Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des familles attendent l'achèvement de leurs logements
Recasées à Aït Yahia depuis 2008
Publié dans El Watan le 28 - 04 - 2014

Recasés «provisoirement» dans des logements sociaux à la Nouvelle-ville de la commune voisine d'Ait Yahia, depuis 2008, une quinzaine de familles attendent toujours leur retour vers Aïn El Hammam, leur commune d'origine qu'ils avaient quittée suite à la démolition de leurs immeubles, menacés d'effondrement par un mouvement de terrain.
«Des promesses d'un relogement rapide nous avaient été faites dès que la décision de démolition fut prise», nous disent les concernés inquiets devant la situation du provisoire qui dure déjà depuis plusieurs années. Une inquiétude justifiée puisque «quatre années après, rien ne se dessine à l'horizon et que notre relogement s'éloigne de plus en plus.». Pire encore, les bâtiments destinés à cet effet sont en construction et ne sont pas près de se terminer.
En effet, l'entreprise chargée de leur réalisation a même arrêté le chantier depuis plusieurs mois pour des raisons qu'on ignore, reportant ainsi la livraison des appartements aux calendes grecques. Un locataire dira : «Cette situation qui perdure ne nous arrange pas. Nous ne sommes pas encore chez nous. Ne sachant quand partir, nous ne pouvons même pas refaire la peinture intérieure. De toutes façons, on nous a interdit de procéder à des modifications ou autres travaux.». «Bien que la cité soit alimentée en gaz de ville, nous n'en bénéficions pas. Nous ne pouvons engager des frais pour une installation de gaz qui nous reviendrait à cinq millions de centimes, au bas mot, alors que nous sommes appelés, théoriquement à vider les lieux, un jour», ajoute un de ses voisins.
Ce qui frustre encore plus ces recasés est l'idée de payer le loyer au cas où ils seraient relogés alors qu'ils étaient propriétaires de leurs appartements au centre -ville de Aïn El Hammam d'où ils ont été délogés. «C'est en tous cas ce qu'on nous a fait entendre», disent-ils. Entre temps, la population d'Ait Yahia continue d'attendre que ces «recasés temporaires» libèrent la quinzaine de logements qui, de leur avis, leur étaient destinés, initialement.
La frustration est grande surtout chez les démunis qui ne possèdent pas de terrain ou de moyens financiers devant leur permettre de postuler à l'aide de l'Etat à l'habitat rural. Ceux dont les maisons ne sont pas habitables disent qu' «à ce rythme, nous n'espérons pas entrer en possession d'un logement de sitôt alors que nous avons placé nos espoirs sur ces logement socio-locatifs, bâtis sur le territoire de notre commune pour ces citoyens.» Voyant que les appartements qu'ils avaient convoités s'éloignent de jour en jour, certains mal logés se rabattent sur l'auto construction. «Je suis obligé de rafistoler la vieille maison héritée de mes parents, en attendant mieux. C'est la seule solution qui me reste. Vu mes faibles moyens, je ne peux même pas aspirer à une quelconque aide pour construire une maison neuve», avoue un journalier, père de famille qui n'arrivera à ses fins qu' «au bout d'une vingtaine d'années», affirme-t-il, désabusé.
Pour l'heure, les quarante logements prévus au quartier «Sidi Ali Ouyahia» à la périphérie Est d'Aïn El Hammam, ne sont pas prêts de voir le jour. «Et dire qu'ils ont été inscrits dans l'urgence et qu'ils devaient être livrés au mois de juillet dernier.», dira un autre délogé qui ne semble heureux qu'Aïn El Hammam, sa ville natale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.