Plusieurs exposés ministériels au menu    "Nous assisterons à des révoltes sociales" selon Mebtoul    La voie à suivre pour les autres wilayas    Les opérations de rapatriement de et vers l'Algérie se multiplient    Les critiques des inspecteurs de l'Education    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    Rush sur les plages de Palm-Beach et d'El-Djamila    Plus de 1300 infractions au confinement partiel enregistrées    Distribution de 60 000 bavettes    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enseignants de sciences islamiques montent au créneau
Réforme du baccalauréat
Publié dans El Watan le 27 - 07 - 2016

«La réhabilitation de la filière sciences islamiques est une solution médiane en cas de suppression de la matière du bac.»
Même si la mouture finale du nouveau baccalauréat n'est pas encore rendue publique, la démarche du ministère de l'Education nationale, qui a ouvert le débat sur la question, est confrontée à l'opposition des représentants des enseignants des sciences islamiques. La Coordination nationale des enseignants de sciences islamiques, réunie hier à Alger, a dénoncé «le choix de supprimer les sciences islamiques du calendrier du baccalauréat qui est en cours d'être adopté».
Mohamed Benhoua, président de ce syndicat, dénonce, en marge d'une rencontre des représentants syndicaux, «l'orientation vers la classification des sciences islamiques en tant que matière secondaire». Même si cette option n'est pas encore officiellement retenue dans le cadre de la réforme de l'examen, ce syndicat considère que l'ouverture d'un débat sur cette question est les prémices de l'abandon de l'enseignement de cette matière. Il dit ne pas croire «les assurances de la ministre qui a maintes fois démenti la suppression de cette matière». Une plateforme de revendications est née de la réunion d'hier.
Les enseignants menacent de recourir à une action de protestation en cas de suppression de cette matière du baccalauréat. Les revendications portent sur le maintien des sciences islamiques comme matière essentielle, ainsi que l'arabe, le tamazight et l'histoire. Les enseignants revendiquent également la réhabilitation de la matière avec la révision à la hausse de son coefficient. «Depuis 2003, cette matière a le coefficient 2.
L'importance de cette matière est dans le fait qu'elle peut constituer un barrage pour la pensée extrémiste qui est à la portée des adolescents et des enfants à travers le web et autres médias étrangers. Les professeurs de sciences islamiques enseignent certainement d'une manière pédagogique, mais jouent un rôle dans l'encadrement de l'orientation religieuse des générations formées par l'école algérienne», expliquent des enseignants rencontrés hier.
Pour certains, «la suppression de la matière, il y a quelques décennies, a eu pour effet d'augmenter les effectifs des candidats à l'extrémisme». «Il faut renforcer l'enseignement des sciences islamiques pour ne pas encourager le discours de Daech et réunir la société autour d'une même référence», lancent les enseignants. Le syndicat propose également le retour à l'ancien système de classification.
«Si cette matière est considérée comme secondaire, et en l'absence d'autres solutions, nous revendiquons la réhabilitation de la filière sciences islamiques, comme ce fut le cas avant la réforme de 2003. La matière était certes supprimée du calendrier des épreuves, mais était disponible comme filière d'enseignement et cette option pourrait être la solution à la problématique de la surcharge des matières», expliquent les représentants du syndicat.
Le ministère de l'Education nationale a ouvert le dossier de la réforme du baccalauréat depuis le début de l'année scolaire. Le caractère «généraliste» du modèle actuel est considéré comme facteur d'échec à l'université pour un grand nombre d'étudiants dans plusieurs filières.
Les propositions de la commission de réforme du baccalauréat ont trait notamment à la réduction de la durée de l'examen, à l'organisation d'une session anticipée pour les matières secondaires et à l'enseignement des matières scientifiques en langue française.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.