Arrivée à Alger du Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et des Expatriés de Palestine    Attaf reçoit un appel téléphonique de son homologue rwandais    Clôture des travaux de la 8e Conférence internationale des parlementaires à Oslo    66e anniversaire de l'équipe du FLN : le président de la FAF rend hommage à tous ses valeureux footballeurs    Campagne 2024 de pêche au thon rouge: réception de 34 demandes de participation    Accidents de la route: 19 décès et 1013 blessés durant les trois jours de l'Aïd    Ghardaïa: début de la nouvelle édition du traditionnel "Moussem de Ziyara" dans le M'Zab    Décès de la journaliste Houria Ayari: Laagab présente ses condoléances    Muhannad Hadi nouveau Coordinateur humanitaire de l'ONU pour les territoires palestiniens occupés    L'Etat de Palestine demande à la CPI d'engager des poursuites judiciaires contre les colons sionistes    Coupe d'Algérie: le CRB premier qualifié en demies, l'USMA dernier à rejoindre les quarts    «Macron est un politicien fou mais très rationnel»    Le QG des forces terrestres de l'Otan en Finlande sera à 140 km de la frontière russe    65.000 exploitations agricoles seront raccordées à l'électricité    Saïd Chanegriha préside une cérémonie d'échange de vœux à l'occasion de l'Aïd El Fitr    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    JS Kabylie : Séparation à l'amiable avec l'entraîneur Azzedine Aït Djoudi    Maghnes Aklouche sera-t-il le prochain Fennec ?    Le programme respecté    Appel à la vigilance des agriculteurs contre le Mildiou    Et à Chlef secousse tellurique    La fête célébrée dans une atmosphère de joie et de compassion    Conférence nationale pour l'évaluation de la gestion du 3e trimestre de l'année scolaire    Prélude à une escalade annonçant la fin d'une colonisation anachronique ?    Un universitaire de renom    Ecrivain encyclopédiste arabe hors pair des 8e et 9e siècles    « L'islam rationnel de Souleymane Bachir Diagne »    Commerce: respect quasi-total du programme de permanence au 3e jour de l'Aïd El Fitr    Hand/Championnat d'Afrique des vainqueurs de coupe: les Congolais du BMC 1ers arrivés à Oran    Téléphonie mobile: taux de pénétration de 116,5% en 2023 en Algérie    Agrément du nouvel ambassadeur d'Algérie en Egypte    8e IPCI à Oslo: présentation de l'expérience de l'Algérie en matière de protection de la santé et de la population    La journaliste à la chaîne "Echourouk News" Houria Ayari n'est plus    Zaalani visite la Faculté de médecine à Alger    Arrivée du président de la République à Djamaâ El Djazaïr pour accomplir la prière de l'Aïd El Fitr    Le contenu pendant le Ramadhan adaptés aux spécificités de ce mois sacré        Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    L'ORDRE INTERNATIONAL OU CE MECANISME DE DOMINATION PERVERSE DES PEUPLES ?    L'imagination au pouvoir.    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De contre-pouvoir à un soutien des autorités
Le syndicat est devenu inaudible
Publié dans El Watan le 24 - 02 - 2016

D'une organisation ouvrière, fondée il y a 60 ans pour aider à la libération du pays, l'UGTA s'est transformée en un appendice du pouvoir politique.
Personne ne pourra plus prendre en otage une entreprise.» L'homme qui s'est exprimé ainsi n'est pas un représentant du patronat ou un quelconque ministre. C'est l'avertissement qu'a lancé, il y a quelques jours, Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de la centrale syndicale, envers les syndicalistes ou les salariés qui tentent de se faire entendre.
Cet «avertissement» de Sidi Saïd rappelle, étrangement, une autre déclaration tenue, il y a quelques années, au complexe sidérurgiques d'El Hadjar. Accompagné du ministre de l'Industrie de l'époque, Amara Benyounès, le secrétaire général de l'UGTA demandait aux salariés de la société de «bannir» la grève de leur vocabulaire. Ces deux faits résument, à eux seuls, la situation que vit la centrale syndicale aujourd'hui. D'une organisation ouvrière, fondée il y a 60 ans pour aider à la libération du pays, l'UGTA s'est transformée en un appendice du pouvoir politique.
Du contre-pouvoir qu'elle doit être, l'organisation syndicale s'est transformée en un soutien inconditionnel des autorités. Il est vrai qu'à des moments de son histoire, l'Union générale des travailleurs algériens a joué le rôle de représentant des travailleurs. Ce fut le cas lorsque des sections locales revendiquaient, dans les années 1980 et 1990, des revalorisations salariales ou le maintien de l'outil de travail. Mieux, l'UGTA a pris ses responsabilités en s'alliant aux forces républicaines du pays au début des années 1990.
Le leader de l'UGTA de l'époque, Abdelhak Benhamouda, a payé le prix fort. Il a été assassiné en 1997 devant la Maison du peuple. L'un des événements qui illustrent ce retournement de la centrale syndicale est sans doute la grève des enseignants universitaires de 1996. Alors que le débrayage est organisé par le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), c'est avec l'UGTA que les autorités négocient l'arrêt de la grève. Sans succès.
Le même scénario s'est reproduit lorsque les enseignants de l'enseignement secondaire paralysent les lycées en 2005. Les représentants du syndicat officiel jouent, une nouvelle fois, les pompiers. Ils n'ont pas réussi à casser la grève. Mais lorsque les autorités ont voulu négocier, les représentants de Sidi Saïd ont eu les premières loges. Alors que des sections et fédérations locales tentent parfois de briser cette chape de plomb, la direction nationale intervient pour «calmer» les esprits. Des fédérations de l'UGTA ont même été gelées ou carrément dissoutes pour avoir refusé de suspendre un mouvement de protestation.
Un comportement qui a poussé, récemment, des travailleurs de la zone industrielle de Rouiba à dénoncer publiquement la centrale syndicale.
A chaque fois le secrétaire général de l'UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, qui a même opéré un passage en force pour soutenir la candidature de Bouteflika pour un deuxième mandat, répond que «la solution des conflits ne se fait pas par l'agitation». Une manière de rappeler que la proximité avec le pouvoir donne la possibilité de poser des problèmes directement aux responsables concernés. Ce qui n'a pas empêché que les milieux modestes de la société demeurent dans la précarité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.