de réconcilier l'inconciliable, d'éviter un bain de sang entre Blancs et Noirs en défendant une nation «arc-en-ciel», bel exemple d'amour et d'humanité.
Mandela restera une référence forte pour l'humanité, une référence pour les femmes et les hommes épris de justice, d'équité, d'égalité, d'amour pour l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.