Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    Lutte contre la mendicité des enfants : Prise en charge de plus de 90 enfants    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    A quand l'ouverture du site pour le retrait des ordres de versement ? Les souscripteurs du programme AADL 2 à Oran s'impatientent    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    Equipe nationale: Premier objectif atteint pour Belmadi    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    Entre réforme set continuité    ICG préconise des réformes en urgence: Risque d'une crise économique majeure en Algérie    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Praticiens spécialistes: La prime de service civil pointée du doigt    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    Un proche de Ould-Abbès candidat du FLN    Le temps et la diversion    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    La JSK pour réduire l'écart sur le leader    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Une éclatante résurrection    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    L'ASO Chlef reprend les commandes    Retard dans la création de zones industrielles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Béjaïa est un rempart contre l'invasion sectaire et l'extrémisme»
Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses et des Wakfs
Publié dans El Watan le 14 - 05 - 2016

L'Algérie refuse de devenir un terrain de bataille pour n'importe quel courant idéologique, philosophique ou autre doctrine.»
C'est en ces termes que le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a réitéré, lors de la visite qui l'a conduit dans la wilaya de Béjaïa avant-hier, l'attachement de l'Algérie à renouer avec l'islam de Cordoue. Mohamed Aïssa s'est exprimé à l'occasion de l'inauguration du Centre culturel islamique de Béjaïa, baptisé du nom de Kacem Naït Belkacem, où a été lancée une journée d'étude portant sur le thème de «L'islam, référent religieux national».
Mohamed Aïssa a expliqué que «lorsque le ministère parle de retour au référent religieux algérien, cela ne veut pas dire que nous voulons algérianiser l'islam ni donner une autre lecture du Coran et de la Sunna». Mais, soutient-il, «il s'agit d'adapter la pratique religieuse aux valeurs culturelles et cultuelles de notre société et de nos origines amazighes.
Cette dernière a donné, par exemple, une place importante à la femme dans la société contrairement aux pays qui l'asservissent, qui connaissent des guerres et égorgent à cause d'une vision radicale de l'islam». Afin de promouvoir l'«islam référent religieux national», le ministre a accepté d'institutionnaliser le Colloque international de Béjaïa qui traitera du dialogue des civilisations et des cultures ; il dira à ce propos : «Nous allons organiser une année entière de dialogue interconfessionnel qui se manifestera à travers une caravane culturelle et cultuelle qui jaillira de Béjaïa et sillonnera le pays.» Et de préciser : «Cette caravane sera conduite par des savants et intellectuels de Béjaïa et ceux des wilayas qui la recevront.» Pour le ministre, le choix de Béjaïa est légitime, car pour lui cette ville «est un rempart contre l'invasion sectaire et l'extrémisme. A mon sens, elle est même le dépositaire légal et l'héritière de l'islam de Cordoue, de la modération, de l'islam du juste milieu.
Ce genre d'initiative fait de l'Algérie, aujourd'hui, une école visitée par les capitales du monde occidental et oriental pour diffuser la déradicalisation et le processus de prévention contre le radicalisme rampant».
Aussi, afin de renforcer les nouvelles infrastructures religieuses en personnel encadreur, Mohamed Aïssa a déclaré que le président de la République a donné son accord pour augmenter le nombre de postes budgétaires à 1500, en plus des 500 que le ministère forme chaque année.
Par ailleurs, le ministre s'est rendu dans la commune de Tamokra (Akbou) pour honorer l'érudit et l'un des fondateurs de la zaouïa Sidi Yahia El Aidli, cheikh Tahar Aït Aldjet. Agé de 103 ans, celui-ci s'est vu réhabilité par le ministre à la tête de la commission ministérielle des fatwas. Une enveloppe de deux millions de dinars sera dégagée par le ministère pour l'achèvement des travaux d'extension de l'école coranique de Tamokra, l'une des plus importantes d'Algérie.
Lors de cette visite qui s'est achevée hier, Mohamed Aïssa a inauguré six mosquées et posé la première pierre pour la construction de deux autres, à Aokas et à Bir S'lam, à la sortie est de Béjaïa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.