Judo/Mondiaux 2019 des vétérans: l'Algérie 18e, avec 1 or, 2 argent et 2 bronze    Le ministre de l'Energie défend le projet de loi sur les hydrocarbures à partir de Sidi Bel Abbès    Le RAJ dénonce l'interpellation de Fersaoui Abdelouhab    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Prise d'otages en cours à Tabia (Sidi Bel Abbès)    L'Algérie ne s'est pas encore prononcée    Pour un moratoire sur les lois relatives aux secteurs sensibles    Viré pour avoir… loué la révolution du sourire    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    Présidentielle en Tunisie : l'universitaire Kais Saied large vainqueur devant Nabil Karoui    Imposantes manifestations contre le projet    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Les parlementaires au banc des accusés    Les explications de l'Autorité de régulation    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    "Visages d'Algérie", exposée à Chambéry    La DG de la radio exige des résumés des émissions    Musique symphonique-festival: Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    ACTUCULT    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Trois citoyens relaxés par le tribunal de Sidi Bel Abbès    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    EN : Les Verts se sont entrainés après leur arrivée à Lille    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Deux morts sur les routes en 48 heures    Visas Schengen: Le centre VFS Global d'Alger privé d'Internet    Tribune - Pourquoi la Turquie a mené le combat en Syrie ?    Conseil des ministres: Les militaires qui quittent l'armée ne peuvent faire de politique qu'après 5 ans    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Une première: Les Espagnols déplacent leur fête nationale à Oran    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Chine-USA : Ce qu'il faut retenir de l'accord commercial partiel Chine-Etats-Unis    Présidence de la République: Le Conseil des ministres approuve plusieurs projets de lois dont celles des finances 2020 et des hydrocarbures    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    La romancière et politique française Aurélie Filipetti : " L'éducation artistique, un parcours durable    Le quitus du Conseil des ministres    Amendement du code de procédure pénale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment vivaient nos ancêtres ?
L'Algérie dans la préhistoire
Publié dans El Watan le 27 - 03 - 2014

L'odyssée de l'espèce des premiers hominidés qui déchiquetaient la viande à coups de silex à peine dégrossi, jusqu'aux derniers chasseurs cueilleurs maghrébins qui chassaient l'auroch et les antilopes, l'Algérie est riche d'une multitude de sites où l'on peut suivre la fabuleuse évolution de l'homme à travers la préhistoire.
C'est au CNRPAH (Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques) que nous nous sommes rendus pour en savoir un peu plus sur la préhistoire telle qu'elle s'est déroulée sous nos latitudes. Souhila Merzoug, paléontologue, et Iddir Smaïl, préhistorien, sont nos guides. Suivons-les à travers grottes et savanes sur les traces de ces énigmatiques et lointains ancêtres.
Si l'on devait commencer par un endroit emblématique, ce serait par Aïn El Hanech. Une petite bourgade sise à une trentaine de kilomètres de Sétif. C'est peu dire que le site est considéré comme l'un des plus anciens gisements archéologiques du monde.
Depuis sa découverte en 1945, il a déjà livré des vestiges lithiques datant de 1,8 million d'années. Aïn El Hanech a révélé la présence de grosses faunes mais, hélas, pas encore d'ossements humains. Les chercheurs ne désespèrent pas de mettre un jour la main sur un bout de tibia ou de mâchoire de ce lointain ancêtre qui est un hominidé probablement de type Homo Habilis. Un hominidé ? C'est-à-dire qu'il est à mi-chemin entre l'homme et l'animal. Ce chasseur, occasionnellement charognard, vivait sur les bords d'un lac aujourd'hui disparu, au milieu d'animaux de grande taille, ancêtres d'éléphants, de zèbres, d'ânes et de rhinocéros, qui constituaient son garde-manger. Il fabriquait des tranchants, des pointes et des outils assez rudimentaires comme des galets aménagés et des boules pour casser les os et extraire la moelle. Il y a peu de sites d'habitation, car cet Homo Habilis habitait probablement des huttes de branchages dans un paysage de savanes et de plaines.
Laissons notre Homo Habilis à ses chasses préhistoriques pour avancer un peu plus dans le temps et un peu plus vers l'ouest. Pour connaître le prochain épisode du feuilleton, il faut se rendre à Tighennif, dans la wilaya de Mascara. Tighennif est un site datant de – 800 000 à – 700 000 qui a déjà livré des ossements humains qui permettent de définir Homo ergaster ou l'Atlanthropus mauritanicus. Derrière ce nom à coucher dehors, un hominidé de type Homo erectus, celui qui se tient debout. Il a un cerveau beaucoup plus petit que celui de l'homme moderne et une mâchoire plus puissante. «Cet Homo erectus annonce le sapiens. Il a déjà une boîte crânienne plus grande, la dextérité et la bipédie», analyse Souhila Merzoug, paléontologue au CNRPAH.
Pendant des millénaires, notre sympathique Atlanthropus va se promener à travers toute l'Afrique du Nord. Le voyage se poursuit. Prochaine étape : Tébessa. A Bir El Ater plus exactement, sur les traces des Homo sapiens archaïques. C'est le paléolithique moyen qui va durer de – 50 000 à – 25 000. L'ancêtre maghrébin vivait dans des abris sous roches et des grottes. Il faut ensuite se rendre à Afalou, Bou Rhummel, à Melbou, une petite commune côtière de la wilaya de Béjaïa pour faire connaissance avec l'homme d'Afalou. C'est notre Cro-Magnon à nous, que l'on désigne également sous le nom d'ibéromaurusien. «Ibero» pour la péninsule ibérique, et «maurusien» pour les Maures de Maurétanie telle que l'on désignait l'Afrique du Nord il y a longtemps. C'est le paléolithique supérieur. C'est-à-dire – 20 000 ans. C'est une culture qui s'est répandue dans tout le nord de l'Afrique entre -20 000 et – 10 000 ans, nous apprennent nos deux guides, Iddir Smaïl, préhistorien, et Souhila Merzoug, paléontologue. Il y a également le site de La Mouillah, à Tlemcen.
Notre vénérable ancêtre est un chasseur-cueilleur qui pratique une chasse spécifique et la gestion des troupeaux, donc assez intelligent pour choisir comme cibles les adultes et épargner les petits et les femelles. Il est désormais un artiste accompli qui s'exprime symboliquement par la peinture corporelle ou la sculpture. Il enterre ses morts avec des rituels et dispose certains objets, des statuettes en terre cuite, auprès des sépultures. Il croit probablement à une vie après la mort. Il fabrique des parures et pratique également la coloration de certains squelettes, signe d'une connaissance poussée de certaines matières. Sur les bords de mer ou de lac, on retrouve toute une paléo-industrie. Des hameçons pour pêcher le poisson, des aiguilles en os pour coudre des vêtements en peaux et des grattoirs pour travailler les peaux de bêtes.
A partir de – 10 000 ans, nous rentrons dans le capsien, la fameuse période des escargotières. Nous sommes en présence des proto-méditerranéens, des Homo sapiens anatomiquement modernes. Ils consommaient beaucoup de mollusques et d'escargots dont ils faisaient la collecte systématique. Ce sont les derniers chasseurs cueilleurs maghrébins à l'apogée de l'art. Les hommes ont une connaissance approfondie de leurs territoires, des pratiques médicinales comme la trépanation, des rituels funéraires et vivent dans une société organisée. Le rang social apparaît. Les signes annonciateurs du néolithique sont là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.