FLN et TAJ appuient    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    On vous le dit    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Gâteau de crêpes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faible engouement en France
Premier jour de vote à l'étranger
Publié dans El Watan le 13 - 04 - 2014

Les 815 000 électeurs algériens établis en France sont appelés depuis hier et jusqu'à jeudi, à l'égal de leurs compatriotes installés à l'étranger, à élire le prochain président de la République.
Paris
De nos correspondants
A l'Ecole internationale algérienne de Paris (ancien siège du consulat général de Paris, rue Bourret, 19e arrondissement de Paris), il y avait plus de journalistes devant l'entrée que de votants.
Dès qu'une personne entre ou sort, elle est happée par les caméras des chaînes d'information en continu. Portant une casquette blanche, lunettes de soleil carrées, physique imposant, la soixantaine bien entamée, Mohamed Ali a tout du bon client. Avec une gouaille et un bagout impressionnants, il fait le service après-vente du président-candidat : «Qui a arrêté l'effusion de sang en Algérie dans les années 1990 ? Les médias disent que Bouteflika est malade, c'est oublier qu'il y a une équipe qui travaille avec lui. Bouteflika est le nouveau Mandela de l'Afrique.» Un discours bien rôdé qu'il servira à tous les micros tendus.
A l'intérieur, ce n'est pas la foule des grands jours en ce début d'après-midi. «Cela se passe très bien, dans le respect de la loi. Il y a du monde sans discontinuer, avec parfois des pics. Ils arrivent par vagues. Par rapport à 2012, nous avons ouvert 8 bureaux en plus. Nous voulons réduire les distances entre les électeurs et les bureaux de vote», explique Rachid Ouali, consul général de Paris. Il affirme avoir veillé lui-même «au bon déroulement du scrutin, dans le calme, la sérénité et la transparence totale». «Tout se passe normalement, comme prévu dans les textes législatifs et réglementaires qui régissent ce type d'opérations électorales», a-t-il expliqué. Il s'est voulu rassurant vis-à-vis des représentants des candidats quant à la neutralité de l'administration. Il a également fait part de sa satisfaction par rapport à la fréquentation des différents bureaux de vote.
Selon Nacéra Boudriche, représentante du président-candidat : «Le vote a commencé dans de très bonnes conditions. En tant qu'observateur, j'ai constaté qu'il y a quand même un certain enthousiasme de la communauté algérienne pour ce premier jour du scrutin. Nous avons trouvé des gens en train d'attendre dès 8h du matin. L'objectif est de porter haut l'Algérie, et que le meilleur gagne dans le respect de la démocratie.»
De son côté, Waheb Guemazi, observateur pour le compte du candidat Benflis, affirme qu'«en général le scrutin se passe bien et correctement. Je n'ai pas constaté vraiment d'anomalie. Les urnes sont transparentes et les gens votent normalement. Par contre on a du mal à avoir les taux de participations et le nombre exact de votants dans chaque bureau. Enfin je ai signalé un membre de l'équipe administrative qui menait campagne électorale en faveur de Bouteflika. Le consul nous a promis d'y remédier».
Pour répondre, par ailleurs, aux soupçons de fraude qui pourraient avoir lieu vu la lenteur de l'opération de vote en France, les différents consulats algériens ont affirmé que les urnes resteront sous-scellés jusqu'au dépouillement qui se fera parallèlement avec le reste des centres de vote en Algérie. Le représentant du candidat Ali Benflis, Mustapha Ramdane, note une participation timide. «Les gens commencent à venir. On attend plus de monde les 16 et 17 avril. Nous savons que des voix sont achetées, nous restons vigilants. J'ai travaillé pendant 17 ans à l'ambassade, avant d'en démissionner en 1994 pour rejoindre Ali Benflis. Je connais tous les rouages .» A signaler qu'il y a 75 bureaux de vote en Ile-de-France, répartis sur cinq consulats (Paris, Bobigny, Nanterre, Pontoise et Vitry-sur-Seine). Les bureaux sont ouverts entre 8h et 20h jusqu'au 17 avril.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.