LES CAFES POPULAIRES ALGERIENS : DES MOULINS A PAROLES    Farid le Boucher et les bijoux    Louh plaide pour la révision de la Constitution    Le journaliste Ahmed Ibari est décédé    Industrie textile : La société algéro-turque Tayal réalise sa première exportation    9ème réunion du JMMC : Guitouni y prendra part jeudi à Vienne    PLFC 2018 : Présentation et débat du projet de loi en plénière à l'APN L'Assemblée populaire nationale (APN) qui a repris ses travaux en plénière ...    Djellab doit mettre la main à la pâte    Ces pays de l'UE boudés par les Algériens    L'eau des puits sera payante    USA-Iran: la "machine à remonter le temps" de Donald Trump    Un face-à-face continu    Aphrodisiaque, le sport-roi!    Le "bourreau" arrêté à Oran    Selon Trump : "La Crimée est russe"...    Mondial terminé pour Kvist    Projection de Comme des garçons    Tremblement de terre de bonheur au Mexique    Ramadhan : Kaouane dénonce la violence des programmes TV    Le stress monte d'un cran    Un candidat au bac poignardé par son ami    Des Algériens et des Marocains arrêtés    Projection de Le jeune Karl Marx    Concert avec Orange Blossom    Signature du livre "Quatre nuances de France, quatre passions d'Algérie"    Vers un choc terrible dès les 8es de finale !    Ould Abbès acculé    Messahel en Norvège, les 19 et 20 juin    Arrivée à Parisd'une - marchesolidaire avec les migrants    Nouvel attentatsuicide de BokoHaram à la frontière nigériane    Les filles font mieux que les garçons    Le premier instigateur incarcéré    Explosion d'uneconduite principale d'eau    Houda-Imane Faraoun promet une amélioration avant fin 2018    Pas de politique, pas de grève et pas d'activités syndicales !    Egypte : Salah confirme qu'il est d'attaque pour la Russie    La Russie est prête à stopper Mohamed Salah    La journée des penalties    Soufiane Djilali : "Ce n'est pas une fissure dans le groupe des 14"    Google souligne la dimension mondiale de M'hamed Issiakhem    "La poésie porte les combats"    Mondial-2018 - Groupe G : Tunisie - Angleterre, aujourd'hui à 19h00 - Les Aigles de Carthage au défi des Trois Lions    Trois personnes décédées dans 12 accidents de la circulation en trois jours    BAC 2018 Mobilisation accrue pour le bon déroulement des épreuves    Marquer leur présence par l'acte culturel    La déportation des anarchistes français à la ferme de Tazrout à Ténès    Ahmed Ouyahia occupera la scène politique    Tiken Jah Fakoly en concert à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De contre-pouvoir à un soutien des autorités
Le syndicat est devenu inaudible
Publié dans El Watan le 24 - 02 - 2016

D'une organisation ouvrière, fondée il y a 60 ans pour aider à la libération du pays, l'UGTA s'est transformée en un appendice du pouvoir politique.
Personne ne pourra plus prendre en otage une entreprise.» L'homme qui s'est exprimé ainsi n'est pas un représentant du patronat ou un quelconque ministre. C'est l'avertissement qu'a lancé, il y a quelques jours, Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de la centrale syndicale, envers les syndicalistes ou les salariés qui tentent de se faire entendre.
Cet «avertissement» de Sidi Saïd rappelle, étrangement, une autre déclaration tenue, il y a quelques années, au complexe sidérurgiques d'El Hadjar. Accompagné du ministre de l'Industrie de l'époque, Amara Benyounès, le secrétaire général de l'UGTA demandait aux salariés de la société de «bannir» la grève de leur vocabulaire. Ces deux faits résument, à eux seuls, la situation que vit la centrale syndicale aujourd'hui. D'une organisation ouvrière, fondée il y a 60 ans pour aider à la libération du pays, l'UGTA s'est transformée en un appendice du pouvoir politique.
Du contre-pouvoir qu'elle doit être, l'organisation syndicale s'est transformée en un soutien inconditionnel des autorités. Il est vrai qu'à des moments de son histoire, l'Union générale des travailleurs algériens a joué le rôle de représentant des travailleurs. Ce fut le cas lorsque des sections locales revendiquaient, dans les années 1980 et 1990, des revalorisations salariales ou le maintien de l'outil de travail. Mieux, l'UGTA a pris ses responsabilités en s'alliant aux forces républicaines du pays au début des années 1990.
Le leader de l'UGTA de l'époque, Abdelhak Benhamouda, a payé le prix fort. Il a été assassiné en 1997 devant la Maison du peuple. L'un des événements qui illustrent ce retournement de la centrale syndicale est sans doute la grève des enseignants universitaires de 1996. Alors que le débrayage est organisé par le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), c'est avec l'UGTA que les autorités négocient l'arrêt de la grève. Sans succès.
Le même scénario s'est reproduit lorsque les enseignants de l'enseignement secondaire paralysent les lycées en 2005. Les représentants du syndicat officiel jouent, une nouvelle fois, les pompiers. Ils n'ont pas réussi à casser la grève. Mais lorsque les autorités ont voulu négocier, les représentants de Sidi Saïd ont eu les premières loges. Alors que des sections et fédérations locales tentent parfois de briser cette chape de plomb, la direction nationale intervient pour «calmer» les esprits. Des fédérations de l'UGTA ont même été gelées ou carrément dissoutes pour avoir refusé de suspendre un mouvement de protestation.
Un comportement qui a poussé, récemment, des travailleurs de la zone industrielle de Rouiba à dénoncer publiquement la centrale syndicale.
A chaque fois le secrétaire général de l'UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, qui a même opéré un passage en force pour soutenir la candidature de Bouteflika pour un deuxième mandat, répond que «la solution des conflits ne se fait pas par l'agitation». Une manière de rappeler que la proximité avec le pouvoir donne la possibilité de poser des problèmes directement aux responsables concernés. Ce qui n'a pas empêché que les milieux modestes de la société demeurent dans la précarité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.