Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Préparation de la tripartite : De sempiternelles recommandations
Economie : les autres articles
Publié dans El Watan le 06 - 02 - 2014

La politique protectionniste est bâtie sur cinq principaux volets.
La politique de protection de la production nationale doit s'appuyer sur des instruments universellement reconnus et conformes aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). C'est ce que préconise, dans son rapport, le groupe de travail chargé de la protection et de la promotion de la production nationale, issu de la tripartite tenue en octobre dernier. Ce rapport sera soumis à la prochaine rencontre de la tripartite prévue le 23 février. La politique de protectionniste doit être bâtie autour de cinq volets, relève ce document, cité hier par l'agence APS. Il s'agit du dispositif normatif, du contrôle de la conformité des produits à l'importation, de la mise en conformité des activités d'importation pour la revente en l'état, de l'encadrement des accords préférentiels et des défenses commerciales.
Autant dire tout un programme. Soulignant que la normalisation demeure le moyen optimal de protection de la production locale, le groupe de travail propose d'élaborer des projets de règlements techniques de produits industriels selon un ordre de priorités et recommande de définir les produits industriels pouvant faire l'objet d'un règlement technique en relation avec le thème de sécurité et de protection de l'environnement retenu par l'OMC.
Par ailleurs, le document élaboré par ce groupe propose de soumettre les produits importés destinés à la revente en l'état à un marquage sur l'étiquetage des mentions obligatoires en arabe et interdire, pour les produits alimentaires importés, le rajout de mentions à l'aide du jet d'encre, d'impression laser sur l'étiquetage informatif destiné au consommateur. «Ces restrictions ont pour objectif de limiter l'importation de ces produits très concurrents à la production nationale et quelques superflus par rapport aux transferts qu'ils engendrent», expliquent les rédacteurs du rapport.
Sur un autre registre, celui de la mise en conformité des activités d'importation pour la revente en l'état, le groupe de travail suggère de mettre en œuvre les dispositions du décret exécutif du 10 avril 2013 fixant les modalités d'exercice des activités d'importation de matières premières, de produits et marchandises destinés à la revente en l'état. Dans le détail, le rapport recommande l'élaboration des textes d'application fixant les conditions et normes concernant les infrastructures exigées pour l'exercice de cette activité et la contractualisation des importations destinées à la revente en l'état, à l'exclusion des produits de large consommation et des matières premières.
A propos de l'encadrement des accords préférentiels, le même groupe préconise l'élargissement des attributions du comité ad hoc interministériel installé en juin 2012, afin de répondre aux attentes des opérateurs producteurs confrontés à l'érosion tarifaire.
Le groupe de travail propose aussi l'identification des produits sensibles dont les niveaux d'importation portent préjudice à la production nationale et intégrer les produits identifiés dans la liste grise soumise à l'avis préalable des secteurs pour bénéficier de la franchise. Dans son document, le même groupe suggère, s'agissant des politiques de défenses commerciales à adopter, l'institution d'un comité intersectoriel piloté par le ministère du Développement industriel, afin de procéder au recensement des besoins de protection du tissu industriel national. Il est aussi question d'évaluer le dommage causé aux branches de production nationale par l'accroissement des importations, notamment avec l'insuffisance du niveau des barrières tarifaires en vigueur.
Le rapport propose aussi de réduire les tarifs douaniers pour les collections importées par les PME activant dans la sous-traitance industrielle automobile et qui s'engagent à intégrer des pièces et composants locaux dans la fabrication du produit final. Le document insiste, par ailleurs, sur le renforcement du contrôle technique des importations de véhicules de tourisme à travers un cahier des charges restrictif et révisable, au plan normatif, opposable aux importateurs de véhicules.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.