Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P.-dg    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Russes et Saoudiens "très, très proches" d'un accord    Rezig: Radiation des commerçants coupables de contravention du registre de commerce    Le Pr Benbouzid n'exclut pas un confinement total    "Confinement total et masque pour tous"    Les officiers-généraux et les officiers supérieurs font don d'un mois de salaire    Décès de Kheddad: le PCF rend hommage à un "Homme d'honneur et de fidélité"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Assouplissement des obligations fiscales    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Comment ne pas expliquer aux Français ce qui avait été fait en leur nom»
Annie-Rey Goldzeiguer. Historienne :
Publié dans El Watan le 07 - 05 - 2015

Jeune étudiante à Alger, l'historienne Annie Rey-Goldzeiguer a vécu les massacres de Mai 1945 à Sétif et Guelma. Dans un témoignage à
El Watan, elle souligne : «J'ai été marquée par les événements de 1945, parce que, quoi qu'on en dise, à Alger, nous voyions un certain nombre de choses. J'ai vu les avions qui piquaient sur le Djurdjura et les bombes qui tombaient. J'ai entendu aussi les bateaux de guerre.»
Auteure de Aux origines de la guerre d'Algérie 1940-1945. De Mers El Kébir aux massacres du Nord-Constantinois (éditions La Découverte), un livre essentiel sur ces événements, Annie Rey-Goldzeiguer avait expliqué — à la faveur du colloque : Il y a soixante ans : l'autre 8 Mai 1945. Le trou de mémoire colonial et la société française d'aujourd'hui», organisé le 7 mai 2005 par la Ligue des droits de l'homme à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (El Watan du 9 mai 2005) — que ce livre était pour elle «une obligation morale». «Je ne pouvais pas ne pas expliquer aux Français ce qui avait été fait en leur nom», avait précisé l'historienne.
Sur les événements proprement dits, l'historienne s'est appuyée sur le rapport Berger qu'elle avait qualifié d'«exceptionnel». Berger était commissaire de police, envoyé à Sétif dès le 9 mai par le gouverneur général Chataigneau, avec un cadi et un juriste. Le commissaire Berger mena une enquête de dix jours, minutée.
Récit d'Annie Rey-Goldzeiguer
«Le PPA devait diriger une manifestation qui devait commencer à 7h. Hors de la ville, il y avait déjà 6000 à 7000 personnes. Aucun manifestant ne devait détenir la moindre arme.
«A 8h30, le cortège avance : 200 scouts en tête, derrière les quatre drapeaux alliés, suit le flot des manifestants par rangs. Quand les manifestants arrivent au centre-ville — un premier symbole, le PPA investit la ville européenne, note l'historienne —, un drapeau algérien tenu par un jeune est déployé et des pancartes sont levées : "Vive Messali", "Algérie libre et indépendante". A 9h15, un barrage policier stoppe la manifestation. A 9h25, ordre est donné de s'emparer du drapeau.
S'ensuit une bagarre, un coup de feu est tiré. La bagarre dégénère. Intervient une masse de spectateurs venus pour le marché. Les gendarmes, bloqués par une panne, ne viennent pas tout de suite. Commence le carnage. Bilan : 21 morts européens et 71 blessés. Du côté algérien, on n'en sait rien.
A 12h50, le sous-préfet confie l'ordre à l'armée. Le général Duval prend en main la période de nettoyage. La nouvelle se propage très vite.
«La révolte s'étend d'Est en Ouest et du Nord au Sud. Commence la deuxième phase, la répression.
Elle sera démesurée. A partir du 10 mai, Duval isole les masses révoltées avec les renforts venus de Tunisie et du Maroc, selon un plan préparé de longue date.
«Les Européens prétendent assurer leur propre sécurité, exigent vengeance et l'exécution immédiate des dirigeants du PPA. Ils veulent la démission de Chataigneau et un gouverneur civil originaire d'Algérie.»
A propos des archives, Annie Rey-Goldzeiguer signalait l'importance de celles, encore inaccessibles, du 2e bureau à la tête duquel se trouvait le colonel Cheun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.