Le procès Hamel reporté au 17 novembre    Un scrutin miné ?    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Rejet de 77 dossiers de candidature    Des candidats exclus font appel    Renforcement de la coopération policière entre les pays africains    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Retour du public dès demain sous conditions    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Des rejets «excessifs et arbitraires»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La marche du MAK empêchée par la police à Tizi Ouzou
Célébration de Yennayer
Publié dans El Watan le 13 - 01 - 2014

La marche du mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK), organisée hier dans la ville de Tizi Ouzou pour célébrer Yennayer, premier jour de l'an amazigh, a été empêchée par les éléments des services de l'ordre.
Ces derniers se sont déployés en nombre important pour mettre en place un cordon de sécurité devant le campus universitaire de Hasnaoua, point de départ de la manifestation. Celle-ci n'a pas eu lieu, puisqu'elle s'est transformée en un rassemblement de manifestants qui ont crié, haut et fort, des slogans hostiles au régime. «Pouvoir assassin», «Kabylie autonome» et «Imazighene», tels sont les mots d'ordre scandés par les présents parmi lesquels on a remarqué des Mozabites venus de Ghardaïa. Les marcheurs ont tenté, plusieurs fois, de forcer le cordon des forces de l'ordre, en vain. «Le pouvoir a démontré, aujourd'hui, sa faiblesse en envoyant un impressionnant dispositif des services de sécurité pour empêcher une marche pacifique en solidarité aux Amazighs, notamment les Mozabites», a martelé un militant du MAK.
Devant ces multiples tentatives de marcher sans résultat, les manifestants ont préféré, disent-ils, éviter les affrontements avec les éléments de la police. Ils se sont contentés de se rassembler sur les lieux, en brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire, entre autres, «Pour l'autodétermination de la Kabylie». «Le 1er Yennayer 2964, une autre date historique, qui nous réunira ici tous ensemble, pour commémorer un événement qui nous est très cher, une date majeure qui marquera à jamais notre souffle de vie, qui date de milliers d'années», lit-on dans la déclaration du MAK. «Le régime a peur de la solidarité de la Kabylie avec nos frères Mozabites.
C'est pour cela qu'il a envoyé un impressionnant dispositif de répression pour empêcher des citoyens de manifester pour leur droit à la liberté. Notre action a enregistré une grande réussite en dépit de la répression du pouvoir», a laissé entendre Bouaziz Aït Chebib, président du MAK. Un autre responsable du même mouvement a aussi déclaré que des appareils photo et des caméscopes ont été confisqués par la police aux militants qui prenaient des photos et des vidéos lors de l'empêchement de la marche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.