Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des familles attendent l'achèvement de leurs logements
Recasées à Aït Yahia depuis 2008
Publié dans El Watan le 28 - 04 - 2014

Recasés «provisoirement» dans des logements sociaux à la Nouvelle-ville de la commune voisine d'Ait Yahia, depuis 2008, une quinzaine de familles attendent toujours leur retour vers Aïn El Hammam, leur commune d'origine qu'ils avaient quittée suite à la démolition de leurs immeubles, menacés d'effondrement par un mouvement de terrain.
«Des promesses d'un relogement rapide nous avaient été faites dès que la décision de démolition fut prise», nous disent les concernés inquiets devant la situation du provisoire qui dure déjà depuis plusieurs années. Une inquiétude justifiée puisque «quatre années après, rien ne se dessine à l'horizon et que notre relogement s'éloigne de plus en plus.». Pire encore, les bâtiments destinés à cet effet sont en construction et ne sont pas près de se terminer.
En effet, l'entreprise chargée de leur réalisation a même arrêté le chantier depuis plusieurs mois pour des raisons qu'on ignore, reportant ainsi la livraison des appartements aux calendes grecques. Un locataire dira : «Cette situation qui perdure ne nous arrange pas. Nous ne sommes pas encore chez nous. Ne sachant quand partir, nous ne pouvons même pas refaire la peinture intérieure. De toutes façons, on nous a interdit de procéder à des modifications ou autres travaux.». «Bien que la cité soit alimentée en gaz de ville, nous n'en bénéficions pas. Nous ne pouvons engager des frais pour une installation de gaz qui nous reviendrait à cinq millions de centimes, au bas mot, alors que nous sommes appelés, théoriquement à vider les lieux, un jour», ajoute un de ses voisins.
Ce qui frustre encore plus ces recasés est l'idée de payer le loyer au cas où ils seraient relogés alors qu'ils étaient propriétaires de leurs appartements au centre -ville de Aïn El Hammam d'où ils ont été délogés. «C'est en tous cas ce qu'on nous a fait entendre», disent-ils. Entre temps, la population d'Ait Yahia continue d'attendre que ces «recasés temporaires» libèrent la quinzaine de logements qui, de leur avis, leur étaient destinés, initialement.
La frustration est grande surtout chez les démunis qui ne possèdent pas de terrain ou de moyens financiers devant leur permettre de postuler à l'aide de l'Etat à l'habitat rural. Ceux dont les maisons ne sont pas habitables disent qu' «à ce rythme, nous n'espérons pas entrer en possession d'un logement de sitôt alors que nous avons placé nos espoirs sur ces logement socio-locatifs, bâtis sur le territoire de notre commune pour ces citoyens.» Voyant que les appartements qu'ils avaient convoités s'éloignent de jour en jour, certains mal logés se rabattent sur l'auto construction. «Je suis obligé de rafistoler la vieille maison héritée de mes parents, en attendant mieux. C'est la seule solution qui me reste. Vu mes faibles moyens, je ne peux même pas aspirer à une quelconque aide pour construire une maison neuve», avoue un journalier, père de famille qui n'arrivera à ses fins qu' «au bout d'une vingtaine d'années», affirme-t-il, désabusé.
Pour l'heure, les quarante logements prévus au quartier «Sidi Ali Ouyahia» à la périphérie Est d'Aïn El Hammam, ne sont pas prêts de voir le jour. «Et dire qu'ils ont été inscrits dans l'urgence et qu'ils devaient être livrés au mois de juillet dernier.», dira un autre délogé qui ne semble heureux qu'Aïn El Hammam, sa ville natale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.