Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Atours et atouts «nageurs»
Annaba. La coquette se fait belle pour les aoûtiens
Publié dans El Watan le 18 - 08 - 2014

Contrairement au début de la saison estivale, Annaba s'est faite plus belle en ce mois d'août. Son cours de la Révolution (ex-Bertania), la plus importante place publique de la ville, a été «libérée» cette semaine de ses vendeurs à la sauvette et de son mini-manège, dont les voitures pour enfants encombrent la route piétonnière.
Et, comme pour mettre fin au retour de ces opportunistes, parfois avec des animaux équins, une garde permanente a été mise en place, ce qui permet aux estivants aoûtiens de profiter de toute la beauté du lieu. Les mêmes efforts consentis par l'APC d'Annaba et les services de sécurité ont rendu la corniche plus accueillante. Un effort que consolide la présence de plusieurs centaines de touristes et des milliers d'estivants locaux venus de tous les horizons d'ici et d'ailleurs.
A quelques centaines de mètres du centre urbain, la corniche colorée par mille et une lumières ne demande qu'à être mise à contribution pour montrer ses plus beaux atouts et atours. Des familles en nombre, des couples en surnombre, des rires combien joyeux, des sourires des plus séducteurs se mêlent à cette joie de vivre qui caractérise ceux qui ont la chance d'y être, de se promener, de consommer ou de goûter la fraîcheur maritime qu'offrent les plages de Rizzi Amor et de Rezgui Rachid.
C'est dans la continuité que les efforts sont perceptibles. Notre ville mérite une gestion permanente et rigoureuse. Et pour sauvegarder la beauté des lieux touristiques, notamment le Cours de la Révolution et les plages, une campagne de nettoiement de tous les instants est assurée quotidiennement par nos agents de la voirie. C'est dire que le combat est permanant tout autant que l'incivisme», explique Tayeb Sahtouri, le maire par intérim de la commune de Annaba.
Pour ce responsable qui assure également la présidence de la Chambre de commerce Seybouse de Annaba sur la corniche, on y va à pied ou en voiture pare-choc contre pare-choc, car le réseau routier est saturé. On s'y promène au gré de cette ambiance estivale qui donne à cette grande bordure de mer allant de la plage du lever de l'aurore jusqu'à Ras El Hamra dont l'itinéraire est sécurisé par la gendarmerie à partir de La Caroube.
Comme un nouveau-né, Bel Azur se réveille aux matins de cet été parmi les langes pour se coucher très tard le soir totalement dénudé parce que toute la journée il ne fait que livrer ses petits et grands secrets. Avec leur luxe, les restaurants, snacks et boutiques donnent l'impression de cherté. Ce qui n'est pas le cas. Il n'y a qu'à faire un tour pour apprécier la prestation de service, la qualité des plats servis et les prix très abordables que l'on applique. Un peu plus bas, sur le sable fin de la plage Rizzi Amor se tissent chaque jour et chaque nuit tant de liens et d'unions, de promesses et d'engagements.
La plage la Caroube, une zone interdite
Très convoitée par les touristes, la baie ouest, juchée sur les hauteurs de la commune de Séraïdi, affiche complet quotidiennement. Pour ce faire, le commandant du groupement de la gendarmerie a placé, selon lui, pas moins de 80 éléments pour sécuriser cette grande plage. Ce qui n'est pas le cas à la plage La Caroube, relevant du territoire de la gendarmerie, où les embarcations artisanales occupent anarchiquement le sable, dès l'accès via les escaliers empêchant les familles de s'y installer.
Les propriétaires de cette flotte en majorité clandestine, semblent être au-dessus de la loi et imposent leur diktat aux estivants. D'autres exigent des familles qu'elles louent chez eux des chaises et tables en plastique contre 1000 DA, même si ces dernières en disposent. La nuit tombée, le trafic de drogue et des boissons alcoolisées bat son plein dans ce lieu qui échappe, vraisemblablement, à tous les plans de sécurité.
Dans cette plage écumée par des dizaines de hors-la-loi, même les familles ayant loué des bungalows sont harcelées quotidiennement par ces délinquants qui ne reculent devant rien pour gâcher les vacances des estivants. «J'étais choqué lorsqu'un loueur de parasols m'a demandé de lui ouvrir la porte de mon bungalow pour qu'il vienne faire une sieste parmi ma famille. Aussitôt, j'ai emballé mes affaires et quitté les lieux avec mes enfants ; je déconseille vivement la plage La Caroube et la wilaya aux vacanciers», affirme un père de famille rencontré vendredi matin à la sortie de cette plage.
Il était dans un état de stupéfaction avancé. A la question de savoir pourquoi il n'a pas déposé plainte au niveau de la gendarmerie présente sur les lieux, le malheureux père a répondu : «Je suis venu pour passer des vacances pas pour avoir des problèmes. Et même si j'avais déposé plainte, j'ai craint les représailles car tout le monde ici est hors-la-loi. Ce sont des délinquants qui agissent en toute impunité et ce n'est pas à moi de faire régner la loi.» Au centre-ville, cependant, il n'y a pratiquement pas de fausse note après que les services de la police eurent multiplié les efforts pour mettre hors d'état de nuire plusieurs dizaines de malfrats.
En effet, durant le mois de juillet dernier, pas moins de 120 délinquants ont été placés pour divers délits et crimes sous mandat de dépôt. Des hommes en bleu très vigilants veillent à la sécurité de tous. Ils sont là jour et nuit pour éviter tous les dépassements pouvant altérer cette ambiance estivale. Pour ceux que la mer n'attire pas, les hauteurs de l'Edough allant de Aïn Barbar à Chetaïbi leur offrent un autre tourisme. Là-bas, ils peuvent pratiquer différentes activités de loisir et de détente, dont des randonnées.
Il y a également des sites archéologiques, lieux et monuments historiques comme les vestiges et le musée d'Hippone, ainsi que le mausolée de Sidi Brahim à la sortie est de la ville, les mosquées El Bey et Abou Marouane, au niveau de la vieille ville. La basilique St-Augustin, Ras El Hamra et ses Zerdas, le Fort des suppliciés, le Pont de la tranchée sont autant de points à visiter et à revisiter. Chacun a une histoire à raconter pour ceux qui savent apprécier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.