Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    Belaili toujours dans les plans de Belmadi pour la CAN    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Création d'un comité de surveillance    Vendredi puissance 14    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Un Iftar en l'honneur des médias    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De contre-pouvoir à un soutien des autorités
Le syndicat est devenu inaudible
Publié dans El Watan le 24 - 02 - 2016

D'une organisation ouvrière, fondée il y a 60 ans pour aider à la libération du pays, l'UGTA s'est transformée en un appendice du pouvoir politique.
Personne ne pourra plus prendre en otage une entreprise.» L'homme qui s'est exprimé ainsi n'est pas un représentant du patronat ou un quelconque ministre. C'est l'avertissement qu'a lancé, il y a quelques jours, Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de la centrale syndicale, envers les syndicalistes ou les salariés qui tentent de se faire entendre.
Cet «avertissement» de Sidi Saïd rappelle, étrangement, une autre déclaration tenue, il y a quelques années, au complexe sidérurgiques d'El Hadjar. Accompagné du ministre de l'Industrie de l'époque, Amara Benyounès, le secrétaire général de l'UGTA demandait aux salariés de la société de «bannir» la grève de leur vocabulaire. Ces deux faits résument, à eux seuls, la situation que vit la centrale syndicale aujourd'hui. D'une organisation ouvrière, fondée il y a 60 ans pour aider à la libération du pays, l'UGTA s'est transformée en un appendice du pouvoir politique.
Du contre-pouvoir qu'elle doit être, l'organisation syndicale s'est transformée en un soutien inconditionnel des autorités. Il est vrai qu'à des moments de son histoire, l'Union générale des travailleurs algériens a joué le rôle de représentant des travailleurs. Ce fut le cas lorsque des sections locales revendiquaient, dans les années 1980 et 1990, des revalorisations salariales ou le maintien de l'outil de travail. Mieux, l'UGTA a pris ses responsabilités en s'alliant aux forces républicaines du pays au début des années 1990.
Le leader de l'UGTA de l'époque, Abdelhak Benhamouda, a payé le prix fort. Il a été assassiné en 1997 devant la Maison du peuple. L'un des événements qui illustrent ce retournement de la centrale syndicale est sans doute la grève des enseignants universitaires de 1996. Alors que le débrayage est organisé par le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), c'est avec l'UGTA que les autorités négocient l'arrêt de la grève. Sans succès.
Le même scénario s'est reproduit lorsque les enseignants de l'enseignement secondaire paralysent les lycées en 2005. Les représentants du syndicat officiel jouent, une nouvelle fois, les pompiers. Ils n'ont pas réussi à casser la grève. Mais lorsque les autorités ont voulu négocier, les représentants de Sidi Saïd ont eu les premières loges. Alors que des sections et fédérations locales tentent parfois de briser cette chape de plomb, la direction nationale intervient pour «calmer» les esprits. Des fédérations de l'UGTA ont même été gelées ou carrément dissoutes pour avoir refusé de suspendre un mouvement de protestation.
Un comportement qui a poussé, récemment, des travailleurs de la zone industrielle de Rouiba à dénoncer publiquement la centrale syndicale.
A chaque fois le secrétaire général de l'UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, qui a même opéré un passage en force pour soutenir la candidature de Bouteflika pour un deuxième mandat, répond que «la solution des conflits ne se fait pas par l'agitation». Une manière de rappeler que la proximité avec le pouvoir donne la possibilité de poser des problèmes directement aux responsables concernés. Ce qui n'a pas empêché que les milieux modestes de la société demeurent dans la précarité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.