LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouargla : La semaine culturelle de Batna subjugue les Ouarglis
Ouargla : les autres articles
Publié dans El Watan le 10 - 02 - 2014

La semaine culturelle de la capitale des Aurès et le berceau de la Révolution algérienne, Batna, à Ouargla, a été clôturée jeudi à la maison de la culture Moufdi Zakaria sous les chants folkloriques des Rahaba et une scène ponctuée de détonations de baroud qui ont enchanté le public et créé une ambiance festive typiquement chaouie.
Cette semaine culturelle, qui a débuté le 2 février, comportait notamment une belle exposition qui a permis au public de découvrir un pan de la vie ancienne de habitants des Aurès. Une magnifique exposition d'une rare diversité a été montée pour l'occasion, elle a pu emmener l'assistance dans un voyage éphémère à travers un véritable musée mobile à explorer inlassablement. De vieux objets traditionnels, des outils d'agriculture et de la vaisselle maison rudimentaire, de très beaux objets de décoration ancestraux réalisés minutieusement à la main, des tenues traditionnelles, dont la melhfa chaouie avec toutes ses particularités aurassiennes et sa forte connotation identitaire.
Des tableaux vivants
Des chefs-d'œuvre en 3 dimensions donnaient l'impression de voyager dans le temps et retrouver le monde oublié de nos ancêtres. Un assortiment de plusieurs techniques et matières harmonieusement et parfaitement jointes, sculpture, peinture, modelage et art figuratif. Khemari Ahmed, peintre autodidacte, connu pour sa technique unique en son genre, a conçu de véritables portraits artistiques, avec du plâtre, quelques vieux journaux, de la colle blanche, de la peinture, de la paille, du foin, du fil, du tissu.
Enfin, tout ce que l'on peut glaner ici et là dans la nature, et avec un grand soin et beaucoup de savoir-faire et de l'inspiration pour réaliser une œuvre artistique. Ce grand artiste, qui, à travers ses sublimes chefs-d'œuvre en 3 dimensions, dont la plupart représentent le quotidien de la femme chaouie, fait revivre les us et coutumes ancestraux qui ont extraordinairement marqué la vie des Aurassiennes dans les années 1950 et 1960. Aussi, une très belle collection de plus de 500 bijoux, dont certains datent de plus d'un siècle, était exposée dans un présentoir d'exposition.
Autre attrait de cette riche exposition et dans ce charme pittoresque, plusieurs centaines de joyaux antiques splendidement ciselés en argent massif conçus par des artisans professionnels ont été exposés par Ameghchouch Mohamed, un des plus anciens artisans bijoutiers de la région, spécialiste en bijoux traditionnels chaouis. Il a présenté de précieux bijoux avec ornement de perles rouges et vertes, une des spécificités de la région, synonymes de charme, d'élégance et de distinction. Des bracelets, colliers, mhazmate, rdifs, khelkhalate, boucles d'oreilles…, qui ornaient autrefois les cous et les mains de nos grand-mères étaient très beaux à admirer.
Un autre stand qui ne manque pas de beauté et d'inspiration et qui ne vous laisse pas passer sans marquer une pause pour méditer ce merveilleux art qui est la gravure sur feuille de cuivre et la sculpture sur cuivre. Des tableaux en cuivre repoussé et de beaux objets d'artisanat miniature parfaitement conçus ont été exposés par l'artiste Kherbache Djamel. Les jeunes, nombreux à visiter l'exposition, n'ont pas hésité à montrer leur amour et leur attachement aux traditions ancestrales qui, malgré la modernité qui a balayé une grande partie de notre histoire et notre patrimoine culturel, le désir irrésistible de la restituer et la faire vivre étaient fort présents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.