Le Président fixe les conditions    L'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Vers une saison blanche ?    Benbouzid juge les résultats préliminaires "satisfaisants"    Tebboune salue l'équipe médicale du CHU de Tizi-Ouzou    Une femme arrêtée à Oran    Premier League : Pas de reprise début mai et réduction de salaire pour les joueurs    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    LUTTE CONTRE LE COVID 19 : Le ministre Chitour appelle les enseignants à s'impliquer    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    RAPATRIEMENT DES ALGERIENS BLOQUES EN TURQUIE : Plusieurs hôtels affectés à l'accueil    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 1171 cas confirmés et 105 morts    MOSTAGANEM : Des TPE livrés gratuitement aux commerçants dans deux mois    Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    185 nouveaux cas confirmés et 22 nouveaux décès enregistrés    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Secousse tellurique de 3,2 degrés dans la wilaya de Batna    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Man United : Solskjaer fait une demandes aux épouses des joueurs    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Condoléances    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Benflis : «Il n'y a eu que 6 millions de votants»
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 24 - 04 - 2014

Franchement déterminé, infatigable, le candidat indépendant Ali Benflis a animé, hier, sa troisième sortie médiatique depuis ce qu'il qualifie de «forfaiture du 17 avril».
La conférence de presse qu'il a organisée à son QG de campagne vient en réponse à la validation par le Conseil constitutionnel, avant-hier, des résultats qui donnent Abdelaziz Bouteflika vainqueur. La réaction de Ali Benflis est cinglante. D'abord, il affirme qu'il ne reconnaît pas les scores annoncés par l'institution présidée par Mourad Medelci, un proche parmi les proches du chef de l'Etat. Ensuite, Ali Benflis indique qu'il publiera dans les prochains jours «un livre blanc sur la fraude électorale du 17 avril». Le document, exhibé par le conférencier devant les journalistes, contient toutes les preuves d'une fraude généralisée et massive. «Ce sera un séisme», prévient Ali Benflis, qui donne «les vrais résultats du dernier scrutin présidentiel».
Selon lui, il aurait remporté l'élection avec environ 4 millions de voix. Quant au taux de participation, il tournerait, dit l'ancien chef de gouvernement, autour des 6 millions de suffrages. Le candidat indépendant n'y est pas allé avec le dos de la cuillère dans ses critiques décochées au Conseil constitutionnel : «Ce n'est pas la première fois qu'il s'écarte de sa mission de défense de la Constitution et de la légalité.» Il rappelle qu'en 2008 déjà, cette institution a cautionné, sans état d'âme, le viol caractérisé de la Constitution qui a supprimé la limitation des mandats à cause duquel nous sommes, aujourd'hui, face à «une crise de légitimité de la première institution du pays, la présidence de la République».
De toute évidence, considère Ali Benflis, «dans le processus électoral qui vient de s'achever honteusement, le Conseil constitutionnel est sorti de sa neutralité en adoptant un parti pris manifeste pour un candidat». Et d'ajouter : «Cette institution qui, dans tous les pays, est le défenseur vigilant de la constitutionnalité des lois, a été rabaissée au rang de simple appareil au service exclusif du régime en place.»
«Je suis le vainqueur moral et politique du scrutin»
Ali Benflis, qui regrette que «le Conseil constitutionnel ne s'est pas imposé comme une institution républicaine ne servant que l'Etat», l'accuse d'avoir «accepté et assumé sa dérive en donnant sa caution légale et morale à la fraude qui a été la caractéristique principale de ce scrutin présidentiel». L'ancien chef de gouvernement a posé une série d'interrogations qui valent affirmations : «Comment le Conseil constitutionnel a-t-il pu valider sans hésitation 4,2 millions de signatures de soutien au candidat du régime sans que l'énormité de cette prétention fallacieuse ne l'oblige à la retenue ? «Comment a-t-il déclaré recevable une candidature dont le dossier médical est manifestement contraire à une réalité visible et connue de tous ? Comment cette institution a-t-elle pu valider la déclaration de patrimoine du président-candidat qui ne satisfait pas aux conditions exigées par la loi ?» «Peut-on par ailleurs concevoir que le chef de l'Etat ne possède même pas un compte courant postal ou bancaire qui lui serve à percevoir son salaire ?» se demande Ali Benflis, qui estime que «ne pas déclarer ce compte aurait dû amener naturellement le Conseil constitutionnel à refuser le dossier du candidat concerné».
«Je ne reconnais pas les résultats proclamés par le Conseil constitutionnel, que je considère dépourvus de réalité matérielle et d'effets politiques ou légaux», tranche le candidat indépendant à la présidentielle du 17 avril. Affirmant sa «résolution inébranlable de continuer d'exposer et de dénoncer la fraude comme instrument de détournement des choix du peuple», le conférencier, qui considère que «ses droits ont été lésés», se dit «être le vainqueur politique et moral de ce scrutin présidentiel».
«Je ne fais aucun appel à l'armée, seul le peuple est souverain»
Ali Benflis indique qu'il poursuivra «avec détermination le combat politique pour se mettre au service de l'élan populaire qui s'est manifesté clairement en faveur du projet politique soumis à l'appréciation et au jugement de notre peuple». Le candidat a en effet les idées très claires sur son avenir politique et la dynamique suscitée dans la société par la présidentielle.
Le parti politique qu'il mettra en place sera «démocratique et social». Ali Benflis affirme aussi jouer le rôle de coordinateur du pôle pour le changement créé avec les partis qui l'ont soutenu. Pas seulement. Il se dit prêt à travailler avec la classe politique qui a appelé au boycott de l'élection du 17 avril. L'ancien chef de gouvernement, qui annonce une rencontre dans les prochains jours, indique lui aussi avoir une plateforme à leur soumettre. «Nous discuterons les deux propositions et j'espère que nos visions convergeront», souligne Ali Benflis qui répondait à une question sur une éventuelle guerre de leadership dans le camp démocratique.
A propos de l'appel de certaines personnalités à l'intervention de l'armée, le conférencier tranche et affirme qu'il n'«appellera personne, seul le peuple est souverain». L'ancien chef de gouvernement considère que l'armée a laissé faire. Pour lui, «le pouvoir en place est un pouvoir de fait, la seule discussion qui vaille avec lui est le retour à la légitimité populaire et rien d'autre». «Ce système corrompu et vieillissant disparaîtra et tombera», déclare Ali Benflis qui, sur le ton de la dérision, propose de l'aider à partir dans «de meilleures conditions». Il affirme être «très touché» que le président Bouteflika soit allé se plaindre de lui auprès d'un dirigeant étranger et l'ait traité de «terroriste». «Moi je n'ai jamais été à cette école», peste Ali Benflis, soutenant que «celui qui n'a pas pu régler les problèmes de l'Algérie durant 15 ans lorsqu'il était en bonne santé ne peut pas les résoudre en étant diminué».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.