Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Real - Zidane : "Satisfait pour Karim, mais..."    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une saga racontée en images à Alger
Cinémathèque algérienne
Publié dans El Watan le 06 - 05 - 2015

La saga de la création de la Cinémathèque algérienne» est le titre donné à une exposition et à un cycle cinématographique qui seront organisés à partir du 10 mai et jusqu'au 10 juillet 2015 au Musée national d'art moderne d'Alger (MaMa) et à la Cinémathèque algérienne, située au 26, rue Larbi Ben M'hidi, en plein cœur de la capitale. «Il y a beaucoup d'inédits dans cette exposition riche en photos, en affiches de films et en écrits», a précisé Lyès Semiane, directeur du Centre algérien de cinématographie (CAC), lors d'une conférence de presse organisée hier à la Cinémathèque.
Le vernissage de l'exposition aura lieu samedi 9 mai à 18h avec la présentation d'un catalogue de 180 pages contenant des textes racontant l'histoire de la Cinémathèque algérienne. «L'idée de la création de la Cinémathèque est née au sein du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) dans les années 1950. A l'époque, M'hamed Yazid était ministre de l'Information, Mahieddine Moussaoui coordonnateur de la cellule «images et son» aux côtés de Jacques Charby — qui a réalisé le premier film algérien, Une si jeune paix, en 1963.
Des milliers d'images ont été stockées, certaines ont été publiées par de grandes revues à l'époque. Il y a eu aussi beaucoup de films tournés par des Algériens et des étrangers. Tout cela devait donner lieu à un centre audiovisuel. «C'était l'idée de Mahieddine Moussaoui. Les films ont été transférés par le GPRA. Mais durant l'été 1962, les archives ont été dispersées. La salle Le Club (rue Ben M'hidi) a été choisie pour abriter le Musée du cinéma. Ahmed Hocine fut le premier directeur de ce Musée», a détaillé Ahmed Bedjaoui, commissaire général de la manifestation.
La Cinémathèque algérienne a été créée le 23 janvier 1965. L'expo-cinéma narre «l'âge d'or» de cette institution culturelle dans les années 1960. Une période marquée par la présence de cinéastes tels que Youcef Chahine, Nicolas Rey ou Sembène Ousmane.
Des projections de films sont programmées à partir du 10 mai avec quatre séances par jour sur plusieurs thématiques : le cinéma au maquis, à l'aube du cinéma algérien ; la Cinémathèque accompagne la naissance du cinéma algérien indépendant ; les coproductions ; les plus grands films du cinéma mondial.
Lyès Meziani, scénographe de l'exposition et photographe, a annoncé qu'un film peu connu du public sera projeté, La Voix du peuple, de Djamel Chanderli et Mohamed Lakhdar Hamina (1961). Parmi les films qui seront également projetés, Z de Costa Gavras (qui sera présent à Alger), Soleil noir de Denys De la Patellière, Trois Pistolets contre César de Peri Enzo, Les Hors-la-loi de Tewfik Farès, L'Aube des damnés d'Ahmed Rachedi, J'ai huit ans de Karl Gass et Le Vent des Aurès de Mohamed Lakhdar Hamina.
Lyès Meziani a plaidé pour la conservation du patrimoine filmique et iconographique national : «Les documents sont éparpillés partout. Il nous a été difficile de rassembler certaines archives, détenues parfois par des collectionneurs. Certains particuliers ont accepté de nous donner ce qu'il possède comme films. Des images inédites seront exposées au Mama. Nous avons ramené certaines affiches de l'étranger.»
Ahmed Bedjaoui a indiqué qu'un travail est entrepris actuellement pour reconstituer la mémoire de la Cinémathèque algérienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.