Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réforme du Bac otage des polémiques
Principale recommandation des experts
Publié dans El Watan le 29 - 05 - 2016

Au-delà de la question de la crédibilité de cet examen qui se pose et s'impose chaque année, un autre débat s'invite sur l'urgence de la réforme du baccalauréat.
Evoquée à maintes reprises, la question de la réforme du baccalauréat, bien que reconnue comme une urgence par les experts et autres intervenants dans le secteur de l'éducation, est noyée dans d'autres débats, justifiant à chaque fois son report. La dernière conférence (juillet 2015) sur la réforme du système éducatif a permis à toute la communauté scolaire de constater les limites et les approximations de ce mode d'évaluation, ce qui nous permet de conclure que les résultats de cet examen ne reflètent pas forcément les capacités ou les lacunes des élèves. Le système d'orientation à l'université, qui se base sur les notes obtenues au bac, est aussi injuste à l'égard des élèves avec les conséquences qui peuvent en découler.
Comme rapporté par El Watan, plusieurs syndicats d'enseignants ont d'ailleurs relevé que les efforts des candidats au baccalauréat sont dispersés par la multitude des matières soumises à l'évaluation. Trop de matières secondaires qui nécessitent toutefois beaucoup de préparation compte tenu de leur coefficient élevé perturbent la concentration des élèves dans leur travail de préparation des matières essentielles qui devrait orienter plus tard leurs choix professionnels. Les enseignants affirment même que c'est dans les matières secondaires que les bacheliers obtiennent leurs meilleures notes, et cette remarque est valable pour les élèves des différentes filières, ce qui devrait inciter les services concernés à revoir les critères d'orientation à l'université.
Plusieurs propositions ont été formulées par les différents intervenants (experts, enseignants, associations de parents d'élèves) pour la révision de ce mode d'évaluation capital dans le cursus scolaire. Mais, le débat a été à chaque fois ajourné en raison des polémiques créées pour empêcher toute tentative de changement. L'annonce de l'ouverture prochaine d'un débat sur cette question a été brouillée par une polémique créée par les milieux conservateurs hostiles à la démarche de réforme prônée par l'actuelle ministre.
Cette polémique a suivi une prétendue décision de suppression de l'épreuve des sciences islamiques du baccalauréat, une information, rappelons-le, erronée et démentie par l'Office national des examens et concours ! Et c'est ainsi qu'aucun calendrier n'a été fixé pour la refonte du bac, qui est pourtant une recommandation principale de la conférence sur l'évaluation de la réforme éducative. Les propositions recueillies par la tutelle concernent, pour certains, l'instauration d'une session de rattrapage pour les candidats recalés.
D'autres sont partisans de l'élaboration d'une fiche de synthèse qui prendra en considération les moyennes obtenues durant la terminale et celle du bac. Cette proposition est considérée également comme un moyen de lutte contre l'absentéisme durant l'année scolaire, phénomène qui prend de l'ampleur ces dernières années, notamment avec la prolifération des cours particuliers et devant lequel le ministère semble impuissant.
Parmi les autres options envisageables, l'organisation de cet examen en sessions décalées. Certains proposent que les matières secondaires soient programmées à la fin de la deuxième année secondaire et permettre ainsi de prévenir la surcharge du programme de la terminale. «Le débat reste ouvert à ce sujet», a assuré maintes fois la ministre, sans donner de délais précis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.